Fabius JDA

Décryptage – Quand la Gauche a peur de perdre Jeanne

Download PDF

Un article du Monde s’étonne de ces politiques de gauche qui se disputent l’héritage de Jeanne.

Mais que représente donc sainte Jeanne d’Arc pour des personnalités de gauche ? Emmanuel Macron, Laurent Fabius montent au créneau. Laurent Fabius tente depuis longtemps de récupérer Jeanne, sa voisine rouennaise, tandis qu’il y a quelques années Najat Vallaud-Belkacem voyait dans les fêtes Jeanne d’Arc un exemple de promotion féminine.

 

Le discours de Laurent Fabius entend dénoncer la récupération de cette figue universelle.

Nicolas Sarkozy avait, en 2007 déjà, tenté de sortir la Pucelle de son enfermement idéologique nationaliste. Dans l’article auquel nous nous référons, les extrêmes-droites sont renvoyées dos à dos, alors que l’épisode pourtant significatif de l’anneau de Jeanne n’est pas évoqué. Mais il est incontestablement présent.

Jeanne, c’est la France libre et fière. Or le Français, n’importe quel étranger vous le dira, c’est un être libre et fier (un tantinet exaspérant d’orgueil même). Mais Jeanne c’est aussi la France chrétienne. La petite bergère de Domrémy ne serait jamais partie à Chinon pour le seul Dauphin. Elle est partie au nom du Christ.

 

Alors que vont faire de Jeanne un ministre de l’économie royaliste, libéral de gauche et un président du conseil constitutionnel revendiquant l’aile gauche du pouvoir en place ?

La droite nationale chrétienne française n’a pas de tête et Jeanne d’Arc est, à des siècles de distance, encore capable de mener les armées de la France. Si incroyable que cela puisse paraître, Jeanne demeure le seul véritable chef de cette France. Le retour de son anneau l’a démontré, la Pucelle fédère toujours et, ce faisant, elle révèle sa formidable capacité unificatrice, bien au-delà de rencontres comme celles de Béziers. Les chefs de gauche, sans comprendre qu’un chef puisse se lever d’outre tombe, pressentent cependant le danger de Jeanne prête, aujourd’hui encore, à bouter l’ennemi de la France qui, comme les Anglais d’alors, a pris les commandes du royaume et muselé le peuple.

Jeanne commandant en chef des armées de la France fait trembler l’occupant de gauche qui viole, défigure et ravage la fille aînée de l’Eglise.