Sonis

Le général de Sonis

Download PDF

Héros de la bataille de Loigny pendant la guerre de 1870 où il se trouvait à la tête des volontaires de l’Ouest, le général Gaston de Sonis (1825-1887) reste peu connu en dehors de ce fait d’arme, lié lui-même à la dévotion au Sacré-Cœur. C’est le grand mérite de Gérard Bedel de nous offrir une véritable biographie, écrite magnifiquement et menée scientifiquement, qui nous permet de suivre l’itinéraire de cet officier catholique et français, digne selon l’auteur des autels.

Bien sûr, Gérard Bedel montre les qualités humaines et chrétiennes de cet homme, capable de s’infliger un chemin de croix en grand uniforme parce qu’il avait eu un court moment de honte en entrant dans une église. Mais, jamais, comme l’écrit avec justesse le professeur Jean de Viguerie dans sa préface, cet ouvrage ne verse dans l’hagiographie. Nous sommes mis devant la vie d’un officier français qui tout au long de son existence de soldat a essayé de vivre le plus droitement possible sans tomber dans un rigorisme de mauvais aloi. Son amour des plus beaux chevaux le montrent aisément.

Autant que possible, Gérard Bedel a puisé dans les documents conservés, dont beaucoup hélas ont été détruits. Mais c’est ainsi heureusement qu’il peut citer la lettre de Sonis à son épouse après la bataille de Solferino. Il s’intéresse aussi aux qualités militaires de l’homme, ne le réduisant pas seulement au pieux soldat. Il s’attache également à montrer le regard qu’attacha Sonis à l’Algérie où il fut affecté après avoir demandé d’être envoyé en… Crimée.

Le 17 août 1887, le général de Charrette annonça aux anciens zouaves la mort de Sonis :

Mes chers camarades,

Le général de Sonis est mort ; il a reçu la récompense de son long martyre. Il m’écrivait quelques jours avant Patay : « tout doit être commun entre nous : joie, douleurs et sacrifices. »

À lui revient l’honneur d’avoir déployé la bannière du Sacré-Cœur sur ce même champ de bataille, où quatre siècles auparavant flottait la bannière de Jeanne d’Arc. C’est au milieu de nous qu’il est tombé, soldat de la France, soldat de Dieu. Toute sa vie peut se résumer en ces deux mots : honneur et sacrifice !

Charrette

Que dire de plus, sinon qu’il faut absolument lire ce livre de Gérard Bedel (Via Romana, 256 pages, 24€).

1 comment

  1. Pingback: 2 décembre 1870 : ou l’autre miracle méprisé de la Reine du Ciel et Reine de France en faveur du Général de Sonis … « CRIL17 INFO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *