HONG_KONG_-_0902_-_Ma_Daqin3

Info – Chine – Mgr Ma Daqin – Un rapprochement toujours incompréhensible – Reprise en main du parti

Download PDF

En préparation depuis plusieurs mois, un colloque qui devait avoir lieu le 20 juin dernier à Shanghai a été annulé à la dernière minute. Le colloque était organisé par le diocèse de Shanghai à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Mgr Jin Luxian (1916-2013), qui fut l’évêque « officiel » de ce diocèse de 1985 à 2013 ; il devait réunir de nombreux évêques de la partie « officielle » de l’Eglise catholique en Chine.

Les organisateurs du colloque auraient, semble-t-il, voulu que Mgr Ma Daqin, l’actuel évêque « officiel » de Shanghai, prenne part à ce colloque, ce qui aurait été une manière d’affirmer sa qualité d’évêque du diocèse et de mettre un terme – ou, à tout le moins, une parenthèse – au régime de résidence surveillée qui lui est imposé par les autorités chinoises depuis son ordination épiscopale du 7 juillet 2012. Selon une source de Shanghai citée par l’agence Ucanews, le colloque a été repoussé au 28 juin prochain.

Dans l’intervalle, le gouvernement chinois a fait organiser par l’Administration d’Etat pour les Affaires religieuses une « session de formation » à Pékin. Prévue sur quatre jours, du 20 au 24 juin, la session réunit 150 responsables catholiques, évêques, prêtres, religieuses et cadres laïques ; chacune des vingt-huit provinces du pays a été chargée de déléguer cinq responsables dans la capitale. L’objet de la formation est d’« apprendre » des enseignements tirés de la réunion au sommet consacrée aux religions qui s’est tenue les 22 et 23 avril dernier à Pékin en présence des plus hauts dirigeants du pays. Ce sommet avait réitéré la doctrine du Parti en matière de contrôle des religions et fait porter l’accent sur la nécessaire « sinisation » des religions afin de préserver le pays de toute « infiltration venue de l’étranger ».

L’Administration d’Etat pour les Affaires religieuses étant dans le collimateur de la toute-puissante Commission centrale pour l’inspection de la discipline du Parti, pour avoir notamment failli à faire appliquer correctement la politique religieuse du Parti communiste, on peut penser que cette « session de formation » vient répondre au resserrement tous azimuts que l’on constate depuis quelques temps en Chine. Elle intervient aussi peu après que Mgr Ma Daqin a fait part, le 12 juin, sur son blog de ses « regrets » d’avoir démissionné avec fracas de l’Association patriotique le 7 juillet 2012, jour de son ordination épiscopale. Depuis ce 12 juin, les commentaires vont bon train dans la blogosphère catholique chinoise mais aucun n’élément déterminant n’est venu éclairer le texte posté par Mgr Ma Daqin ni expliciter les raisons et les circonstances qui l’avaient amené à l’écrire et dont EDA propose une traduction ici.