Missel

Forme ordinaire : nouveau missel “extraordinaire” aux États-Unis

Download PDF

L’association catholique étatsunienne Corpus Christi Watershed (Corpus Christi, Texas), présidée par Jeff Ostrowski, par vient d’annoncer le 23 avril la publication par le Pope John Paul II Institute for Liturgical Renewal (Owasso, Oklahoma) d’un nouveau missel, auquel des membres de l’association ont contribué, le St. Isaac Jogues Illuminated Missal, Lectionary, & Gradual (missel, lectionnaire et graduel enluminés saint Isaac Jogues) pour les trois années liturgiques (A, B et C) en forme ordinaire. Ce nouveau missel (latin-anglais) a été approuvé, le 20 mars 2014, par la commission pour la Divine liturgie de la Conférence épiscopale des États-Unis (United States Conference of Catholic Bishops). Le blogue canadien français Notions Romaines en a fait hier, un éloge appuyé. En voici le texte.

L’excellente organisation liturgique Corpus Christi Watershed (CCW) relaye sur son site web la publication du missel saint Isaac Jogues publié par l’Institut du renouveau liturgique Jean Paul II pour une célébration révérente et «traditionnelle» de la nouvelle messe. Ce missel pour la nouvelle messe est doté d’une impressionnante qualité iconographique, d’une «hiérarchie» des textes (les prières solennelles sont plus en évidence) et du latin et du vernaculaire côte-à-côte. À notre mémoire, aucun missel «traditionnel» de la forme ordinaire n’a été disponible pour les fidèles. Cette édition souhaite combler cette lacune, s’inscrire dans une interprétation traditionnelle de Sacrosanctum Concilium et être la ressource pour le courant (surtout anglo-saxon bien qu’il ressemble un peu à la vision de la Communauté Saint-Martin) de messes nouvelles dites avec révérence et tradition.  La réaction à ce missel est plutôt mixte selon les différents commentateurs traditionnalistes qui ont relayé la nouvelle. Nous partageons leur préoccupation. La « réforme de la réforme » ou la réinsertion d’éléments traditionnels dans la nouvelle messe peut-il combler ses lacunes intrinsèques? Dans différents billets, nous avons souligné que la réponse est non ; cette messe ne peut même pas être considérée comme étant issue de la tradition organique de l’Église (ce qui ne lui enlève pas sa légalité comme forme ordinaire du rite romain soit dit en passant). Mais toute amélioration, même si elle ne résout pas le problème en son entièreté, est la bienvenue. De plus, considérant la très grande absence de messe traditionnelle au Canada français qui force parfois les fidèles de tendance traditionnelle à assister et offrir leur sacrifice à la messe selon la forme ordinaire, ce missel pourrait être bénéfique. Le défaut majeur est qu’il est en anglais. Troquerez-vous le vernaculaire (le français pour l’anglais) pour gagner le latin dans la forme ordinaire ? Si vous tentez de suivre la forme ordinaire avec un missel traditionnel vous ne vous y retrouverez pas vraiment, mis à part pour les grandes prières (Gloria, Credo, Orate fratres, Pater). Cela peut constituer une bonne ressource « en attendant », par exemple en attendant que vous formiez un groupe dédié à la messe traditionnelle. L’importance pour les parents de catéchiser leurs enfants liturgiquement, si les prêtres ne sont pas orthodoxes, ne saurait être diminuée. Les parents sont responsables de l’éducation de leur enfant (cf. Casti Connubii) et cela inclut la liturgie. Ressource intéressante pour ceux qui souhaitent l’utiliser, ce missel est un outil de survie pour celui ou celle qui recherche un minimum de révérence dans la forme ordinaire. Une version française serait appréciée et éveillerait peut-être la conscience des jeunes générations bien qu’à ce titre la messe traditionnelle ait toujours été plus efficace. Le premier tome du missel saint Isaac Jogues contient l’ordinaire de la messe et le graduel (inédit pour un missel postconciliaire) et est déjà publié; les deuxièmes et troisièmes tomes comprennent le recueil d’hymnes et un missel quotidien.

 

 

2 comments

  1. karr

    Un beau Missel en effet mais pourquoi s’obstiner à vouloir absolument faire croire aux fidèles que la liturgie issue du concile Vatican II est aussi accèptable et traditionnelle que la Messe issue du Concile de Trente?
    Nous avons tous pu voir combien nombreux sont les dérapages et les multiples adaptations de la liturgie issue du dernier concile ,pas un prêtre,pas une paroisse et pas un diocèse qui n’innovent d’une semaine à l’autre,la Messe tridentine est la même partout et chacun peut s’y retrouver ,même en voyage,le sens du sacré s’ y trouve totalement.
    Le but de l’œuvre liturgique du Concile de Trente et mis en place par la volonté du Pape Saint-Pie V était d’uniformiser la célébration de la Messe,le résultat du Concile Vatican II est l’inverse!
    Si nous souhaitons avec le Pape émérite Benoît XVI retrouver le sens du sacré dans la liturgie il nous faut repartir du Missel traditionnel de l’Eglise Catholique sans influences protestantes.
    Dans leur maison de formation les prêtres de la communauté St-Martin célèbrent assez dignement selon le Missel de 1969,mais une fois sur le terrain…

  2. Kanjo

    espérons qu’il sera bientôt disponible en français, car mon anglais n’est pas meilleurs que mon latin, et j’aimerais bien sûr que mon curé l’utilise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *