al-azhar-2

Info – L’université d’al-Azhar veut organiser une conférence de paix avec les Eglises d’Orient

Download PDF

L’Université islamique d’al-Azhar organisera au cours des premiers mois de l’an prochain, en coopération avec le Conseil islamique des Anciens, une Conférence internationale sur la paix, la coexistence et le dialogue interreligieux, à laquelle prendront part activement notamment les représentants des Eglises chrétiennes d’Orient.
Le Conseil islamique des Anciens est un organisme international indépendant créé en juillet 2014 comme instrument visant à promouvoir la paix entre les communautés islamiques. Il a son siège à Abu Dhabi (Emirats arabes unis) et a notamment parmi ses objectifs l’intention de « mettre fin au sectarisme et à la violence qui affligent depuis des décennies le monde musulman ».
L’engagement direct d’al-Azhar sur le terrain du dialogue interreligieux en faveur de la paix et de la lutte contre toute forme de violence a été confirmé également par la participation de ce même imam al Tayyeb à la rencontre tenue à Genève les 30 septembre et 1er octobre, qui a vu la participation d’une délégation du Conseil mondial des églises et de représentants du Conseil islamique des Anciens. Au cours de son séjour à Genève, le grand imam al Tayeeb est également intervenu sur le rôle des responsables religieux dans la construction de la paix, dans le cadre d’un événement se tenant à l’Institut œcuménique de Bossey – appartenant au Conseil mondial des églises – à l’occasion du 70ème anniversaire de la fondation de l’institut en question.
La rencontre – peut-on lire notamment dans le communiqué final de la Conférence– a affirmé la nécessité pour les membres de toutes les communautés religieuses « de disposer de responsabilités et de droits égaux en tant que citoyens de leurs pays respectifs ». Pour l’an prochain, la collaboration entre le Conseil mondial des églises et le Conseil islamique des Anciens tentera également d’explorer conjointement les chemins permettant d’affirmer « la contribution vitale » que les femmes peuvent offrir à l’œuvre de promotion de la paix motivée par leur foi religieuse.

 

Source Agence Fides