Islam

Le malentendu islamo-chrétien

Download PDF

Le Père Edouard-Marie Gallez est l’un des spécialistes français de l’islam et ils ne sont pas si nombreux. Je veux évidemment parler des vrais spécialistes, qui ont réellement travaillé leur sujet, de manière scientifique, n’hésitant pas à y sacrifier de longues années.

Dans ce nouveau livre, Le malentendu islam-chrétien (Salvator, 222 pages, 21€), il s’attache à élucider la question du dialogue entre les chrétiens et l’islam, lequel a pris une mauvaise voie, en raison d’une incompréhension manifeste de la part des Occidentaux de ce qu’est l’islam, incompréhension qui pourrait avoir une de ses racines dans la coupure qu’il y a eu entre la chrétienté occidentale et la chrétienté orientale, directement confrontée au contexte et à la réalité de l’islam.

Pour l’auteur, la clef de compréhension se situe dans le fait que l’islam n’est pas seulement une religion parmi d’autres, mais qu’il est un postchristianisme. Historiquement, explique le Père Gallez, Mahomet lui-même « ne fut aucunement impliqué dans l’histoire du Coran : si son nom y figure cinq fois (…), c’est en vertu du rôle de “messager” que la légendologie islamique fui a fait jouer ».

Mais son approche n’est pas seulement historique. L’auteur conclut sur la nécessité d’aborder le phénomène islamique théologique. Il écrit à ce sujet : « la raison d’être de l’islam ne peut pas être saisie autrement : l’islam a été et reste fondamentalement une entreprise messianiste de “salut” du monde ». Autant dire qu’il dénonce les instances de dialogue qui ont fabriquée une image irréelle de l’islam, laquelle fut fabriquée par la théologie des religions. Plus gravement, il met en garde :

 Actuellement,  le religion islamique n’est plus simplement un système de soumission-domination à ressort victimaire – ce qu’elle a toujours été ; elle est devenue aussi un outil géostratégique aux mains de pouvoirs financiers, dont on sait l’emprise sur la planète. 

4 comments

  1. Sauf à paraitre pour un personnage un peu brutal , je dirai malgré tout que le pére Edouard Marie Gallez, malgré ses longues années d’études et de reflexion, demeure en fait un doux rêveur , totalement coupé de la réalité concréte de l’islam , au sens ou on le prend , dans la logique des evênements historiques vérifiables et donc authentiques.

    Selon la lettre même du Coran, Mahomet fut donc, non pas tant un « prophéte fort soucieux des messages de Dieu » que plutot un aventurier ambitieux avide de conquétes politiques et militaires, et ceci dans un mépris absolu de la vie humaine.

    si Mahomet vivait et avait agi de nos jours, il aurait certainement été inquiété par le tribunal international de la Haye pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité!

    tant fut grand le nombre de meutres et de massacres exécutés par lui froidement envers les communautés chrétiennes et juives de l’époque!

    Par ailleurs consécutivement à la mort de Mahomet, mettant fin heureusement à une vie meutriére! l’islam s’est développé par le monde toujours au moyen de la violence la plus brutale. et ceci jusqu’à maintenant

    Actuellement le concept « d’islam modéré » est une manifestation cultuelle et psychologique propre à la France et à certain pays occidentaux

    c’est à dire que partout dans le monde , l’islam modéré n’existe tout simplement pas, et seul subsiste le véritable islam fondé sur une perception exacte du Coran, imposant logiquement la loi séculaire de la Charia

    La classe politique française et la classe médiatique commettent donc l’erreur fondamentale de penser que les actes de lutte violente contre l’occident, la chrétienté et le judaisme , ne sont que des erreurs doctrinales graves concernant l’approche de l’islam , alors qu’en réalité de telles conduites mentales s’inscrivent dans un effort de fidélité réelle envers la lettre même du livre fondateur de cette religion!

    En conclusion , les salafistes et fondamentalistes sont purement fidéles au Coran alors que les modérés, au contraire, par désinvolture, sont en situation d’erreur grave

    Quand nous avons bien saisi cette réalité concréte , seule la lutte réelle et armée peut nous protéger encore contre l’islam, nous en qualité de véritables européens encore chrétiens Amen

  2. Gérard

    Réponse à Gaudet. Quand je dis la même chose que vous, je suis généralement beaucoup plus court en me contentant de citer vos deux derniers paragraphes. Parce que je crains de rabâcher. Mais vous avez bien fait d’expliquer. Ce sont les seules choses qu’il s’agit de faire entrer dans la tête de nos concitoyens. Et quitte à provoquer une guerre ou une révolution, nous n’échapperons pas une lutte armée. La seule chose qu’ils connaissent.

  3. Je suis d’accord avec vous gaudet, sauf que l’islam modéré est mis en avant comme paravent, par des religieux sincères mais inculte ; dans l’islam plus que dans la chrétienté la religion reste quelques choses de superficielles au service de l’intelligentsia politico religieuse qui maintiennent leur ouailles dans l’ignorance usant de leur ressort instintctivo affectif pour les manipuler à des fins soit disant religieuse mais plutôt pour maintenir leur prérogatives : il suffit de voir la richesse outrageante des dirigeants de pays islamistes avec la cruelle réalité des musulmans lambda (ignorance et misère ) voilà comment tenir en laisse le peuple. C’est ce qu’il veulent faire chez nous avec l’aide de nos poliiques idiots à leurs soldes qui bradent les valeurs judéo chrétiennes pour un petit morceau de pouvoir provisoire en attendant de se faire « avoir » pour ne pas utiliser de vocabulaire plus crû.
    Heureusement qu’à la fin il y aura un seul troupeau et un seul Berger le Christ,.
    Car Dieu veille et c’est le vrai Maitre de l’univers du ciel et de la terre.
    Et ceux qui ne se convertiront pas finiront en Enfer.
    eugène

  4. Loco

    On ne peut se laisser étrangler par une religion archaïque comme l’Islam incapable d’évoluer !
    Il faut le leur dire , aux islamistes quitte à leur faire de la peine.
    Benoît XVI avait courageusement commencé à Ratisbonne, mais on lui a opposé l’Assise ambigüe de Jean Paul II. François, notre pape prudent, semble aujourd’hui nous dire que le dialogue inter religieux est un piège . Évidemment son arme n’est pas la guerre contre un groupe mais la charité envers les personnes . Ayons donc déjà, quand nous avançons sur le terrain, la prudence du serpent, la colombe vole de toutes façons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *