Image-110

À lire pendant l’Avent : Benedictus

Download PDF

 

 

Fondateur d’un monastère devenu abbaye, dom Gérard Calvet avait aussi le don du poète, celui de saisir l’Essentiel et de le restituer avec talent. Et, en cette période d’Avent (ou quasi), le tome III de Benedictus (pseudonyme sous lequel dom Gérard s’exprimait dans Itinéraires) est absolument à lire comme livre de spiritualité et de méditation.

On ne doit surtout pas s’arrêter au sous-titre de ce tome III intitulé « Lettres aux oblats ». Destinées aux oblats bénédictins du prieuré puis de l’abbaye Sainte-Madeleine, ces lettres dépassent infiniment leur premier public et peuvent servir à la vie spirituelle de tous les chrétiens. Dans sa préface, dom Antoine Forgeot, abbé émérite de l’abbaye Notre-Dame de Fontgombault, l’exprime bien à sa manière :

 

L’esprit bénédictin incline le moine à chercher Dieu d’une façon obstinée et concrète, à organiser toute son existence selon la volonté de Dieu, sous le regard de Dieu, pour le service de Dieu ».

 

Quel chrétien pourrait sérieusement ne pas incliner « à chercher Dieu d’une façon obstinée et concrète, à organiser toute son existence selon la volonté de Dieu, sous le regard de Dieu, pour le service de Dieu ».

 

On trouvera dans ce nouveau livre cinquante-six lettres qui rappellent l’âme de feu de dom Gérard et permet surtout de nourrir sa vie spirituelle à travers des textes courts, percutants, qui élèvent l’âme et lui rappellent la nécessité d’aller Dieu. D’abord !

A acheter par exemple ICI sur le site de l’éditeur qui présente ainsi ce livre (168 pages, 12€) :

 

“L’oblature est avant tout un esprit. C’est l’esprit de saint Benoît. L’esprit bénédictin incline le moine à chercher Dieu d’une Façon obstinée et concrète, à organiser toute son existence selon la volonté de Dieu, sous le regard de Dieu. pour le service de Dieu.”
Ces pensées révèlent l’âme de feu de Dom Gérard, éprise de l’absolu de Dieu qui l’avait saisi ct séduit. Et son grand désir était de le communiquer à d’autres. Il adressait ainsi régulièrement aux oblats de l’abbaye Sainte-Madeleine, des lettres spirituelles où reviennent souvent les thèmes de la soif, du désir, de l’attente, du zèle pour la recherche de Dieu et le progrès de la vie spirituelle.
Vrai moine, le Père Abbé était pour ses oblats, comme pour ses moines, un maître et un père. Vrai maître, il inculquait l’esprit de la Sainte Règle, s’efforçant de conduire les âmes à une vie chrétienne plus profonde et plus fervente. Vrai père, il cherchait å communiquer la joie spirituelle qui brillait dans son regard et il voulait en faire connaître la source.
Puissent ces pages de lumière et de feu trouver de nombreux lecteurs et embraser leurs cœurs, en leur faisant prendre davantage conscience de la richesse des racines chrétiennes de l’Europe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *