Mgr Fellay

Pour mieux comprendre le processus entre Rome et Écône face à la désinformation

Download PDF

Voici un article publié dans Documentation Information Catholiques Internationales (DICI), qui est l’organe de communication internationale de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX). Il fait le point sur des articles, dont certains désinforment ouvertement le lecteur. On peut songer aux articles d’une certaine presse suisse, dont DICI reconnaît que « les titres (sont) en décalage avec le contenu des articles ». De même, à la fin de l’article DICI annonce un prochain entretien avec Mgr Fellay « sur l’état précis des relations entre la Fraternité Saint-Pie X et Rome ».

Bref, comme on dit, il faut prendre l’information à la source, non l’extrapoler de journalistes dont la conscience professionnelle est souvent minée par des concurrences et autres jalousies…

Le précédent numéro de DICI (n°331 du 26/02/16) publiait des extraits de la conférence que Mgr Alfonso de Galarreta a donnée à Bailly, le 17 janvier 2016. Avec beaucoup de prudence, le prélat argentin évoquait la possibilité d’une reconnaissance unilatérale de la Fraternité Saint-Pie X par le pape François. Il déclarait : « Je pense que le pape va aller dans le sens d’une reconnaissance unilatérale de la Fraternité, et plutôt par la voie des faits que par une voie de droit ou légale, canonique », et il tenait à préciser : « Dans ce cas hypothétique, – je vous donne mon opinion sur des conjectures, n’est-ce pas ? – dans ce cas-là je pense qu’on aura les grâces nécessaires pour persévérer et pour faire le bien que nous devons faire dans la Sainte Eglise ».

Les commentaires dans la presse n’ont pas toujours eu cette prudence. Le Temps du 2 mars titrait : « Fraternité Saint-Pie-X : vers le grand pardon », sans même un point d’interrogation. Selon le quotidien genevois, « Pour l’un des évêques de la Fraternité, Mgr Alfonso de Galarreta, argentin, l’affaire est entendue », et d’ajouter : « On est tout près de la rémission totale », et plus loin : « Le feu est donc au vert »… On peut toutefois relever dans cet article une déclaration du P. Albert Longchamp s.j. qui exprime, sinon une retenue, du moins une inquiétude sur cette hypothétique reconnaissance, présentée comme certaine et imminente. Le religieux suisse se demande « si le pape mesure bien les répercussions éventuelles d’une reconnaissance pour le Valais, alors même que ce mouvement fondamentaliste (sic) convainc de plus en plus de fidèles ». De plus en plus de fidèles… Dont acte.

Plus réservée, La Croix du 26 février s’est contentée d’intituler des citations extraites de la conférence de Mgr de Galarreta : « La FSSPX croit possible une reconnaissance unilatérale par le pape ».

Dans l’édition italienne de Zenit, datée du 28 février, Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission Ecclesia Dei, donnait le point de vue romain sur l’état des relations entre la Fraternité Saint-Pie X et le Vatican. Il déclarait : « la Fraternité Saint-Pie X est encore dans une situation irrégulière, parce qu’elle n’a pas reçu la reconnaissance canonique par le Saint-Siège. Tant que la Fraternité n’a pas de statut canonique dans l’Eglise, ses ministres n’exercent pas de manière légitime le ministère ni la célébration des sacrements », et tenait à rappeler « ce qui est nécessaire pour être en pleine communion avec le Siège apostolique, à savoir l’intégrité du Credo catholique, le lien des sacrements et l’acceptation du magistère suprême de l’Eglise. »

Le Nouvelliste du 5 mars titrait en Une : « Il faudra des années pour un retour d’Ecône dans l’Eglise ». Le quotidien valaisan rapportait les propos de Mgr Bernard Fellay, recueillis au téléphone, mais le titre les déformait, car le Supérieur général ne disait pas que la Fraternité Saint-Pie X était hors de l’Eglise, il déclarait : « A mon avis, ce n’est pas pour demain. Cela peut encore prendre des années », ajoutant : « Dans cette affaire, il ne faut pas de précipitation. Vous savez, ce sont des choses qui durent depuis l’an 2000 et qui font peu à peu leur chemin. Mais cela prend du temps ». Et de préciser au Nouvelliste : « ‘Il y a beaucoup de blessures, et il faut les panser avant de pouvoir discuter sereinement’, ajoute Mgr Fellay. Il se dit cependant ouvert à la discussion avec le Vatican. Mais pas aux concessions. ‘Quand il s’agit de la foi, il n’est pas question de concessions. Il faut avoir une position claire et il faut l’unité. Cela peut prendre encore plusieurs années’, ajoute encore Mgr Fellay»

Face à ces titres en décalage avec le contenu des articles, au lieu d’offrir au lecteur de nouveaux commentaires, nous préférons lui donner les moyens de se faire une idée juste, c’est pourquoi nous publierons la transcription intégrale de la conférence de Mgr de Galarreta à Bailly, dans le prochain numéro de Nouvelles de Chrétienté (n°158 – mars/avril 2016). Et nous interrogerons bientôt Mgr Fellay sur l’état précis des relations entre la Fraternité Saint-Pie X et Rome.

Source: DICI.

2 comments

  1. Stéphane

    Il faudrait ajouter les commentaires malhonnêtes du site résistant MPI qui faisait dire n’importe quoi à Mgr de Galaretta. Ce site montre de plus en plus qu’il roule clairement pour la dérive schismatique résistante.

    • Ultima

      Stéphane , connaissez-vous un site qui ne roule point pour une tendance ou autre ?
      Oui , la FSSPX est contradictoire depuis 1975 et de faite schismatique formel et opiniâtre depuis 1988 ,
      Par rapport a l’autorité qu’elle ( FSSPX ) estime parfaitement légitime au for externe !
      Toutefois , au for interne cette meme autorité est considéré comme Anti-Pape destructeur de la Foi catholique .
      La FSSPX a une praxie semblable a la schizophrénie .
      C’est pas pour rien que beaucoup de leur clercs on quitté cette FSSPX .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *