alep

Témoignage – Alep – « Ne nous oubliez pas »

Download PDF

Georges est un jeune Aleppin.

Alep disparaît de nos écrans télévisés, mais continue à souffrir. Comment allez-vous?

Nous continuons à vivre, bien sûr, mais la guerre a désormais envahi notre quotidien. Nous nous en rendons réellement compte lorsque nous tentons de nous souvenir combien nos journées étaient légères et heureuses il y a quelques années. Honnêtement, nous sommes épuisés par cette guerre qui tente de nous faire haïr tous les jours alors que nous mettions – et voulons continuer à mettre – tant de cœur à aimer notre prochain. Nous avons sans cesse peur d’apprendre la mort d’un ami ou d’un proche, quand nous ne sommes pas occupés à en pleurer d’autres. Et nous comprenons de moins en moins ce que veulent les grandes puissances qui s’affrontent ici.

 

Vous voussentez plus abandonnés qu’avant?

 

Il y a deux réponses à cette question. Localement, pas du tout parce que toutes les communautés présentes multiplient les aides en tout genre pour adoucir notre quotidien. Toute la population en bénéficie, et contre attente, cette guerre a aussi permis de renforcer des liens entre Syriens. Internationalement, nous nous sentons bien sûr abandonnés. Pendant que vous êtes penchés sur l’Euro de football, les bombes continuent à pleuvoir sur nos maisons, mais la situation d’Alep ne semble plus émouvoir grand monde. On a parfois l’impression que vous vous indignez sur commande, pour alléger une conscience ternie par l’action de vos dirigeants. Le peuple français n’y peut absolument rien et nous savons aussi que beaucoup d’entre vous pensent, prient et nous soutiennent depuis le début de cette guerre. Mais il n’y a pas de soutien public officiel. Et pourtant, notre calvaire est le même. Les obus tuent autant, nos enfants pleurent autant, et nos familles souffrent autant.

 

 

Le monde vit un peu au rythme de vossouffrances ces derniers temps, avec des attentats aux quatre coins du monde…

 

Oui. Nous pourrions ne pas y faire attention, mais cela nous touche à chaque fois. Pourtant, là encore, je note que la compassion n’est pas la même pour tous. Orlando a terriblement choqué et mobilisé tous les politiques occidentaux… 200 morts à Bagdad, ou des dizaines d’autres au Pakistan ou ailleurs n’émeuvent quasiment personne. Quel genre de droits de l’Homme pouvez-vous bien défendre si la vie de tous les hommes n’a pas la même valeur? Nous n’avons pas votre héritage humaniste, mais nous ressentons la même colère à chaque attentat, qu’il ait lieu à Alep, Bagdad ou Paris… C’est la même injustice, la même folie dé­ moniaque et la même peine qui frappent toutes les familles concernées. Nous ne nous habituons pas à la mort, même si nous connaissons « mieux » la guerre que vous.

 

Un message ?

 

Priez pour nous. Et continuez à parler de notre situation, de notre enfer. Parlez-en à vos politiques, à vos dirigeants, ne les lâchez pas avec cette question. Notre pays le vaut, nos vies aussi.

 

Source Christianophobie hebdo

Abonnez-vous et recevez les 4 premiers numéros gratuitement