Pope Francis

Le pape et les médias : le début du désamour

Download PDF

Le journaliste allemand Julius Müller-Meiningen, correspondant à Rome de Die Zeit, a signé un article sur les interrogations que finit par susciter dans les médias l’attitude du pape François, attitude que certains ont qualifié de « marche en crabe ». Après une période d’enthousiasme, ils s’interrogent : « Que veut-il au juste ? » Il nous a paru intéressant d’en publier la traduction intégrale réalisée par les soins d’Henri Courivaud.

 *

« Et à présent, lui aussi, il s’est fait prendre au piège »,

par Julius Müller-Meiningen, Christ und Welt, et Die Zeit, 30 avril 2015

Manger une pizza dans un petit restaurant, c’est qu’il disait souhaiter il y a peu. Et puis aussi, vagabonder dans les rues de Rome incognito. Et c’est vrai qu’au temps où il n’était encore que cardinal, Jorge Mario Bergoglio pouvait en effet flâner dans le centre de Rome   à l’occasion de ces visites au Vatican qu’il n’aimait guère. Lorsqu’il devait y séjourner, il habitait dans un foyer de prêtres situé via della Scrofa, une rue située à un jet de pierre de la piazza Navona. Il lui suffisait de faire quelques pas un peu plus loin pour se rendre à l’église « nationale », saint Louis des Français que les touristes et les amateurs d’art apprécient parce que trois tableaux du Caravage y sont exposés. Le cardinal de Buenos-Aires lui aussi, qui se tenait toujours dans la partie gauche en arrière de cette église sombre, à l’entrée de la chapelle dite de Contarelli où l’on a notamment accroché la célèbre peinture dite « la vocation de saint Mathieu ». Jésus y désigne distinctement le publicain Mathieu qui, comptant ses sous, manifeste son étonnement par cet appel de doigt, dirigé vers lui-même. « J’éprouve les mêmes sentiments », affirma le pape François à l’occasion d’une interview qu’il donna à la revue jésuite la Civiltà Cattolica ; il se dit concerné par l’attitude de Mathieu : « C’est bien moi, un pécheur, que le Seigneur regarde et considère ; Il se penche vers moi ».

À présent, cette citation a du succès parmi les prélats de haut rang, qui la ressortent d’ailleurs avec une certaine coquetterie pour en souligner l’insignifiance. Mais il se peut bien que dans le cas de François, ce tableau et l’interprétation qu’il en donne par cette citation soient une clef de lecture de sa pensée. La scène de l’appel [de saint Mathieu] fut cependant décrite dans une homélie de saint Bède-le-Vénérable de la manière suivante : c’est « miserando atque eligendo » : avec un regard de compassion et signifiant un choix que Jésus est venu le trouver. C’est en ces termes que s’exprime la devise que Jorge Bergoglio adopta en tant que pape et c’est en ces termes que Jorge Bergoglio entend caractériser durablement sa mission de miséricorde. Le regard doux et ciblé sur les pécheurs, voilà le programme du pape Bergoglio.

D’authentiques pécheurs sont très en vogue dans l’Église

Nombreux sont les messages du pape qui veulent donner à comprendre qu’après des décennies d’éloges prétentieuses en faveur de valeurs censées être non négociables, de vrais et d’authentiques pécheurs sont de nouveau en vogue. Les exclus, ce ne sont pas seulement les pauvres, mais aussi les athées, les divorcés qui se remarient et plus particulièrement les homosexuels. Ces derniers furent évoqués très vite en employant un ton nouveau : « Si quelqu’un est homosexuel, qu’il cherche le Seigneur et qu’il a une bonne volonté, qui suis-je, moi, pour le juger ? »; et c’est avec cette phrase ainsi prononcée que François éveilla les plus grands espoirs en juillet 2013, une phrase qui va anticiper sur les plus grandes déceptions.

Ces mots devinrent emblématiques des malentendus de ce pontificat parce que Bergoglio joue à l’intérieur du cadre magistériel catholique suivant lequel ce ne sont pas les personnes homosexuelles qui sont jugées mais les actes homosexuels. Mais là, il emploie un ton qui éveille des attentes et veut donner au pape un avantage incontrôlé pour le présenter comme une « icône » de tolérance et d’humanité. François apparaît immédiatement sous l’image d’un « pape pour tous » et c’est ainsi qu’il a encouragé tant d’espoirs surabondants en lui au lieu de les juguler.

Même ses détracteurs les plus farouches admettent que le pape, s’appuyant sur sa politique personnelle, aurait modifié de fait le paradigme de l’attitude du catholicisme à l’égard de l’homosexualité. C’est ce qu’affirme par exemple le journaliste italien très en vue sur les affaires vaticanes, Sandro Magister. Dans ces rubriques qui sont autant de bloc-notes électroniques très lus au Vatican, il mentionne un nombre sans précédent d’ « ecclésiastiques homosexuels » qui, « au cours de ces deux dernières années ont été promus à des postes importants et qui sont en contact très étroits avec le pape ». Et cet observateur fait remarquer ironiquement qu’il faudrait fermement destituer les pécheurs qui sont au Vatican et ce, plus que jamais.

Bien que sur ce point les informations communiquées par d’autres personnes de l’intérieur ont été confirmées, on voit tout de suite d’où viennent ces assertions : le catholique Magister, qui écrit dans le périodique de gauche l’Espresso, une version italienne du Spiegel est un des détracteurs les plus véhéments de Bergoglio. On dira également que les homosexuels se trouvant à des postes de direction ne sont pas une nouveauté au sein de l’Église catholique.

Des homosexuels aux postes de direction

L’exemple le plus connu que Magister cite aussi, est celui de Monsignore Battista Ricca, directeur du foyer de prêtres dont Bergoglio fit la connaissance, via della Scrofa et qui ensuite dirigea la Maison Sainte-Marthe où demeure le pape actuellement et qui finalement, fut nommé par François en qualité de prélat de la Banque du Vatican, pour des motifs de sympathie personnelle. Mgr Ricca entretenait notamment une liaison avec un lieutenant suisse et fréquentait les bars homos lorsqu’il était nonce en Uruguay. C’est pourquoi, lorsque l’on interrogea François sur Mgr Ricca, sur le chemin du retour des journées mondiales de la jeunesse à Rio de Janeiro, François lança cette phrase programmatique : « Si quelqu’un est homosexuel, qu’il cherche le Seigneur et qu’il a une bonne volonté, qui suis-je, moi, pour le juger ? ».

« Cela donnait un nouveau ton » dit Gianni Gerachi qui est à la tête de la communauté homosexuelle chrétienne « Il Guado » (« le gué ») à Milan. Des associations homosexuelles ont salué ces mots du pape. Vladimir Luxuria, le transsexuel le plus connu d’Italie qui représenta le parti communiste pendant 4 ans au Parlement européen et qui se déclare catholique, croit déceler un air frais au Vatican et dit se rapprocher davantage de la foi catholique. Et cela vise bien François lorsque dans une interview donnée à la Civiltà Cattolica il décrit les homosexuels comme des personnes « blessées socialement »* et déclara que l’Église ne voulait pas exclure les homosexuels.

Que veut François, au juste ?

Il y a d’autres indices en la matière. Lors de sa visite à Naples il y a peu, le pape a rencontré dans la prison de Poggioreale des détenus transsexuels avant de faire la connaissance à Sainte-Marthe, à Rome, d’un transsexuel et de son amie. En février, ce furent deux groupes d’homosexuels catholiques qui furent reçus en audience générale par le pape. Il semblerait donc que des hommes que plusieurs membres du clergé traitaient naguère encore comme indésirables puissent faire entendre leur voix au Vatican.

Mais en même temps, François s’est rapproché très vite de la Tradition : de ses mots et gestes intarissables, François va sélectionner un morceau idéologique qu’il va affiner pour en faire, dans un contexte donné une sorte de filet savoureux. Il a été fait peu d’écho par exemple, de ses attaques continuelles contre « l’idéologie du genre » ou bien contre un phénomène tel que « la colonisation idéologique ». Déjà, lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires, Bergoglio avait fustigé en termes incendiaires le mariage homosexuel comme « une tentative menée par le père du mensonge destiné à induire en erreur les enfants de Dieu et à les confondre ». Celui qui devint pape s’exprima distinctement en des termes aussi radicaux qu’aujourd’hui son détracteur le plus véhément, le cardinal Léon Burke.

Mais que veut François, au juste ? La question s’impose dorénavant parce que quelques participants du synode extraordinaire des évêques à l’automne passé se sont donné la mission de réfléchir à une attitude [nouvelle] de l’Église à l’égard de l’homosexualité. La timide tentative qui a en été faite et que le seul pape a rendue possible, celle d’instaurer une « culture d’accueil » des homosexuels a été cassée par tout un rang d’évêques conservateurs, peu de temps avant la clôture de cette assemblée.

Un test pour la crédibilité du pape

Les premiers concernés eux-mêmes se sentent déstabilisés et surtout eux. « Au début de son pontificat, François n’était pas empreint d’homophobie » constate Gianni Geraci. «  Et à présent, il s’est fait prendre au piège ». Geraci dit que cela lui rappelle les débuts du pontificat de Jean-Paul II, avec cette euphorie qui le caractérisait alors : « L’enthousiasme était au plus haut et puis il s’est estompé tout de suite ». Et puis Vladimir Luxuria qui s’est dit être revenu à la foi grâce à François s’est exprimé d’une voix triste : « Je ne le comprends pas. Il suit à présent la politique de la carotte et du bâton. Au départ, ce sont des mots d’ouverture et à présent, c’est une attaque contre l’idéologie du genre. François est dans une impasse. Je suis déçu ».

L’un des fardeaux en date est cette accumulation progressive d’espoirs déçus est l’affaire de la proposition de nommer M. Laurent Stéfanini comme ambassadeur de France auprès du Saint-Siège. Cette affaire met durement la crédibilité du pape François à l’épreuve. Depuis janvier, le gouvernement français attend que le proposé, âgé de 55 ans, reçoive l’agrément du Saint-Siège pour être accrédité.

Cette accréditation reste en suspens. M. Stéfanini est un catholique fervent et très introduit dans les meilleurs réseaux du Vatican et a « dans sa poche », plusieurs cardinaux français pour l’appuyer. Il fut déjà en fonction au Saint-Siège pendant quatre ans en tant que numéro deux de l’ambassade et il lui a été décerné, au titre de ces services, une décoration papale, celle de l’ordre de Saint-Grégoire. Cependant, ce dont sont sûrs les médias français et italiens, c’est ce problème de la sexualité de M. Stéfanini. Celui-ci l’a fait savoir au futur cardinal André Vingt-Trois en 1998 sans qu’il l’ait annoncé publiquement. Stéfanini est homosexuel.

Une épreuve à couteaux tirés avec une France laïque et sécularisée

Le Vatican, qui très vite a refusé l’accréditation du diplomate au motif de sa situation « irrégulière », tente d’obtenir le retrait de celle-ci. Seulement, le nonce à Paris, l’archevêque Mgr Luigi Ventura a entrepris cette démarche en vain. Il y a quelques jours, le pape a personnellement fait la connaissance du diplomate à Sainte-Marthe. Des fidèles et des familiers du pape ont dit que celui-ci n’a rien contre lui à titre personnel et même, que la rencontre aurait été empreinte d’une très grande cordialité et d’une très grande intensité spirituelle et se serait terminée par une prière en commun.

Il reste que le véritable motif de ce refus serait l’attitude du gouvernement français qui, en France, il y a tout juste deux ans, a institué « le mariage pour tous », donc le mariage pour les homosexuels. Des prélats affirment que M. Stéfanini s’est lui aussi prononcé officiellement en faveur du mariage homosexuel. Ce mélange des genres (“Mix”) met le Vatican dans l’embarras. On ne voudrait pas donner l’impression, au travers de cette attitude qui consiste à l’agréer, de s’opposer à l’enseignement moral du catholicisme.

« Le pape ne souhaite pas être mis le dos du mur » a dit quelqu’un de l’intérieur. Du fait que le palais de l’Élysée appuie cette candidature et le considère comme « l’un des meilleurs diplomates en fonction et l’un des meilleurs pour prendre la charge de l’ambassade auprès du Vatican » et qu’en même temps, le Vatican ne cède pas, on se trouve dans une situation qui prend l’allure d’une épreuve à couteaux tirés entre demi-sels** Il se peut bien que l’homosexualité de M. Stéfanini, pour François, ne joue aucun rôle en fait, mais la crédibilité de François en a souffert.

*

* Sozial, au sens d’exclusion sociale.

** Halbstarken, par référence à un film de Georg Dressler, tourné en 1956 et devenu très célèbre en Allemagne, pour parler de l’émergence des blousons noirs à Berlin. Ce film révéla entre autres l’acteur Horst Buchholz, qui prit modèle sur Marlon Brando dans L’équipée sauvage, mais en plus malfrat.

7 comments

  1. Maurice

    des évêques à l’automne passé se sont donné la mission de réfléchir à une attitude [nouvelle] de l’Église à l’égard de l’homosexualité

    L’église n’a pas à avoir une nouvelle attitude envers qui que ce soit, elle est ! Point !
    C’est à nous de respecter les préceptes de l’église, pas à l’église de s’adapter à la société.
    Si la mode arrive de jouer au petit train, verra-t-on nos évêques en devenir les locomotives ? (wagons poussé ou tiré, au choix. Je suis volontairement provocateur)

    • joëlle

      je suis d’accord ce n’est jamais à l’église de changer , elle est du monde mais n’est pas de ce monde de fou satanique !!!
      un homme homosexuelle n’à jamais à devenir un prêtre ni une femme religieuse !!!
      ou l’on va c’est la totale dépravation pour tout !!!
      l’église reconnais l’homosexualité comme une maladie , personnellement je pense que ce crétin de Satan n’y est certainement pas pour rien !!! comme tout ce qu’il arrive dans ce monde depuis beaucoup de temps déjà hélas !!

  2. Par nos péchés, sans aucune exception, nous sommes tous des handicapés…
    L’Église nous offre des moyens pour améliorer nos handicapes par les prières et la confession de nos fautes…
    Il faut toujours avoir en mémoire qu’il faut éviter de promouvoir le mal…
    Malheureusement, il faut être réaliste et nous demeurons des handicapés…

  3. Il n’est pas interdit de mettre en question ses propres valeurs, reçues des générations précédentes.
    Mais, il n’est pas louable de céder aux courants des détracteurs, fussent-ils les homosexuels.
    Qui expose s’expose fût-ce un pape, mais en tant que Chrétien, même si je ne suis pas d’accord avec lui, je continuerai à le respecter profondément. Drôle d’époque, où les défendeurs des antivaleurs sont respectés et les défenseurs des valeurs sont régulièrement attaqués.
    La nature de l’église d’aimer et de respecter les personnes fussent-elles des pécheurs, et de bannir le mal fût-ce vécu ou pratiqué par certains de ses bergers.
    Dénoncer le mal et aimer le pécheur n’implique pas une bénédiction de l’action de ce dernier.
    On ne peut pas bannir quelqu’un que la nature a créé différemment de nous. On n’a pas le droit de le punir, le privant d’affection humaine, sentiment de base pour supporter l’existence. Cependant, nous ne pouvons pas céder à une culture une fois imposée, c’est l’existence même de notre race qui sera en danger
    Tant que l’Eglise ne passe pas à « l’attaque » d’annoncer ses valeurs, avec joie et enthousiasme et perd son énergie à se défendre, ses détracteurs continueront à pousser plus loin les lignes rouges, créant ainsi une culture du vide. La nature ayant horreur du vide, le vide sera rempli d’HORREUR. Nous n’avons que regarder autour de nous pour constater l’installation de ce dernier, et ceci avec beaucoup d’aisance.

  4. Thierry

    « Le début du désamour »…?
    Tant mieux, tant mieux, tant mieux ! Le pape aura désormais les coudées franches. Il n’est pas là pour plaire, ni pour « séduire ». C’est celui qu’on appelle le « malin » qui use de ces stratégie, il Cortegiano par excellence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *