Capture d’écran 2014-09-22 à 00.27.13

Cardinal Kasper : ceux qui l’attaquent sur le mariage attaquent le pape François

Download PDF

Le cardinal Kasper revient à la charge. A quelques semaines du synode extraordinaire sur la famille, celui qui avait lancé au dernier consistoire sa bombe sur l’accès des divorcés « remariés » à la communion vient d’accorder plusieurs interviews en italien et en allemand où il accuse ceux qui ont manifesté leur désaccord avec lui de viser, en réalité, le pape lui-même. C’est en particulier dans un entretien publié par Il Matino que le cardinal se montre le plus virulent : certains de ses adversaires, dit-il, pourraient bien « vouloir une guerre doctrinale ».

Trois lignes de force se dégagent de l’entretien. 1. On ne change pas la doctrine, on ne change pas les principes. 2. Les temps ont changé et il devient nécessaire de faire preuve de « discernement » dans l’application des principes. 3. La réponse est donc dans la pastorale, le pape veut un synode pastoral, il ne saurait y avoir de discussion sur les principes.

Le raisonnement est habile : il affiche comme acquis l’accord sur le fond, et accuse les opposants de ne pas l’admettre afin de pouvoir rejeter les mesures de « miséricorde » qu’il convient de mettre en place au bénéfice de ceux qui, tout en sachant qu’ils n’ont pas respecté le principe, qu’ils ont failli, doivent pourtant obtenir les moyens nécessaires au salut. Pour caricaturer le propos, ou plutôt pour en dégager l’ossature, on pourrait dire que Kasper accuse en définitive ses opposants qui mettent en avant la doctrine traditionnelle de l’Eglise de se satisfaire de la damnation des divorcés « remariés », de vouloir les envoyer en enfer.

Ce faisant il s’appuie sur l’autorité du pape, assurant avoir rendu visite par deux fois à François qui serait comme lui dans l’attente d’un « synode pastoral », et dont il a obtenu l’accord.

La pratique n’aurait-elle donc pas d’influence sur la doctrine ? A en croire le cardinal, non – à ceci près qu’il insiste sur le fait que la doctrine doit être « approfondie », qu’elle n’est pas « fermée ». Pour Kasper, la doctrine n’est  pas en discussion mais « il s’agit de discuter de l’application de la doctrine aux situations complexes ».

A vrai dire, la logique est éprouvée : elle n’est pas si éloignée de la technique de l’argumentation autour de l’avortement qui s’appuie d’abord sur les « cas limites »  et raisonne sur l’exception.

Il ne faut pas pousser l’analogie trop loin, certes. Le cardinal Kasper ne justifie pas le divorce et ne cherche pas à le « légaliser » dans l’Eglise. C’est pourquoi il ne parle que du souci pastoral à l’égard de certains qui n’ont pas eu l’héroïsme de rester fidèles à leur conjoint après une rupture, un héroïsme qui « n’est pas pour le chrétien moyen » comme il l’a dit.

Cela suppose déjà de leur part une forme de repentance. C’est elle qui permettra de passer l’éponge pour que le divorcé engagé dans une nouvelle union puisse se sentir accueilli et non rejeté dans cette Eglise dont il regrette d’avoir enfreint les règles. Qu’il puisse donc communier, à la fois pour recevoir la grâce du sacrement et pour continuer de faire partie de la communauté.

Mais sur le plan humain, le fait de lever la sanction du refus de la communion dans certains cas, sans qu’il y ait eu de la part du divorcé « remarié » l’engagement de ne plus vivre en situation irrégulière (et là on peut légitimement imaginer différents types de solutions), relativise nécessairement l’interdit. Si on peut l’envisager, c’est donc que la rupture de l’alliance n’est pas si grave. Voilà qui dévalue fortement le mariage : ce mariage qui est image de l’union du Christ et de l’Eglise. Et par là même image de l’Eucharistie, du don que le Christ fait de Lui-même à l’Eglise.

A quoi il faut ajouter toute la richesse de la « Théologie du corps » développée par Jean-Paul II, montrant que l’amour sponsal, qu’il s’exprime dans la virginale union avec Dieu dans le célibat consacré, ou dans le mariage qui fait du couple humain l’image – la faible analogie – de la vraie Sainte Famille trinitaire, dans l’amour fidèle, fécond et qui donne tout, est au cœur du plan de Dieu sur l’homme.

C’est parce que ces réalités dépassent l’homme qu’elles lui imposent des contraintes qui peuvent sembler le dépasser aussi ; cela ne veut pas dire que les portes du paradis lui sont fermées à tout jamais s’il tombe ou échoue, puisque le pardon et la miséricorde de Dieu sont plus grands que tout. Mais la solution proposée par le cardinal Kasper consisterait pour le chrétien repentant non pas à rechercher de nouveau l’amitié avec Dieu – la grâce sanctifiante – en renonçant au péché, ou en demandant la grâce d’en avoir la force, mais de la supposer acquise et de « bien vivre » au sein de sa nouvelle union, de s’y ancrer, de s’y attacher au détriment de la réalité de la première ; la vraie.

Il me semble à ce propos qu’il y a une argumentation qui porte à confusion dans la présentation que [ici Kasper disait encore qu’elle ne l’était que « secondairement », NDLR] mais la grâce du Saint-Esprit, qui est donnée par la foi au Christ. Sans l’Esprit qui œuvre dans les cœurs, la lettre de l’Evangile est une loi qui tue (2, Cor. 3-6). C’est pourquoi l’Evangile de la famille ne veut pas être un poids mais bien, en tant que don de la foi, une joie nouvelle, lumière et force de la vie dans la famille. »

faisait le rapport du cardinal Kasper au consistoire de la loi divine sur le mariage. Il écrivait : « Pour Thomas d’Aquin, la loi de la nouvelle Alliance n’est pas une loi écrite,

Bien sûr. La loi de Dieu est une loi de vie qui ouvre au bonheur éternel. Et le joug du Christ est doux, et son fardeau léger. Il n’empêche : pour le pécheur moyen, arriver à ce constat suppose déjà une certaine avancée sur les chemins de Dieu, la capacité de résister aux passions mauvaises, le renoncement à bien des choses qui nous semblent agréables, désirables et tellement faciles !

Plus loin, le cardinal Kasper explique : « En tant qu’image de Dieu, l’amour humain est une chose grande et belle, mais il n’est pas de lui-même divin. La Bible démythifie la “banalisation” antico-orientale de la sexualité dans la prostitution dans les temples et condamne la débauche comme une idolâtrie.

Si un partenaire déifie l’autre et s’il attend de lui qu’il lui prépare le ciel sur la terre, alors l’autre, forcément, se sent trop sollicité ; il ne peut faire autre chose que de décevoir. A cause de ces attentes excessives bien des mariages échouent. La communauté de vie entre l’homme et la femme, ensemble avec leurs enfants, ne peut être heureuse s’ils l’entendent tous deux comme un don qui les transcende. »

Là encore, le diagnostic n’est pas faux, mais il semble bizarre d’y mêler les outrances du paganisme de manière à dévaluer le mariage. L’argument est-il utilisé pour justifier ces échecs qu’il va falloir constater et prendre en compte dans la nouvelle discipline ? Puisque les hommes ne sont pas des dieux ; puisqu’ils ne savent même pas qu’ils ne le sont pas, eh bien, soyons indulgents… Votre éminence, ne sommes-nous pas appelés à autre chose ? A savoir ce qui nous éloigne de Dieu, et ce qui nous en rapproche ? Pourquoi l’Eglise parle-t-elle de péché mortel – quel poids à porter ! – si ce n’est pour nous mettre en garde, et aussi pour nous aider à en sortir ?

Que les propos du cardinal Kasper, quoiqu’approuvés par le pape en ce qu’ils avaient ouvert le débat, aient provoqué des mises aux points d’ailleurs de plus en plus nombreux de la part d’autres cardinaux n’a donc rien d’étonnant ni d’inquiétant.

Mais Walter Kasper se pose de plus en plus en victime par rapport à ces purs.

Dans son interview à Il Mattino, il se plaint de ce que le livre à venir (en anglais chez Ignatius Press, ici, avec les signatures des cardinaux Brandmüller, Burke, Caffarra, De Paolis et Müller (de la Congrégation pour la doctrine de la Foi) et quelques autres ait été donné en avant-première à la presse, et non à lui. « C’est un peu étrange… »

Lui qui assure qu’il interviendra au synode, « mais comme un membre normal », est quand même irrité par leur démarche : « Ils me contestent parce qu’ils disent que le document de base est contraire à la Vérité ? »

[Ci-après la traduction de la suite de l’entretien, avec les questions d’Il Mattino en italique.]

— Que leur répondez-vous ?

— Nous sommes tous pour la Vérité.

— Même ceux qui la contestent ?

— Eux prétendent savoir tout seuls ce qu’est la Vérité. Mais la Doctrine catholique n’est pas un système fermé, mais une tradition vivante qui se développe, comme l’a enseigné le concile Vatican II. Ils veulent cristalliser la Vérité dans certaines formules.

— Cristalliser la vérité, dites-vous. Par exemple ?

— Les formules de la tradition.

— Et quelle pourrait être la formule qui, selon vous, pourrait être cristallisée ?

— L’indissolubilité du mariage. Il est nécessaire de la vérifier dans des situations complexes. Moi, dans mon rapport au Consistoire extraordinaire, j’ai dit clairement que nous devions être honnêtes. Entre la doctrine de l’Eglise sur le mariage et sur la famille et les convictions vécues de beaucoup de chrétiens il s’est créé un abîme. La tâche du synode sera de parler de nouveau de la beauté et de la joie de la famille qui est toujours la même et qui est pourtant toujours nouvelle, comme l’enseigne Evangelii Gaudium.

— L’Eglise a le devoir de voir les situations complexes, affirmez-vous. Mais pourquoi alors ce livre de cinq cardinaux qui contestent vos ouvertures sur les thèmes de la famille ?

— Je veux d’abord lire le livre.

— Vous utilisez beaucoup le critère de la miséricorde. (…) Pourquoi insistez-vous tant sur cette théologie de la miséricorde ?

— Parce que la miséricorde est le thème central du message de Jésus. C’est le mot clef du Nouveau Testament. C’est le point central du message évangélique. La miséricorde n’annule pas les autres commandements.

— La famille demeure-t-elle la cellule naturelle de la société ?

— La famille est la cellule centrale de la société et de l’Eglise.

— Mais le principe de la Création homme-femme demeure-t-il intact ?

— Certainement, il n’y a aucun doute à propos de ce principe.

— L’un des thèmes des plus graves accusations à votre propos, de la part de vos collègues cardinaux, est celui de la possibilité de donner la communion aux divorcés. Comment répondez-vous ?

— Parmi les échecs des mariages il y a des situations qui sont très différentes entre elles. Il faut un discernement à propos de toutes les situations : une chose est la personne qui détruit délibérément une famille, autre est la situation où l’un des conjoints s’éloigne de l’autre. D’où la nécessité de discernement. Oui ; un discernement pastoral sur les situations. Je ne suis pas pour une ouverture acritique, généralisée, mais j’invite à évaluer les situations singulières. L’individualisme et le consumérisme contemporains, je l’ai toujours dit aux frères cardinaux au consistoire en février dernier, ont mis en cause la culture traditionnelle de la famille. Et l’Eglise est mise au défi de ces nouvelles situations.

— Au synode, qui prévaudront : les défenseurs à outrance de la Doctrine ou les théologiens de la pastorale ?

— J’espère que le synode se constituera d’un échange sérieux et tranquille sur les expériences pastorales. Les évêques sont les pasteurs de leurs Eglises et ils ne sont pas là pour une guerre idéologique.

— Donc ce ne sera pas une guerre idéologique, selon le schéma classique conservateurs contre progressistes ?

— J’espère qu’il n’en sera pas ainsi. Le synode doit se demander, avant tout, comment l’Eglise peut aider au chemin dans l’histoire de l’homme contemporain. L’Eglise doit partager les joies et les espérances des hommes, les tristesses et les angoisses du monde.

— Certains, selon vous, veulent une guerre doctrinale ?

— Oui, certains veulent une guerre doctrinale, mais ce n’est pas cela, la tâche du synode. La Doctrine est claire. On ne la change pas, on l’approfondit et on l’applique aux situations complexes de l’homme contemporain.

— Comment approfondir les situations complexes ? Par exemple, le drame d’une famille divorcée qui a violé le sacrement du mariage indissoluble ?

— Les situations complexes, on les approfondit une à une. Personne ne doit juger, mais discerner. La lumière de l’Evangile nous aide au discernement dans toutes les situations concrètes, à la lumière de la miséricorde.

— Revenons au danger d’une guerre doctrinale au synode.

— Moi, je n’en veux certainement pas. Eux, peut-être, la veulent-ils. Moi, je pense à un synode pastoral.

— C’est ce que veut le pape ?

— C’est clair. Le pape lui aussi veut un synode pastoral.

— Vous attendiez-vous à cette polémique à propos de votre rapport de base au consistoire ?

— Je ne suis pas naïf. Je sais qu’il y a d’autres positions mais je n’ai pas pensé que le débat se transformerait, et qu’il se montrerait comme il le fait aujourd’hui sans allure. Aucun de mes confrères cardinaux n’a parlé avec moi. Moi, au contraire, j’ai parlé deux fois avec le Saint Père. J’ai convenu de tout avec lui. Il était d’accord. Que peut faire un cardinal, si ce n’est être avec le pape ? Je ne suis pas la cible, la cible est un autre.

— Le pape François ?

— Probablement oui.

— Que dites-vous, pour finir, à vos opposants ?

— Ils savent que je n’ai pas fait cette chose de moi-même. Je me suis mis d’accord avec le pape, j’ai parlé deux fois avec lui. Il s’est montré content. Maintenant ils font cette polémique. Un cardinal doit rester près du pape, à ses côtés. Les cardinaux sont les coopérateurs du pape.

 

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits

22 comments

  1. garmon

    Désormais, on entre dans le dur de ce pontificat, l’Esprit Saint offre son assistance à tous.
    Il faut prier.
    Je crains un synode polémique, bas, même aux plus hauts niveaux.

    Le pape François a laissé entendre que, lui aussi, renoncerait à sa charge de pasteur universel… au fond assez prochainement. Il va peut-être y avoir de l’accélération, puis un conclave…. Comment succéder à ce pape hors pair ?

    Dieu vous garde

    Garmon

  2. angel

    Bjr à vous
    Ce n’est pas parce que la personne est divorcée qu’elle est malsaine !Parfois sur les 2 antagonistes l’un des 2 n’est pas d’accord !
    alors !!doit il en subir les conséquences ??
    Et puis Dieu est Amour nous répète t-on !!!
    et sa miséricorde Divine est là! pour cela
    Merci au Cardinal Kasper

  3. dj

    Ce problème de l’accès des divorcés « remariés » à la Communion me semble, sans objet. Car que constatons nous, en pratique ?
    Beaucoup d’entre eux se présentent à la Communion…..et la reçoivent, c’est cela la réalité.
    D’autre part le fait d’associer le remariage après un divorce à un péché me semble totalement contestable quand la personne divorcée est en fait une victime. Par exemple quand un conjoint abandonne l’autre conjoint, pourquoi accabler davantage le conjoint abandonné en lui interdisant la Communion s’il se remarie ?
    Cela n’a pas de sens.
    Les Chrétiens Protestants sont beaucoup plus pragmatiques sur ces sujets que les Chrétiens Catholiques.
    L’Eglise n’a pas à intervenir sur ces questions qui relèvent de l’intimité et de la vie privée de chacun et les Cardinaux n’ont ni la capacité ni la compétence pour les juger car eux mêmes non mariés et ayant fait voeux de chasteté.

  4. Shimon

    Il semble qu’un certain nombre de « catholiques de base », « moyens », qui ne sont pas « héroïques » ont une sensibilité proche de celle du frère du fils prodigue.
    Pourtant ce « fils prodigue » d’un « père miséricordieux » s’était repenti, avait confessé son erreur à son père, demandé son pardon, et avait abandonné sa conduite auto-destructrice.

    J’ai apprécié la réponse de Mgr Stephen Oster, évêque de Passau (Bavière) à Mgr Johan Bonny, évêque d’Anvers (Belgique), où Mgr Oster souligne l’importance de la « conversion », du changement d’attitude.
    Pingback :
    http://benoit-et-moi.fr/2014-II/actualites/leveque-de-passau-repond-a-celui-danvers.html
    Shimon Levi

  5. Besonhé Maurice

    Après le concile « pastoral » voila le synode « pastoral » : des harengs du même panier…

    Si tu es contre lui : tu n’es pas l’ami de César, tout qui se déclare contre le synode s’oppose à César… »
    Faut il rappeler que tous les césars conciliaires sont devenus des divinités… pardons des saints!

    Nos « sénateurs » romains ont -ils élu Néron ou Caligula ?…

  6. toto

    Le cardinal Kasper, un loup dans la bergerie.
    Kasper en allemand veut dire « guignol ». Il veut se faire passer pour une victime alors qu’il détruit les dogmes de l’Eglise. Quand d’autres cardinaux défendent la Vérité, il appelle cela une « guerre idéologique ». C’est lui l’idéologue.

  7. sygiranus

    Kasper serait-il plus Cardinal que les Cardinaux-« frères » ?
    Si l’on ne remet pas la procréation et l’éducation des enfants comme premier but du mariage (sans occulter les autres mais en les tenant à leur place), la pastorale prendra inévitablement le pas sur la doctrine (comme depuis VII) et la justice de Dieu sera bafouée car, en l’absence de repentance, sa miséricorde ne saurait s’exercer malgré toute la tentation qu’en éprouve le Cardinal K. Le laxisme, en la matière, est autoproductif et s’y laisser entraîner, produit des effets plus aberrants les uns que les autres.

    • Shimon

      L’évêque de Passau (Bavière), Mgr Stephen Oster parlait de l’indispensable « conversion », c’est-à-dire du changement de comportement, toujours, toujours difficile mais qui n’est ni impossible, ni « héroïque » et inaccessible au » chrétien moyen ». C’est cette « conversion » qu’il faut soutenir, autrement que par un accès sacrilège à la communion au Corps du Christ.

  8. Nous avons publié un article en réponse à celui-ci. L’objet n’est pas de répondre à l’article lui-même mais aux propos du cardinal Kasper.

    Mais surtout, nous voudrions communiquer respectueusement à Jeanne Smits et à tous ceux qui défendent la position officielle de l’Église mais avec, nous semble-t-il, de mauvais argument qui comportent de réelles faiblesses et finissent par favoriser le camp favorable au changement de cette norme aussi ancienne que l’Église, la conclusion de notre article:

    « Il faut donc cesser une fois pour toutes de parler à ce sujet d’une « sanction » à l’encontre des divorcés-remariés, comme s’il s’agissait d’une mesure disciplinaire [donc sujette au changement], alors qu’il s’agit justement d’une sollicitude de l’Église qui veut éviter à ses enfants d’ajouter au problème de la seconde union le péché grave de communion sacrilège, qui bien loin d’apporter à ces personnes un secours spirituel, les éloigne de leur salut et de toute conversion, précisément à cause de l’état dans lequel ils se trouvent. Comme le dit bien ce texte, l’Église n’a jamais inventé une loi pour « interdire » la communion aux divorcés remariés, et par ses normes elle ne fait qu’enseigner la vérité sur les sacrements et leurs effets spirituels. Sinon, quelle sens aurait eu cette position constamment tenue pendant deux mille ans par cette Église dispensatrice de la miséricorde et de la vérité du Christ ? »

  9. Nous avons publié un article en réponse à celui-ci. L’objet n’est pas de répondre à l’article lui-même mais aux propos du cardinal Kasper.

    http://esperancenouvelle.hautetfort.com/archive/2014/09/22/acces-des-divorces-remaries-a-la-communion-la-contribution-d-5452920.html

    Mais surtout, nous voudrions communiquer respectueusement à Jeanne Smits et à tous ceux qui défendent la position officielle de l’Église mais avec, nous semble-t-il, de mauvais argument qui comportent de réelles faiblesses et finissent par favoriser le camp favorable au changement de cette norme aussi ancienne que l’Église, la conclusion de notre article:

    « Il faut donc cesser une fois pour toutes de parler à ce sujet d’une « sanction » à l’encontre des divorcés-remariés, comme s’il s’agissait d’une mesure disciplinaire [donc sujette au changement], alors qu’il s’agit justement d’une sollicitude de l’Église qui veut éviter à ses enfants d’ajouter au problème de la seconde union le péché grave de communion sacrilège, qui bien loin d’apporter à ces personnes un secours spirituel, les éloigne de leur salut et de toute conversion, précisément à cause de l’état dans lequel ils se trouvent. Comme le dit bien ce texte, l’Église n’a jamais inventé une loi pour « interdire » la communion aux divorcés remariés, et par ses normes elle ne fait qu’enseigner la vérité sur les sacrements et leurs effets spirituels. Sinon, quelle sens aurait eu cette position constamment tenue pendant deux mille ans par cette Église dispensatrice de la miséricorde et de la vérité du Christ ? »

  10. Bruno ANEL

    « C’est en raison de la dureté de votre cœur [que Moïse a autorisé la répudiation] …mais au commencement il n’en était pas ainsi ». L’Eglise a déduit de cette phrase de Jésus l’instauration de l’indissolubilité du mariage. En fait , le texte hébraïque ne dit pas « au commencement » mais « en tête ». Ce préambule souligne l’essence du projet divin: faire l’homme et la femme à son image, trinitaire, indissolublement liés. La référence à la dureté des cœurs et aux concessions qui s’en suivent concerne-t-elle uniquement le peuple juif jusqu’à Jésus ou les hommes de tous les temps ? Quoiqu’il en soit, un accés de divorcés-remariés ne pourrait se faire qu’après un acte pénitentiel reconnaissant « la dureté des cœurs ».

    • Shimon

      Un « acte pénitentiel » ET un changement de comportement, l’abandon de conduites peccatives.
      C’est bien là toute la difficulté et tout l’enjeu.
      Le fils prodigue peut-il dire « Père, pardonne-moi; j’ai péché contre le ciel et contre toi. » « je veux rentrer dans la famille, mais continuer ma conduite dissolue. »?
      Mais la société contemporaine rejette la notion de faute.
      Mais comment pardonner sans reconnaître d’abord la Loi?

  11. Jean MARTIN

    Au lieu d’éjecter Mgr Burcke, c’est lui qu’il faudrait envoyer dans un diocèse allemand! Il apparaît désormais de plus en plus comme l' »ame damnée » d’un pape qui n’a pas besoin de ça tellement il incarne la confusion totale

    • Shimon

      Le catholicisme allemand, imprégné de luthéranisme, n’est pas le catholicisme asiatique, africain ou sud-américain. Il faut remettre les choses à leur juste place.

  12. Pingback: Kirche heute, 24.September 2014 | Christliche Leidkultur

  13. Pingback: Liturgie : fronde des évêques canadiens | Chrétienté Info

  14. Il faut lire l’Ecriture.

    Par exemple Saint Paul (I Cor) :

    « A ceux qui sont mariés j’ordonne – non pas moi mais le Seigneur – : que la femme ne se sépare pas de son mari. Si elle en est séparée qu’elle ne se remarie pas ou qu’elle se réconcilie avec son mari, et que le mari ne répudie pas sa femme. »

  15. Raoul

    Le problème est que le cardinal Kasper a l’esprit faux, et quand quelqu’un a l’esprit faux, par définition c’est impossible de lui faire entendre raison, justement parce qu’il est incapable de raisonner juste. Comment débattre utilement sans langage commun, qui ne peut qu’être sous-tendu par la raison, cet instrument que Dieu déposa en chaque homme.

    En l’occurrence, c’est faire preuve d’une absence totale de jugement que de prétendre, comme le fait le cardinal Kasper, que la pastorale peut être déconnectée de la doctrine!

    Ce qui manque sans doute gravement aujourd’hui c’est une claire reconnaissance de ce que les lois de la logique et du raisonnement, en pratique le respect des principes d’identité et de non-contradiction reconnus par Aristote et Saint-Thomas d’Aquin sont pertinentes et irremplaçables pour guider les conduites en partant des enseignements de la Révélation. Si l’on déraisonne, on est incapable de tirer de l’Evangile des enseignements pertinents. Pour un catholique, il faut respecter et sa foi et sa raison?. La première sans la seconde ne peut conduire à la connaissance et à la compréhension de la vérité, et même la foi ne peut exister vraiment si l’on méprise la raison.

    Il faut absolument que ceci soit mieux reconnu. On devrait être reconnu, en Eglise, comme légitime à récuser la position du cardinal Kasper tout simplement parce que cette position est incohérente, c’est à dire irrespectueuse des lois de la logique et du raisonnement. Il suffit qu’une position soit incohérente pour être d’emblée disqualifiée, sans qu’il y ait besoin de discuter plus avant.

    Le respect des lois de la logique et du raisonnement est une loi naturelle de l’intelligence .Nier leur existence et leur pertinence, c’est nier une dimension anthropologique fondamentale. Les

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *