sisi

Info – Egypte – Le soutien de l’Eglise copte au président Al-Sisi

Download PDF

La récente déclaration du Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, invitant les coptes égyptiens des Etats-Unis à soutenir le « bien aimé président » Al-Sisi ne passe pas inaperçue.

Vu des USA, le président égyptien semble mener une politique hostile aux chrétiens. Ce que parait contester le patriarche.

De nombreuses personnes – écrit le Patriarche dans sa lettre parvenue à l’Agence Fides – peuvent être influencées par d’éventuelles informations erronées et inexactes diffusées par les moyens de communication, qui publient des mensonges et des calomnies à propos de la condition réelle des égyptiens, tant coptes que musulmans ». De tels articles, selon le Patriarche, manipulent la réalité des faits. « L’Egypte – ajoute Tawadros II – peut pour le moment ne pas être le meilleur pays du monde mais, avec ses responsables et ses citoyens, elle s’efforce de s’améliorer et de devenir l’une des meilleures sociétés au plan mondial. Ce résultat ne pourra être atteint qu’au travers de décisions importantes, de projets de longue haleine et grâce aux mains laborieuses de nos jeunes et à l’aide de nos amis ».

En juillet dernier des chrétiens coptes de la diaspora avaient organisé une manifestation à Washington pour dénoncer les violences subies par les chrétiens en Egypte. C’est pour faire écho à cette manifestation que l’Archidiocèse copte orthodoxe en Amérique du Nord a appelé les coptes  à aller manifester leur soutien au président Al-Sisi, ce 20 septembre, à l’occasion de sa venue à l’ONU.

Il semble que vu d’Egypte la perception de l’action du président ne soit pas la même.

L’écrivain égyptien Michel Fahmy avait polémiqué à propos de telles manifestations, soulignant que seul l’Etat égyptien était en mesure de protéger également les coptes des violences sectaires, objectif qui selon lui n’était atteignable ni par les partis de la diaspora copte ni par les parlementaires coptes présents au sein du Parlement égyptien, précise l’Agence fides.