sacerdotesasesinados_diocesispapantla_19092016

Info – Mexique – Deux prêtres enlevés et assassinés dans l’État de Veracruz

Download PDF

Le Mexique est le pays d’Amérique latine le plus dangereux pour les prêtres. En voici un nouvel et double exemple…

Le diocèse mexicain de Papantla a confirmé par un communiqué la mort violente de deux prêtres, le Père Alejo Nabor Jiménez Juárez et le Père José Alfredo Suárez de la Cruz. Selon les informations recueillies par l’Agence Fides, un premier rapport du bureau du Procureur général de l’État de Veracruz indique que les deux prêtres ont été enlevés au soir du dimanche 18 septembre dans la paroisse de Notre-Dame-de-Fatima, à l’extrême périphérie de la ville de Poza Rica, dans le nord de l’État de Veracruz. Leurs corps sans vie ont été retrouvés hier matin, 19 septembre, au bord de la route qui relie Papantla à Poza Rica. Un collaborateur des prêtres, qui travaillait comme sacristain et comme chauffeur, enlevé avec eux, a été retrouvé vivant. La zone a été la scène d’affrontements violents entre les cartels de la drogue pendant des années, mais le motif du double meurtre n’est pas encore clair. « Nous sommes consternés par cette nouvelle et nous prions pour leur repos éternel – écrit Mgr José Trinidad Zapata Ortiz, évêque de Papantla, dans un communiqué. « Une fois de plus, nous constatons que la violence et l’insécurité se sont enracinées dans notre société ». Dans l’attente d’explications concernant le crime par les autorités, l’évêque souhaite que la perte des deux prêtres contribue à apporter la paix tant attendue et des vocations sacerdotales afin de continuer la mission évangélisatrice de l’Église. « Nous condamnons toute forme de violence et nous prions pour la conversion de ceux qui oublient que nous sommes frères et provoquent souffrance et mort – écrit encore Mgr Zapata Ortiz. La route de la violence et du crime génère encore plus de violence. Dieu ne veut pas la mort pas plus que la violence ou l’injustice. Dieu veut la vie. Dieu veut que nous tous vivions dans la justice, dans la dignité et dans la paix ».

Source : Agence Fides, 20 septembre et observatoire de la Christianophobie