bb

Nouvelles plaintes visant le cardinal Barbarin

Download PDF

Nouvelles plaintes visant le cardinal Barbarin pour «non-dénonciation» d’atteintes sexuelles.

De nouvelles plaintes visant des responsables catholiques dont le cardinal Barbarin ont été déposées à Lyon par deux victimes d’un prêtre pédophile, qui reprochent aux autorités religieuses leur silence face à ces agressions sexuelles commises il y a plus de 25 ans.

C’est ce qu’annonce le Parisien qui publie également les vidéos des victimes expliquant les raisons de leur décision.

 

8 comments

  1. C.B.

    Sauf erreur de ma part, il y a vingt-cinq ans (entre les années 1980 et 1990 si j’en crois http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/de-nouvelles-plaintes-visent-le-cardinal-philippe-barbarin_1355673.html , Monseigneur Philippe Barbarin avait entre 30 et 40 ans, venait juste d’être ordonné prêtre et était chargé de ministère en région parisienne.
    Et pour l’enseignant, condamné en Grande-Bretagne mais réintégré à son retour en France, on va demander des comptes à qui? NVB actuelle ministre, son prédécesseur, ou remonter plus loin?

  2. Il semble évident …que les plaintes ici concernant le Cardinal Barbarin sont abusives, et relèvent peut-être d’intentions, de manipulations qui sont loin d’être transparentes et aussi honnêtes qu’elles se prétendent. Philippe Barbarin est un grand évêque, grande figure d’un épiscopat français qui aujourd’hui est loin de briller par son courage et envergure.Il est selon moi dans la haute lignée d’un Lustiger !
    Ceci dit; il est possible qu’il y ait eu erreur dans la juste appréciation de ce problème, et là il faut déjà laisser faire le travail de la Justice en espérant son honnêteté.
    Le problème touche le temps, la prescription, la mémoire, la durée. On croit parfois que les problèmes se règlent avec le temps, et que le temps a effacé les drames vécus, et permis à la brebis égarée de reprendre sa place. Or, comme le chantait Jacques Brel, « on n’oublie rien, on s’habitue », et il ya une temporalité propre à la souffrance, aux blessures intimes qui ignore notre rapport habituel au passé. La souffrance vécue a sa temporalité propre, sa permanence qui résiste au travail du temps. Hier et aujourd’hui se confondent dans la durée vécue d’une souffrance intime qui ignore les prescriptions juridiques de la Justice déshumanisée de l’Etat.
    Cette temporalité vécue de la souffrance, cé désir de réparation , forme ancestrale de la légitime vengeance, ne peut évoluer positivement et restaurer/ouvrir une autre temporalité que dans le pardon.
    Et c’est aujourd’hui la tâche de l’église de Lyon en cette affaire, que d’accueillir et ouvrir cette perspective, surtout en cette année de la Miséricorde. La Justice fera son travail. Mais les victimes ne trouveront la paix, la joie, que dans le pardon. Profond débat , travaillons ici avec Vladimir Jankelevicth, Jacques Derrida, Jean luc Marion, et autres philosophes de premier plan, les théologiens et surtout les saints, la vie des saints.
    Méditons Derrida, « pardonner, c’est pardonner l’impardonnable ».

    • Philomène

      Une personne qui souffre ne peut pardonner, même si elle le désire parce qu’elle sait que c’est le seul chemin pour guérir; la sanction juridique contre l’offenseur ne la soulage pas de sa rancœur. Pour pardonner, elle a besoin de ne plus souffrir; pour cela, il faut qu’elle sache que l’offenseur regrette sa transgression, qu’il en souffre lui-même. C’est facile de pardonner à qui demande pardon sincèrement, c’est quasiment instantané. Il faut être un saint ou une sainte pour  » pardonner l’impardonnable ». Jankélévitch termine son livre sur le pardon avec l’idée qu’il existe de « l’impardonnable » en citant l’exemple des petits enfants que les nazis tuaient d’une piqûre de phénol dans le cœur, il estime aussi qu’on ne peut pardonner à la place de celui qui est mort. Derrida réfléchit au niveau politique: il faut pardonner pour que la paix puisse se faire, les générations actuelles ne sont pas responsables des exactions et horreurs commises par les générations précédentes. Pardonner ne se décrète pas, il faut que le cœur suive.

  3. yr

    Ces témoignages sont un peu tardifs.
    Pourquoi accuser le Cardinal MAINTENANT ? pour des faits que ces adultes disent chacun avoir oubliés et juste remis à l’ordre du jour 30 ans après les faits. Cela ne les a pas empêchés de vivre jusque là, ils sont mariés et disent être passés à autre chose, alors pourquoi cette affaire ressort-elle ?
    Pourquoi n’avoir pas réglé leurs problèmes avec les familles qui ont demandé, à l’époque, le départ de ce prêtre ?
    Cela est étonnant de la part de catholiques de monter une telle cavale contre le Cardinal maintenant pour des faits dont il n’avait pas la responsabilité à l’époque et qui, médiatisés, seront AUSSI utilisés contre l’Eglise.

  4. Avedikian

    S’il y a des souffrances qui ne s’ effacent pass malgré le temps seule la prière et la demande de conversion pour les coupables estv importante aux yeux de Dieu. Ceux qui en profitent pour salir l ‘Église font le jeu du diable dont la haine de Dieu est une réalité trop souvent volontairement ignoree.

  5. philmarsouin

    C’est du harcèlement non justifié. Philippe Barbarin Primat des Gaules est-il responsable de tout ce qui s’est fait à Lyon et en France depuis Clovis ? Non, comme le souligne C.B. dans ce cas NVB est responsable des abus fait par des professeurs, et le responsable de la compagnie d’autocar dont un chauffeur aurait commis ces mêmes abus serait aussi responsable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *