EPA1995351_LancioGrande

Condamnation par le pape François du rattachement par la force de l’Église grecque-catholique ukrainienne à l’Eglise orthodoxe de 1946

Download PDF

Le pape François a condamné un… synode ! Plus exactement, le pseudo-synode de Lviv de mars 1946 par lequel l’Église grecque-catholique ukrainienne fut rattachée de force à l’Église orthodoxe, à l’initiative des autorités soviétiques. Ce fut une page douloureuse pour les grecs-catholiques et le début de plusieurs décennies de persécutions qui ne prirent fin qu’en 1989, même s’il semble que des tracasseries sont encore présentes à l’est de l’Ukraine… Cette persécution n’a pas été oubliée par le Saint-Siège et l’on ne peut que se réjouir de ce signe fort. Du côté de l’Orthodoxie russe, le pseudo-synode de 1946 n’a toujours pas été condamné. Cette condamnation intervient dans le cadre de l‘audience privée du pape François au synode permanent de l’Église grecque-catholique ukrainienne dont nous avions fait état.

Voici quelques extraits du message que le pape a remis à Mgr Sviatoslav Schevchuk, archevêque majeur de Kiev, le samedi 5 mars 2016:

 

En tant que croyants, nous nous réfugions sous « les ailes » protectrices du Seigneur, parce que nous sommes porteurs, oui, de la grâce divine, mais nous le sommes comme des vases d’argile (cf. 2 Co 4,7).

Dans certaines circonstances, notre condition humaine est rendue encore plus fragile à cause des situations historiques difficiles qui marquent la vie du peuple de Dieu, de la communauté que Jésus-Christ notre Seigneur s’est acquise par son sang.

Ces jours-ci, l’Église gréco-catholique ukrainienne commémore les tristes événements de mars 1946. Il y a soixante-dix ans, le contexte idéologique et politique, ainsi que les idées contraires à l’existence même de votre Église, ont conduit à l’organisation d’un pseudo-synode à Lviv, causant des décennies de souffrance chez les pasteurs et les fidèles.

En évoquant ces événements, nous nous inclinons avec une profonde gratitude devant ceux qui, au prix de tribulations et même du martyre, ont rendu témoignage au fil du temps à leur foi, vécue avec dévouement pour leur Église et en union indéfectible avec le Successeur de Pierre.

(…)

Faisant miennes les paroles de l’apôtre Pierre, j’exprime ma profonde reconnaissance pour votre fidélité et je vous encourage à vous faire les témoins inlassables de cette espérance qui rend plus lumineuse notre existence et celles de tous nos frères et sœurs autour de nous. Je redis ma solidarité aux pasteurs et aux fidèles pour ce qu’ils font en ce temps difficile, marqué par les tribulations de la guerre, pour soulager les souffrances de la population et pour rechercher les voies de la paix pour notre chère terre ukrainienne.

Notre courage et notre joie sont dans le Seigneur. C’est à lui que je m’adresse, à travers l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie et des martyrs de votre Église, pour que la consolation divine illumine les visages de vos communautés en Ukraine et ailleurs dans le monde.

En même temps, je vous donne de tout cœur, ainsi qu’aux évêques, aux prêtres, aux consacrés et aux fidèles de l’Église gréco-catholique ukrainienne la bénédiction apostolique en signe de mon affection constante dans la prière.

Source: Zenith.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *