Visite “ad limina” : l’effondrement du catholicisme néerlandais

Download PDF

 

En visite ad limina à Rome, les évêques néerlandais ont fait savoir au pape François la profondeur de la crise de l’Eglise catholique aux Pays-Bas, l’exode des fidèles et des pratiquants ayant atteint des proportions critiques.

Cardinal Eijk

Le cardinal Willem Eijk, archevêque d’Utrecht, s’en est ouvert au micro de Radio Vatican en LifeSiteNews.
soulignant que des centaines d’églises catholiques sont aujourd’hui menacées de fermeture et que l’Eglise « qui est aux Pays-Bas » est au bord de l’effondrement après s’être « sécularisée de manière drastique », rapporte Hilary White sur

Le nombre de catholiques pratiquants continue de diminuer. « Pendant les années 1950, 90 % des catholiques allaient encore à l’Eglise tous les dimanches. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 5 %. »
Cela a des conséquences matérielles : l’Eglise catholique ne reçoit aucune subvention publique, ne vivant que du denier du culte et des dons volontairement versés par les fidèles. « C’est pourquoi nous sommes forcés à fermer de nombreuses Eglises », a-t-il expliqué.

Et de citer de récentes statistiques selon lesquelles en 2010, seuls 16 % des Néerlandais s’identifient comme catholiques, une proportion qui devrait, sauf miracle, tomber à 10 % d’ici à 2020 – date à laquelle l’islam prendra le rang de deuxième religion des Pays-Bas, devant les protestants qui devraient se situer alors à 4, ou au maximum 5 %.

Le pape François, a précisé le cardinal Eijk, a réagi à ces chiffres catastrophiques en exhortant les évêques néerlandais à « ne rien lâcher ».  « Vous devez garder courage et surtout l’espérance que le Christ nous a donnée. Cette espérance ne déçoit jamais », a dit le pape François, cité par le cardinal.
Quelles raisons à ce déclin ? S’il n’a commencé à se rendre palpable qu’au cours des années 1960, il se devinait dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, a souligné le cardinal Eijk : on pouvait alors voir des « problèmes » même chez les catholiques alors que les protestants avaient commencé à décrocher dès le début du XXe siècle : l’Eglise « perdit sa relation avec la doctrine de la foi et ne touchait plus la vie quotidienne des gens ».

Autrement dit, la crise que nous vivons prend racine dans une crise de l’autorité et de l’enseignement fidèle de la doctrine. Il est vrai qu’aux Pays-Bas catholiques – naguère le premier fournisseur mondial de missionnaires – la promotion du Nouveau catéchisme et les attitudes lénifiantes du clergé à l’égard des exigences morales de l’Eglise sur le plan des mœurs notamment ont fait beaucoup pour persuader les catholiques que tout allait très bien et qu’il ne fallait pas s’en faire.

Aujourd’hui, aux termes d’une estimation de l’association « Avenir du patrimoine religieux » (The Future of Religious Heritage), publié en 2010, 600 à 700 églises catholiques néerlandaises seront fermées au culte d’ici à cinq ans. Actuellement, les églises ferment au rythme de deux par semaine en moyenne, faute de paroissiens ou de pratiquants. Le rapport, établi sur des chiffres de 2008, prévoit également la fermeture de 150 des 170 moanastères et maisons religieuses actives cette année-là à l’horizon de 2018.

Interrogé sur cet état de fait, le cardinal Eijk a expliqué que dans son propre diocèse d’Utrecht, les 326 paroisses existantes sont en train d’être fondues en 49 conglomérats territoriaux, au sein desquels une seule église est désignée comme « Centre eucharistique ». « Nous n’avons pas assez de prêtres aujourd’hui pour célébrer la messe dans chaque église, nous centralisons donc la célébration dans une seule », a-t-il déclaré.

Cet effondrement de la pratique va de pair avec la chute vertigineuse des mariages religieux : « Aux Pays-Bas, il y a beaucoup de couples gays, des couples qui cohabitent, et de moins en moins de mariages religieux catholiques. Il s’agit d’une chute considérable qui indique clairement que le soin pastoral de la famille doit être une priorité dans notre pays », a-t-il indiqué. Et d’affirmer la volonté de l’Eglise de demeurer ferme et audible dans sa condamnation de l’avortement et de l’euthanasie.
Le pape François, dans son discours aux évêques néerlandais, a mis l’accent sur l’« éducation des consciences » qui est aujourd’hui primordiale vu le « vide spirituel » de leur pays fortement laïcisé, en soulignant qu’il était important que les catholiques soient là où les décisions sont prises.

Mais comment faire, dans un contexte où « la doctrine de la foi », comme le dit le cardinal Eijk, est désormais si mal connue et où les développements les plus extrêmes de la culture de mort se sont imposés parmi l’indifférence générale – quand ce n’était pas l’adhésion au nom de la tolérance ?

 
• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner
 

19 comments

  1. Jouart

    Je ne comprends pas ,dans ma jeunesse on apprenait les dix commandements par coeur meme,maintenant pluset poutant c était un point de référence important ,comme :tu respecteras ton Perret ta mère,tu ne on literas pas le bien d autrui ,turespecteras le jour du Seigneurv,tu ne commettras pas l adultère………..meme dans nos écoles catholiques francaises ,on ne leur enseigne plus cela ,et j ai été catéchiste dans plusieurs écoles ou étaient mes enfants Et la messe ,on nous donnait un carton a faire tamponner par un prêtre chaque Dimanche Tout a disparu Mes enfants sont croyants fervents pratiquants mais Grace a notre famille Vatican II n a t il pas tout change?sans etre intégriste :il y a des limites quand meme !Je crois que le clergé s est gauchise depuis Mai 68 Alors les évêques ont leur responsabilité.Je ne parle pas des papes

    •  » Mes enfants sont croyants fervents pratiquants mais Grace a notre famille  »
      -la famille est une petite Eglise (Jean-Paul II)
      donc parents vous avez bien fait votre boulot et vous devez comuniquer votre savoir faire pour que des jeunes parents connaissent la même réussite avec leurs enfants
      merci de parler de votre réussite dans l’annonce de l’Evangile.
      faisiez-vous la prière du soir ? Comment éveillez les enfants au discernement chrétien?le père et la mère étaient-ils tous les deux croyants?
      Mais surtout comment épargner à vos enfants l’influence néfaste de la TV?
      Ii y a un problème de transmission de la Foi, vous qui avez réussi, vous devenez très importants, il faut vous faire entendre.
      réussir l’éducation de son enfant c’est en faire des croyants pour un couple chrétien…

  2. le perroquet

    QUE FEREZ-VOUS PÈRE ÉTERNEL,POUR VOS PAYS-BÀS+++
    PENSEZ SEULEMENT AUX TRÈS SAINTS COEURS CHRISTIQUES DE JÉSUS ET DE MARIE,JE VOUS EN PRIE+++Amen+++

  3. Hélène

    Ce mouvement est général , je ne vois pas comment on pourrait l’inverser. Le monde a connu des périodes de fin de civilisation, nous en vivons une. Quelle tristesse.

    • L’évêque de Rodez qui préconise des groupes de 6-8 personnes est dans le vrai, il reprend un idée de Chantal Delsol…revivre le début du christianisme en toute modestie, montrer qu’on vivre en méprisant l’avortement , etc.
      Hélène il faut parler d’espérance et Delsol conclut que cela convient mieux au christianisme.

  4. Je me souviens que dans les années 50 beaucoup de français s’inquiétaient de « l’Église des Pays-Bas ». Ce qui se passe aujourd’hui n’est donc pas étonnant; c’est toujours ce qui se passe quand on n’enseigne plus le vrai catéchisme… C’est pourquoi via Internet, je fait tout ce que je peux pour le faire connaître, ainsi que le vrai concile.

  5. gérard

    Pour coi vous étonnez ,regarder le vide du respect sacrée que nous devions a DIEU regarder nos messes ce qu’elle sont devenues ,bientôt chaque église sa petite messe a elle ,l’eucharistie reléguée dans un petit coin ,le notre Père tu et tu a tout vas et surtout ne NOUS SOUMET PAS.la communion distribuée et je l’ai vu comme des tickets de métros, il y a même suivant ou des distributeurs?Vatican II oui mai le courant d’aire a fait des ravages.Que n’avions nous pas garder le LATIN prières d’union mondial entre les messes.Regardez en nos messes Catholique et les cultes des dérivent sectaires ,il fait froid dans l’expression du SACRÉE. alors nous prions chez nous .

  6. guillemet

    La situation française est-elle très différente ? Le peuple a besoin de repères et d’encadrement. Le doute sur les bases de la société, la démocratie exacerbée, couplée à la tolérance tous azimuths libèrent les individus, qui en conséquence se sentent perdus. Ils ont alors tendance à se rassembler dans ce qui les rassure et les raffermit. C’est l’Islam, le communisme, le nazisme en d’autres temps, mais le processus est fondamentalement le même.
    On pense à Jacques Perret, qui écrivait « Un jour les Romains se demandèrent s’ils avaient toujours raison, alors les barbares vinrent trousser les vestales et couper la barbe aux sénateurs » …

  7. Sébastien

    Une seule solution pour renverser la vapeur: que les 5% restant, le petit troupeau de fidèle se réunisse dans les églises où le Saint sacrement est encore présent, qu’ils y fréquentent les sacrements assidument, qu’ils organisent des adorations perpétuelles, qu’ils partagent la louange et la prière de la parole et qu’ils jeunent comme ils le peuvent! ( à l’exemple des « 5 petits cailloux de la Sainte Vierge à Medjugorje!)Alors la foi des tièdes sera réveillée à cet exemple. Mais se casser la tête à imaginer de nouvelles pastorales ne changera pas grand chose!

  8. les Pays Bas sont en avance mais il est indéniable que « le tsunami balaie les églises dans toute l’Europe » (Benoît XVI)

    Quelles raisons à ce déclin ? S’il n’a commencé à se rendre palpable qu’au cours des années 1960, il se devinait dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, a souligné le cardinal Eijk : on pouvait alors voir des « problèmes » même chez les catholiques alors que les protestants avaient commencé à décrocher dès le début du XXe siècle : l’Eglise « perdit sa relation avec la doctrine de la foi et ne touchait plus la vie quotidienne des gens ».

    Dans les années 60 ce fut l’apparition de la TV et Mgr Barbarin précise ce fut la disparition de la prière du soir en famille. l’avertissement du Christ laissez venir à moi les petits enfants fut négligé…
    la déchristianisation n’est qu’un volet de la crétinisation…
    je rappelle que le docteur en neurosciences M.Desmurget parle de TV lobotomie, d’addiction psychologique et il pense que c’est un combat perdu d’avance
    l’idée d’une communauté ouverte à tous, d’avoir confiance en l’homme nous emmène droit dans le mur.
    Finkielkraut qui parle d’interconnexion permanente est dans la vérité et Benoît XVI qui déclare il faut rendre à Dieu la place centrale dans nos vie au quotidien exprime la même Vérité.
    j’aimerais qu’on me dise que j’ai tort, je ne comprends pas que ce ne soit pas une évidence pour tous !

  9. Marguerite

    Le cardinal Eijk parle d’exode de catholiques.
    Nous avons, dans notre cercle d’amis, plusieurs familles hollandaises qui ont quitté la Hollande afin de préserver leurs enfants d’un enseignement catholique qui ne l’est plus (écoles, catéchisme..) et qui ont émigré dans les pays voisins.
    Le même phénomène existe dans notre région où les ménages catholiques se regroupent autour d’une école.
    Il faut faire parfois 40km pour assister à une messe « normale » c’est à dire dans laquelle il est possible de prier sans avoir sans cesse des commentaires creux de diacres mal formés ou de laics de l’équipe liturgique qui se déplacent autour de l’autel (sans compter les enfants lorsque certains sont présents avec panneaux, dessins …).
    Quant aux sermons et à la doctrine enseignée, il vaut mieux parfois se boucher les oreilles.
    Nos jeunes font parfois 150 km pour se retrouver dans un groupe priant.
    Lorsque la messe est célébrée dignement et que l’enseignement est conforme à la doctrine de l’Eglise (sermons,catéchisme…), les gens reviennent .
    Tirons les conséquences de nos échecs!

  10. Melmiesse

    les Pays-Bas annoncent 42% d’athées , 29% de catholiques et 6%de musulmans le reste étant protestant. Pour semer la parole de l’Evangile nous dit Jésus, il ne faut pas semer au bord du chemin, ni sur le roc ni sur les épines, le diable, les richesses, les plaisirs du monde la font disparaître; il ne fallait pas accepter:
    -l’avortement y est une pratique normale
    _ l’euthanasie y est légalisée
    – le cannabis dans les coffee shops est un commerce florissant -les universités paient la formation des imams
    – les quartiers étudiants d’Amsterdam offrent des nuits très « chaudes » – les prostituées s’offrent dans les vitrines; etc.. Mais la liberté de parole y est très grande( le tribunal a même acquitté l’auteur du documentaire Eisna jugé fasciste). Le catholicisme étant la religion de la parole-et non du livre- que la parole du Christ se fasse entendre , qu’elle résonne, enfle ,que les missionnaires y travaillent une fois le terrain nettoyé: les Pays-Bas ne sont tout de même pas l’Arabie Saoudite ou l’Iran

  11. mangouste20

    Alerte ! En France, tout est fait pour nous contraindre à suivre le même chemin si un réveil immédiat n’intervient pas. Qu’attendent nos évêques pour réagir et se mettre à la tête de tous les mouvements qui manifestent en faveur de la vie et de la famille ?

  12. Cardon

    Voici une belle illustration de ce qui attend la Fille Aînée de l’Eglise d’ici à quelques années: l’effondrement, comme aux Pays-Bas. Merci qui? Les Progros et autres relativistes post soixante-huitards!-(
    Personnnellement, je ne vais pas pleurer sur eux. Ils ont voulu la sécularisation, ils l’ont!
    Après, tout, l’Esprit souffle où il veut, non?

  13. Virgine Delcourt

    Le pape invite les évêques néerlandais à « garder l’espérance, qui ne déçoit jamais » mais encore faut-il prendre les moyens naturels du redressement , sans quoi c’est tenter Dieu. Or le pontificat de François Ier est précisément à fond dans le sens des vieilles recettes des années 70, qui ont mené l’Eglise à cette catastrophe. En d’autres termes, ce pape se moque du monde.

  14. MerrydelVal

    Cet effondrement est un résultat , en grande partie attribuable aux dérives idéologiques du clergé néerlendais.
    A son « néo-pélagianisme », en quelque sorte… et sans vouloir faire trop d’humour!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *