a

Amoris laetitia: une observation du Père Scalese

Download PDF

L’exhortation apostolique Amoris laetitia a suscité un certain nombre de perplexités et d’interrogations dans le monde catholique. Le site Benoît et moi a publié un article du Père Scalese (CRSP). L’auteur estime qu’une exhortation apostolique ne devrait pas « devenir un manuel pour confesseurs ». Voici un extrait:

Est-il nécessaire que les documents pontificaux se transforment en traités de psychologie, pédagogie, théologie morale, pastorale, spiritualité? Est-ce là la tâche du magistère de l’Église? D’abord, on affirme que «les débats doctrinaux, moraux ou pastoraux ne doivent pas tous être résolus avec les interventions du Magistère» (n. 3), puis, de fait, on se prononce sur chaque aspect et on court même le risque de tomber dans cette «casuistique insupportable» que pourtant, en paroles, on dit désapprouver (n. 304). Le magistère a la tâche d’interpréter la parole de Dieu (Dei Verbum, n. 10; Catéchisme de l’Église catholique, n. 85), de définir les vérités de la foi, de préserver et d’interpréter la loi morale, non seulement évangélique, mais aussi naturelle (Humanae vitae, n. 4). Le reste – l’explication, l’approfondissement, les applications pratiques, etc. – a toujours été laissé aux théologiens, aux confesseurs, aux maîtres spirituels, à la conscience bien formée de chaque fidèle. Une exhortation apostolique, destinée à tous les fidèles, ne peut pas, à mon avis, devenir un manuel pour confesseurs.

Un rappel sur ce que la fonction du magistère. Un peu plus loin, le Père Scalese écrit:

Dans l’Église, le discernement et l’accompagnement pastoral (peut-être appelés par des noms différents et sans faire trop de théorisation) ont toujours existé; sauf que jusqu’à présent chacun faisait son métier: le magistère enseignait la doctrine, les théologiens approfondissaient, les confesseurs et les directeurs spirituels l’appliquaient à des cas individuels. Mais aujourd’hui, il semble que personne ne parvienne plus à distinguer la spécificité de son propre rôle.

6 comments

  1. Jacques jacques

    Profondément juste.
    Le pape sort aussi de son rôle quand il va chercher des migrants à Lesbos.
    La migration des peuples est de plus une chose anormale, voulue et provoquée par un pouvoir quasi mondial, qui amène la misère et la discorde.
    Plutôt que de vouloir exploiter le sensiblerie des naïfs, il ferait mieux de dénoncer l’horreur de l’expatriation migratoire.
    Question : est ce que le devoir du pape est d’exploiter quelques musulmans pour sa pub, ou de les convertir à Jésus Christ, aux évangiles à la doctrine catholique ?
    Je crains d’avoir posé la question de la survie de l’église.
    Heureusement pas la survie des catholiques, il en restera toujours, même rares.

  2. DECOOL

    J’adhère totalement à cette analyse. Le pape François semble ignorer complètement sa charge et ses responsabilités, pour se consacrer uniquement à ce qui l’intéresse, et malheureusement qui intéresse les médias. Saint Vincent- de- Pau,l dont il ne pourra jamais atteindre la dévotion envers les pauvres, n’a jamais brigué le gouvernement de l’Eglise catholique et romaine. Le curé Bergoglio a-t-il oublié qu’il était élu Pape…

  3. Arnold

    Mais quel est exactement le rôle du Père Scalese : magistère, théologie, confession ? Il illustre ce qu’il dénonce : chacun donnant un avis non autorisé, y allant de sa petite phrase ou de sa critique pour créer la cacophonie.
    Ce texte n’est pas magistériel, donc il s’applique dans le cadre et le respect de la doctrine habituelle que les commentateurs font semblant d’avoir oubliée pour nous faire croire que ce document la remettrait en cause : cela devient insupportable.
    Le site Benoît et moi est une véritable source de division dans l’Eglise, cachant mal un sédévacantisme larvé et après tout, l’Eglise a besoin de tous mais elle ne retient personne ! Car les catholiques doivent défendre et soutenir le Viacaire du Christ, et non passer leur temps à le flinguer en fonction d’interprétations personnelles, de manipulation de citations et de ragots sans fondements de bigotes maléfiques…
    Quant à l’ICRSP, avec son charisme du XIXème siècle, je me demande s’il ne s’est pas trompé d’époque : mais si ses prêtres ont besoin d’un magistère fort, qu’ils soutiennent avec détermination celui qui est en place pour l’affermir plutôt que de tenter de l’affaiblir en le critiquant !
    Le rôle des prêtres est de rappeler la doctrine sur laquelle se fonde Amoris Laetitia, et non de donner raison aux modernistes qui voudraient la remettre en cause…
    je suis toujours sidéré par cette propension des traditionalistes à adopter l’herméneutique de rupture des textes pontificaux, en s’alliant ainsi objectivement aux modernistes pour participer directement au sape de l’Eglise.

  4. Rebecca

    S’il vous plaît ne nous plaignons pas …
    Les villes sont gangrénées par la violence, les maisons sont pleines de tristesse, les places et les parvis sont remplis de gens assoifés, les chrétiens sont réveillés, les catholiques cherchent à comprendre, les martyrs sont pressés de faire connaître au monde le Christ .
    S’il vous plaît ne nous plaignons pas !
    Le vicaire du Christ et ses frères savants nous exorthent audacieusement à accomplir avec zèle notre mission de baptisés .
    De quoi se plaint-on ?
    Dans le Coeur à coeur avec le Christ chacun discernera sa vocation particulière, le seul livre d’apprentissage est l’ Em-manuel .
    Rendons grâce à Dieu !

  5. apobrod

    On peut de moins en moins laisser de commentaires sur ce blog….
    Est-ce volontaire ou une façon « de se faire oublier dans les propos anti-Evangile…. »
    Merci Seigneur de faire taire les pharisiens de ce blog!!!! (de gré ou de force!!!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *