custode pattont

Entretien – Le Nouveau Custode de Terre Sainte – Entre confiance et appréhension

Download PDF

Lundi 6 juin, le nouveau Custode de Terre Sainte, le frère Francesco Patton, a fait son entrée officielle à Jérusalem. Il a été accueilli dans l’après-midi à la Porte de Jaffa, l’une des entrées qui percent les murs de la vieille ville et a rejoint , en cortège, la curie custodiale à Saint-Sauveur. Mardi 7 juin son entrée solennelle est prévue au Saint-Sépulcre ; le lendemain il se rendra au Cénacle sur le Mont Sion (le père gardien y possède le titre de Gardien du Mont Sion en mémoire du premier et historique siège de la Custodie de Terre Sainte). Le 9 juin, une cérémonie semblable aura lieu à la basilique de la Nativité à Bethléem, le 11 il sera à Jaffa et le 18 en la Basilique de l’Annonciation à Nazareth.

Le frère Francesco, originaire de Vigo Meano (Trente – Italie) et né en 1963, il vit avec « appréhension » mais aussi « confiance » sa nouvelle mission.

« Durant ces derniers jours – dit-il – j’ai parlé d’appréhension et je pense que c’est le mot juste. J’ai pourtant une grande confiance, parce que je crois en la valeur de l’obéissance et que la volonté de Dieu passe au travers de médiations humaines très concrètes, comme la disponibilité à assumer ce service que l’Ordre m’a demandé ».

Et encore : « Je me rends très bien compte que ce qui m’est demandé est quelque chose qui dépasse mes seules forces et capacités. Je viens sur la pointe des pieds et dans l’humilité, conscient de devoir écouter et apprendre. S’il y a une chose qui m’a vraiment fait plaisir en ces jours qui précèdent mon arrivée à Jérusalem, ce ne sont pas les titres des journaux ou les félicitations, mais les messages de tant de gens simples qui m’ont assuré un soutien dans la prière. Tout comme les nombreux frères qui m’ont écrit de Terre Sainte pour me dire : nous t’attendons et nous prions pour toi. Y compris les frères de la Syrie, qui, bien que vivant une situation de profonde souffrance, m’ont encouragé et ont offert de me soutenir par la prière ».

Le service à la Terre Sainte que le frère Francesco a été appelé à assumer, rejoint le parcours personnel que le religieux considère, à la lumière de la foi, comme presque naturel. « Pour moi, vivre en Terre Sainte signifie retourner à la réalité du charisme franciscain. François, qui était un homme pratique et concret, en fils de marchand qu’il était, est revenu transformé par son expérience en Terre Sainte. C’est à partir de ce pèlerinage qu’ont été incorporées dans la première Règle (Regula non bullata de 1221-ndlr) quelques directives fondamentales et ce encore aujourd’hui dans notre rapport à l’expérience missionnaire. Nous sommes appelés à « ne faire ni disputes ni querelles » et à adopter un style de minorité dans n’importe quel contexte où nous sommes appelés à vivre. « Confessant » d’être chrétiens au travers du service rendu à nos frères et « annonçant » le Christ quand nous verrons ce qui sera agréable au Seigneur. Faisant preuve d’une intelligence dans le dialogue qui nous permette de comprendre quand le cœur de notre interlocuteur est prêt à accueillir notre annonce. Ces traits du charisme franciscain sont inextricablement liés à l’expérience de la Terre Sainte ».

Concernant la situation en Terre Sainte aujourd’hui, marquée par de profonds conflits, frère Francesco Patton parle du « pari de Dieu ».

« Je pense que le fait que Dieu ait choisi de s’incarner précisément en cette Terre Sainte porte une signification – précise frère Francesco. L’histoire de cette terre est marquée par les conflits et les affrontements. Le fait que Dieu ait choisi de s’incarner ici ressemble véritablement à un pari. Comme pour nous dire : s’ils se réalisent ici, alors il est possible que la paix et la justice puissent régner sur toute la terre. Nous sommes tous appelés à aller et rester en Terre Sainte, en sachant que nous faisons partie de ce « rêve de Dieu ». C’est-à-dire la possibilité que « le loup habite avec l’agneau », comme le raconte la vision d’Isaïe. Et qu’advienne un temps, comme en témoignent les prophètes, de « cieux nouveaux et terre nouvelle ». Nous devons croire que tout cela se déroulera. Parce que ce qui empêche la réalisation du projet de Dieu est notre manque de foi ».

Les premiers jours de son mandat –frère Francesco en est certain – seront une sorte de « noviciat ». « Je n’ai pas la prétention de réussir à entrer subitement dans une réalité complexe comme celle de la Custodie de Terre Sainte et du contexte ecclésial et social dans lequel les Frères mineurs sont appelés à travailler. Je me mettrai à l’écoute. Je crois que les expériences de l’internationalité au service de l’Ordre pourront m’aider à prêter attention aux différentes sensibilités et cultures ».

La frère Patton est cependant certain d’une chose : « Mon cœur est en Terre Sainte. Depuis le moment où ils m’ont communiqué la nomination, j’ai commencé à rappeler, chaque jour, dans la prière nos frères qui vivent en Syrie, tous ceux qui servent avec tant de dévouement dans les sanctuaires et sont engagés dans les paroisses et dans les nombreuses réalités sociales de la Custodie; ceux qui se livrent dans les différents centres et pour n’oublier personnes les pères commissaires investis dans le monde entier dans la diffusion du travail de la Custodie. J’ai pour eux une grande affection et reconnaissance. Ils me sont précieux et je les sens tous unis dans la prière »

Source Terrasanta.net

Une version longue sera publiée dans Terre Sainte Magazine de juillet-août, le bimestriel des Franciscains de la Custodie. Il est encore temps de vous abonner c’est par ici.