Info – Œcuménisme – Les vêpres du pape et du primat d’Angleterre

Download PDF

Le Primat de l’Église d’Angleterre, Justin Welby, et le Pape François ont célébré les vêpres ensemble ce mercredi 5 octobre à Rome, à l’église de San Gregorio al Celio. Dans son homélie, s’appuyant sur l’image du bon pasteur, le Saint-Père a insisté sur le double message délivré par Dieu à travers cette rencontre interreligieuse : un message d’unité et d’amour, qui dépasse les divisions.

Le Pape l’explique, «Dieu comme berger, veut rassembler ses brebis perdues, réunir son peuple, et désire surtout que les pasteurs se consacrent à cette unité». Mais souvent, déplore-t-il, des divisions apparaissent. «Dans les moments d’obscurité, nous avons perdu de vue le frère qui se tenait à côté de nous, parce que l’incompréhension et la suspicion se sont condensées autour de nous, et qu’un nuage de dissensions et de controverses s’est formé au-dessus de nous, souvent pour des raisons historiques, culturelles et pas seulement théologiques».

Pour dépasser ces divisions, rappelle le Saint-Père, Dieu nous appelle à suivre cette méthode pastorale. Car avec l’aide de la grâce, «nous pouvons passer de l’obscurité à la lumière, de la dispersion à l’unité, de l’absence à la plénitude». Et «ce chemin de communion est le chemin de tous les chrétiens et c’est votre mission particulière, en tant que pasteurs anglicans et catholiques de la Commission internationale pour l’unité et la mission» a déclaré le Pape devant l’Assemblée.

 

Après le Pape François, le Primat de l’Église d’Angleterre Justin Welby a pris la parole. L’archevêque de Canterbury a appelé à ne pas être

«de mauvais moutons, à devenir introverti, et à tourner le dos au Sauveur qui est allé à notre rencontre, nous les pauvres, les immigrés, les esclaves et les réfugiés». Pour le leader spirituel de la communauté anglicane, «nous sommes appelés à être les mains de notre Bon Pasteur qui libère, à être ses pieds et sa bouche. La bouche qui appelle, les mains qui recueillent, les pieds qui traversent tous les obstacles pour trouver la brebis perdue et la ramener chez elle».

 

Source Radio Vatican