lumiere-bethleem-mgr-garnier-491590

Face à la raréfaction des prêtres le diocèse de Cambrai cherche des solutions

Download PDF

«Quelle paroisse pour demain?» Ce mercredi, Monseigneur Garnier, évêque de Cambrai, vient apporter à Caudry, aux paroissiens de Sainte-Maxellende, les réponses à cette question existentielle qui ont été apportées par cent cinquante personnes, prêtres et laïcs, issus des diocèses de Lille, d’Arras et de Cambrai.
« La paroisse Sainte-Anne en Cambrésis n’a plus de prêtre. Et elle pourrait bientôt ne plus être la seule… »

[ et de nombreux paramètres] qui ne sont pas propres au Cambrésis, et qui conduisent, entre autres raisons, l’Église avec un grand « É » à s’interroger sur les moyens de poursuivre sa mission.
C’est pour mieux y réfléchir que plus de cent cinquante laïcs et religieux se sont réunis à Merville dans le cadre d’un « concile provincial ».

4 axes sont ressortis
. « Être proche des gens, ce qui n’est pas toujours évident dans les villages. La communion entre chrétiens. Et que davantage de gens participent à la vie de nos paroisses. »
Certaines décisions « plus concrètes » ont fait l’objet d’un vote. La plus symbolique, consiste dans la création d’un ministère de « coordinateur paroissial ». Soit un laïc, homme ou femme, qui pourrait « être le répondant dans les paroisses où il n’y a plus de curé ». « L’amendement » proposé par Hervé Le Minez, plaidant pour un fonctionnement en binôme homme/femme, n’a pas été retenu. Mais il souhaite néanmoins retenir cette formule dans son doyenné.

Lire l’article complet sur La voix du Nord

10 comments

  1. Mr Garnier devrait peut-être s’assurer que dans son diocèse la foi soit transmise, de là il y aura des vocations… Sinon, quand on laisse à la pastoral des jeune une laïque proavortement, que des prêtres et un évêque disent que notre pays n’a pas fait assez pour les migrants, en les faisant passer pour des réfugiés… On s’étonne pas de voir les Eglises se vider

  2. toto

    Comment pourraient-ils trouver des solutions à une situation dont il refusent de voir les causes?
    Comme le manque de prêtres « c’est-de-la-faute-à-personne », ils ne rêvent que d’utopies du genre « ordination des femmes », « mariage des prêtres », « laïcs remplaçant les prêtres sans être ordonnés » (cela s’appelle un pasteur protestant). La solution est simple, virer les évêques progressistes et les remplacer par des évêques catholiques, responsables devant Dieu du salut de chaque âme de leur diocèse.

  3. yr

    Des idées comme ça : les nouvelles communautés, St Martin, les Fraternités St Pierre et St Pie X , l’IBP, l’ICR… etc…
    On peut peut-être demander aussi aux ouailles ce qu’elles souhaitent ?

  4. bob

    je leur propose simplement de faire des messes catholiques. les fidèles, les prêtres, les vocations reviendront tout naturellement.
    quelle application du motu proprio sur la messe traditionnelle dans ce diocèse ? quand on fait une demande, le message subliminal envoyé est : « allez voir ailleurs si j’y suis ». j’ai obéi, je suis allé voir ailleurs, dans le diocèse limitrophe, et j’y suis resté.

  5. Hervé Soulié

    Que Mgr Garnier prenne contact avec ses confrères de Toulon ou de Bayonne.
    Car là-bas, ô miracle, on sait appeler des jeunes adultes au sacerdoce.
    Peut-être ces derniers céderont-ils au diocèse de Cambrai un ou deux des prêtres qu’ils auront eu assez de charisme pastoral pour attirer à l’Église..

  6. Pauvre pécheur que je suis

    Selon mon humble avis, c’est que l’Église est liée de partout, soit dans les communications, les journaux et surtout l’enseignement immoral et hypocrite du laïcisme vers l’athéisme + + +

  7. Françoise

    On pourrait aussi favoriser le diaconat, voire augmenter les « pouvoir » des diacres.
    Nous avons déjà des laïcs très performants, hommes ou femmes, lors de sépultures qui ne sont plus célébrées par des prêtres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *