card-schonborn

Tribune sur la question du cardinal Schönborn – « faisons-nous face à une troisième tentative d’une conquête musulmane de l’Europe ? »

Download PDF

Dans une récente homélie, le cardinal Schönborn nous met en garde depuis Vienne.

Le cardinal Christoph Schönborn, très proche du pape François, a la réputation d’être un homme réfléchi. Ses mots ont du poids, en Autriche comme dans le reste du monde. On le compte parmi les plus modérés et les plus éminents théologiens du collège des cardinaux.

L’Europe a dilapidé l’héritage chrétien

Il a cependant récemment fait récemment parler de lui avec des propos sur l’islam et l’Europe qui changent de son habituelle tempérance. Lors de son homélie du dimanche, comme le signale la conférence des évêques d’Allemagne, on célébrait en Autriche la fête du Saint Nom de Marie, qui commémore la victoire contre les Turcs le 12 septembre 1683, lors de la bataille de Vienne. Cette victoire n’a pas simplement sauvé Vienne et l’empire autrichien mais probablement protégé de grandes parts de l’Europe d’une islamisation forcée.

« Il y a 333 ans, a expliqué le cardinal Schönborn, Vienne a été sauvée. Il faut désormais se demander  : faisons-nous face à une troisième tentative d’une conquête musulmane de l’Europe ? De nombreux musulmans le pensent et le souhaitent : l’Europe d’aujourd’hui est sur le point de mourir ». Le continent a dilapidé son trésor chrétien comme le fils prodigue a dilapidé l’argent de son père. Le cardinal a en effet terminé son homélie par ses mots : « Aie pitié de ton peuple, Seigneur, car il est sur le point de dilapider ton héritage ».

L’écho sur les réseaux sociaux en Allemagne et en Autriche a été considérable.

Lire la suite sur Alétéia

La ligne éditoriale de Riposte catholique cherche à sortir de la « langue de buis », peu propice à la recherche de la vérité.  C’est pourquoi nous publions volontiers des tribunes libres. Nous précisons cependant que ces tribunes publiées sur Riposte Catholique n’engagent que leurs auteurs. Nous les proposons à nos lecteurs en tant que contributions au débat et à la réflexion. La Rédaction