vietnam croyances

Anlayse – Vietnam – De l’usage des « croyances et religions » à des fins politiques

Download PDF

L’interview sur la religion que l’on lira ci-dessous a été recueillie par Gia Minh, journaliste à Radio Free Asia (RFA – émissions en vietnamien), auprès de deux spécialistes vietnamiens de la question religieuse, présentés par lui comme appartenant au Centre d’études Asie-Pacifique de l’Université nationale de Hanoi. Il s’agit de deux chercheurs, Nguyên Van Chinh et Nguyên Quang Hung, tous les deux visiblement spécialisés dans l’analyse et l’histoire de la gestion du phénomène religieux dans son rapport à la politique.

Ce type de document théorique relativement courant il y a une vingtaine d’années est devenu très rare. Les deux spécialistes reflètent, sans nul doute, le point de vue du Parti communiste vietnamien et, plus particulièrement, celui du Bureau des Affaires religieuses sur les manifestations religieuses dans la société d’aujourd’hui. Les réponses des deux spécialistes donnent en particulier des explications intéressantes sur la distinction entre « religion » et « croyances », distinction qui a pris une grande importance au Vietnam depuis la parution de l’Ordonnance sur les croyances et la religion, mise en vigueur en 2004.

L’interview met en lumière la défiance – plus ou moins grande – éprouvée par les autorités politiques à l’égard de certaines religions. Cette défiance est à la mesure de la complexité, de la force et du degré d’organisation interne dont disposent les Eglises.

Ce document mérite d’autant plus d’attention qu’il se situe dans la période préparatoire au vote par l’Assemblée nationale d’un projet de loi concernant la religion, projet qui a fait déjà l’objet de critiques sévères de la plupart des communautés religieuses du Vietnam.

Un intérêt non négligeable de cet entretien, publié par RFA le 17 juin 2016, réside enfin dans le fait qu’il livre, quelquefois sans fard, les véritables intérêts politiques poursuivis par l’Etat dans son organisation et son mode de gestion des religions et des croyances. Il est rare, par exemple, d’être mis au courant, comme c’est le cas ici, des sentiments de crainte ou au contraire de sympathie éprouvés officiellement à l’égard de tel ou tel mouvement religieux.

Le texte vietnamien de l’entretien a été traduit en français par la rédaction d’Eglises d’Asie ici