une-vue-generale-du-synode-reunissant-le-pape-les-cardinaux-_2294007

Accès des divorcés remariés à la communion eucharistique: le très faible engouement des pères synodaux

Download PDF

Même s’il convient de rester prudent sur les dénouements du synode romain sur la famille, il faut bien noter que les propositions kaspériennes ne prennent pas. Ainsi, on apprend que la possibilité pour les divorcés dits remariés d’accéder à la communion eucharistique a été écartée. Il semblerait que seul le quart des évêques a été favorable à cette mesure. Même La Croix le reconnaît, qui parle de « déconvenue manifeste » et reconnaît l’échec du groupe germanophone, dont on avait cru que sa réflexion convaincrait… (Curieusement – ou non… -, le site de Radio Vatican est moins prolixe et préfère user d’un langage plus consensuel). Les pères synodaux ne l’ont pas entendu de cette oreille. Ils ont écarté toutes les propositions, y compris celles qui définissaient un régime restrictif (possibilité pour les divorcés remariés de communier après… plusieurs années de pénitence, comme cela avait été proposé par un orthodoxe). Le chemin pénitentiel, même dans sa version élitiste et draconienne, n’a pas convaincu. Le patriarche melkite catholique, Grégoire III Laham, a indiqué que « le synode ne peut pas dresser la liste des cas particuliers », préférant le rappel de la doctrine classique.

Si l’on analyse dans le détail le travail des différents groupes linguistiques, la plupart ne sont guère favorables à des possibilités, y compris limitées, d’accès à la communion eucharistique des divorcés dits remariés. Même le groupe allemand n’ pas obtenu de consensus sur la solution kaspérienne. C’est tout un symbole. Le seul groupe « ouvert » aurait été le groupe espagnol qui semblerait admettre l’idée d’un chemin pénitentiel, sans pour autant cacher sa réticence. Les trois groupes italiens auraient récusé la solution kaspérienne, tout comme la totalité des groupes français. Ce qui apparaît aussi, c’est le rôle-clé joué par les évêques africains. Il y a des enseignements à tirer pour la suite. Et pas seulement pour le synode lui-même…

Certes, une hirondelle ne fait pas le printemps, et il faut rester vigilant sur les attractions du « kaspérianisme ». Mais rien n’interdit de penser que la promotion des thèses du cardinal allemand a davantage inquiété. S’il y a bien une surprise, c’est dans cette hostilité beaucoup plus forte que prévue, qui dépasse certainement le cercle des évêques les plus conservateurs.

 

8 comments

  1. allegro

    « le quart des évêques a été favorable » à Kasper : c’est inouï compte tenu d’une proposition hétérodoxe qui n’aurait même jamais dû effleurer la pensée de ces gardiens de la doctrine catholique éternelle.

    Mais c’est très réconfortant adu fait que la catastrophe annoncée ne s’est pas produite.

    Que Dieu nous garde des vampires !

    allegro

  2. Charlemagne

    Le groupe des évêques germanophones semble frappé du syndrome du protestantisme. Le même défaut qui a fait clamer Madame Merkel que l’Allemagne serait en mesure d’accueillir des millions de migrants sans le moindre problème. Aujourd’hui l’Allemagne est en plein rétropédalage sur tous les fronts. Après avoir ouvert la calamiteuse boîte de Pandore des migrants, incapable qu’elle est de la renfermer, il est heureux que le Synode ait refusé de se faire entraîner par l’Allemagne et le front teuton, sur le chemin de l’éclatement de l’unité de la doctrine de l’Église catholique romaine. Je dis bien romaine. Pas berlinoise.

  3. Permettez-moi d’attirer votre attention sur cette analyse absolument remarquable, dont vous avez déjà eu très probablement connaissance, mais qui est peut-être encore ignorée de votre lectorat, même habituel, comme elle l’était de moi-même il y a encore un instant …

    Pour les raisons qui y sont parfaitement développées c’est un sujet qui devrait intéresser le synode ou aurait dû intéresser le synode …

    Pornographie : l’invasion est réussie, “Playboy” a gagné et ne publie plus de photos de femmes nues

    http://reinformation.tv/pornographie-playboy-photos-femmes-nues-dolhein-44165-2/

  4. Bazelaire

    Ce n’est pas ce que l’on peut lire de sérieux par ailleurs, hélas ! Au nom de la synodalité et de la « pastorale » chères à François ainsi qu’à son cortège d’évêques et de cardinaux amoureux de leur temps, tout est envisageable et sans doute envisagé ! notamment le piétinement de la doctrine par les mêmes, dans leurs diocèses ou leurs dicastères respectifs. L’Eglise, par le truchement de clercs déguisés, si peu catholiques, se protestantise. Pas une allusion à la Sainte famille ! Pas une prière à la Très Sainte Vierge ! Il n’est question que d’absoudre une humanité dans tous ses états, et les plus délétères de surcroit…

  5. Philon33

    Selon le site américain de Church Militant très bien informé à Rome si le conclave devait se réunir aujourd’hui le pape actuel n’arriverait à pas plus de 10 voix. L’immense majorité des évêques est restée fidèle à la doctrine de l’Eglise et seule une très petite minorité d’évêques rebelles manœuvrerait en coulisses pour faire changer la doctrine ( voir la « mafia de Saint-Gall » orchestrée par le Crd Daneel’s ). Nous verrons si le pape impose un document final contraire à l’immense majorité des évêques ou si il va contourner en créant la décentralisation des décisions en matière de doctrine ce qui reviendrait à détruire l’Eglise avec une multiplicité de petites églises où chacun accommoderait la doctrine à sa sauce. Le Seigneur a dit à Pierre  » Les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre elle (l’Eglise) » faisons lui confiance.

  6. Pauvre pécheur que je suis

    Ne jugeons pas trop vite…

    Sommes-nous devenus des Lucky Lucke qui tirent plus vite que son ombre ?

    La confession et le regret sincère sont nécessaires au pardon…

    Prions l’Esprit Saint de soutenir l’Église Catholique…

    • Charlemagne

      Il n’y a pas de jugement dans nos commentaires concernant l’évitement d’un éclatement de l’unité de l’Eglise ! Éclatement qui semblait voulu par un groupe d’évêques teutons dont la trop grand proximité avec la prédominance luthérienne allemande, leur fait ravaler (oublier?) la doctrine catholique romaine.
      La confession et le regret sincère sont nécessaire au pardon, pas à remettre en cause les sacrements et la Parole dictés par Jésus en personne, Fils de Dieu, uni au Père et Sauveur de l’Humanité.

      Qui sommes nous pour nous permettre de remettre en cause ce que Dieu nous dicte par la Parole de son Fils ?

      Prions davantage pour ces évêques teutons pour qu’ils reviennent à davantage de conscience de leurs actes qui mettent en péril l’unité même de l’Eglise catholique romaine.

      • Pauvre pécheur que je suis

        La Parole du Christ est : 7 fois 70 fois ne remets pas en cause l’accès au sacrement…

        Bien au contraire, par contre je suis comme vous, je l’imagine, contre la division dans l’Église Catholique sans avoir peur de dénoncer les abus de la part de certains évêques…

        Ayons le courage d’agir en conformité de la Volonté de Dieu par l’Esprit Saint tout en priant pour les uns et les autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *