saint-martin

Info – Saint Martin ami des pauvres et du pape

Download PDF

L’archevêque de Prague, le cardinal Dominik Duka O.P., sera l’envoyé spécial du pape François aux célébrations du 1700ème anniversaire de la naissance de saint Martin de Tours, évêque (✝ 397), le 9 Juillet 2016, en Hongrie, à Szombathely.

Le diocèse de Tours a célébré le 1700e anniversaire de la naissance de saint Martin, « apôtre de la miséricorde », le 11 novembre 2015. En France, on estime que quelque 500 localités ont été placées sous son patronage.

Le pape François a en effet adressé une lettre, en latin, à son envoyé spécial. Elle est en date du 21 mai dernier, mais elle a été publiée par le Saint-Siège le 2 juillet 2016.

Le pape a un lien particulier avec le saint « Français » originaire de Hongrie, Martin de Tours, du fait qu’il est le saint patron de son ancien diocèse de Buenos Aires et comme ami des pauvres. Souvent, le pape François offre aux hôtes qu’il reçoit un médaillon représentant le soldat romain offrant la moitié de son manteau à un pauvre – l’autre moitié appartenant à l’empire, il ne pouvait la lui donner – pour leur rappeler de promouvoir le service des pauvres.

Dans sa lettre, le pape souligne en effet que saint Martin est appelé à juste titre « père des pauvres » : il n’était pas encore chrétien mais il « se comportait déjà comme un candidat au baptême pour ses oeuvres de charité », fait observer le pape : « Il assistait dans leur maladies ceux qui vivaient des tribulations, secourait les malheureux, nourrissait les nécessiteux, habillait les personnes sans vêtements, il ne conservait rien pour lui de sa solde miliaire, sauf ce qui devait servir à sa vie quotidienne. Pour le ape « dès lors il était assidument à l’écoute des préceptes de l’Evangile et il ne se souciait pas du lendemain », écrit le pape en citant la Vie de saint Martin écrite par Sulpice Sévère (Vita S. Martini, 2,8).

Le pape François évoque aussi la scène fameuse de cette froide journée d’hiver du IVe s. où, soldat de l’empereur romain en Gaule, il rencontra, aux portes de la ville d’Amiens, un pauvre nu, qui priait en vain les personnes d’avoir pitié de lui: Martin, au contraire a compassion de lui, et avec son épée, il partage son manteau en deux, pour en donner la moitié au pauvre. La nuit, il eut la révélation que c’était le Christ lui-même qui mendiait.

Une fois converti au christianisme, ajoute le pape, Martin est devenu un « inlassable soldat du Christ », et il annonça l’Evangile dans de nombreuses régions d’Europe, fait observer le pape François.

Le pape espère que ces célébrations favoriseront, à l’exemple de saint Martin, « l’évangélisation du continent et une plus grande attention envers les pauvres ».

 

Lire l’intégralité de l’article sur Zénith