CardinalCarfarraSpeakingHand-500px-500x322

Cardinal Caffara : reconnaître la “conjugalité homosexuelle”, c’est provoquer un “séisme”

Download PDF

S’exprimant lors d’une conférence magistrale au Théatre Manzoni de Bologne, le cardinal Caffarra a qualifié de « séisme » le résultat de la reconnaissance des unions homosexuelles. Je vous propose ma traduction de ce discours d’une grande clarté, en deux parties. – J.S.

Je voudrais m’entretenir avec vous d’une question dont que cette réflexion montrera qu’elle est importante.

Au fond de notre réflexion il est une question à laquelle je ne répondrai pas directement, mais qui l’accompagnera. C’est celle-ci : le mariage est-il une réalité qui est à l’entière disposition des hommes ou au contraire comporte-t-il en lui-même un “socle dur” indisponibleß ? Puisque nous savons, sans être étudiants en logique, que la définition de A, par exemple, est la réponse à la question : « Qu’est-ce que A », nous pouvons reformuler cette question de fond de la manière suivante : la définition du mariage – ce qu’est le mariage – dépend-elle exclusivement du consensus social ? Est-ce le consensus social qui décide ce qu’est le mariage ?

Si maintenant je commence à vous parler de la vérité de la conjugal, je peux le faire dans la mesure où je pense que la définition du mariage, sa nature intime, n’est pas exclusivement le fruit du consensus social. Sinon, toute la réflexion que nous menons n’aurait pas de sens. A la question, « Qu’est-ce que la conjugalité ? », tout se résumerait dans la réponse : ce que le consensus social a décidé qu’elle soit.

1. La vérité de la conjugalité.

Partons donc de l’actualité : la reconnaissance d’une « conjugalité homosexuelle » a été introduite dans de nombreux ordres étatiques. Cela veut dire : la différence sexuelle est sans objet dans l’ordre de la définition de la conjugalité. Les conjoints qui concluent le pacte conjugal peuvent être tous les deux du même sexe.

Dans le même temps, et toujours dans ce cas, l’amitié conjugale demeure une affection qui comporte une dimension sexuelle. C’est ce qui distingue l’amitié conjugale des autres formes d’amitié.

Objectivement – c’est-à-dire, qu’on le pense ou qu’on ne le pense pas, qu’on le veuille ou qu’on ne le veuille pas – la définition de la conjugalité, implicite dans la reconnaissance de la couple homosexuelle, dissocie totalement la conjugalité elle-même de l’origine de la personne humaine. La conjugalité homosexuelle est incapable de créer les conditions du surgissement d’une nouvelle vie humaine. Ainsi de deux choses l’une : ou bien nous ne pouvons penser la conjugalité dans la forme homosexuelle ou bien l’origine d’une nouvelle personne humaine n’a rien à faire avec la conjugalité.

Continuons de réfléchir sur cette dissociation. Elle semble contredite par le fait que les mêmes ordonnancements juridiques qui ont reconnu la conjugalité homosexuelle, ont reconnu en même temps le droit à l’adoption ou au recours à la procréation artificielle. Mais de deux choses l’une. Ou bien ce droit reconnu fait que ce à quoi on a fermé la porte entre par la fenêtre. C’est-à-dire : il existe une perception indestructible, une évidence du lien procréation-conjugalité. Ou bien l’on considère comme éthiquement neutre la manière dont la vie d’une nouvelle personne humaine est suscitée. Et donc on tient pour indifférent qu’elle soit engendrée ou produite.

Arrêtons-nous un instant pour réfléchir au le chemin parcouru. Notre réflexion a fait le parcours suivant. Alors que jusqu’à un temps très récent, le terme « conjugalité » était univoque, il n’avait qu’une signification, et il véhiculait la représentation d’une seule réalité, l’affection sexuelle entre homme et femme, il est devenu aujourd’hui ambigu, car il peut signifier aussi une conjugalité homosexuelle. De cette Ambiguïté résulte une dissociation totale et objective du commencement d’une nouvelle vie humaine depuis la conjugalité. Voilà le parcours que nous avons fait jusqu’ici : (a) le terme conjugalité a été rendu ambigu ; (b) l’origine d’une nouvelle personne humaine a été déconnectée de la conjugalité. Réfléchissons maintenant un instant à cette déconnexion.

Il s’agit d’un réel et véritable séisme dans les catégories de la généalogie de la personne. C’est une chose très sérieuse. Le temps dont je dispose m’oblige à être bref.

La catégorie de la paternité-maternité disparaît, supplantée par la catégorie générique de la génitoralité. Disparaît aussi la dimension biologique comme élément (il n’est pas seul !) constitutif de la généalogie, alors que la généalogie de la personne est inscrite dans la biologie de la personne. La conception – l’événement qui constitue la relation ontologique avec le père et la mère – peut être un fait purement artificiel. La catégorie de la génération devient une option dans le « récit de la généalogie ».

Qu’en est-il alors de la personne humaine qui entre dans le monde ? C’est une personne intimement seule, car privée des relations qui font qu’elle est.

Le fait de parcourir ce chemin que de nombreuses sociétés occidentales sont en train de parcourir, nous mène à une conclusion. C’est celle-ci : poser que la conjugalité soit un terme vide de sens, auquel le consensus social peut donner la signification qu’il décide, c’est la dévastation du tissu fondamental de la société humaine : la généalogie de la personne.

C’est dans ce contexte culturel que nous devons nous interroger sur la vraie nature de la conjugalité : découvrir la vérité de la conjugalité.

La masculinité et la féminité sont des différences expressives de la personne humaine. Ce n’est pas qu’il existe une personne humaine qui a un sexe masculin ou féminin : il existe une personne humaine qui est homme ou femme.

Nous ne pouvons oublier ne serait-ce qu’un instant que le corps n’est pas simplement une chose que l’on possède, une possession de la personne. La personne humaine est son corps : c’est une personne-corps. C’est le corps de la personne, un corps-personne.

La féminité/masculinité ne sont pas de simples données biologiques. Elles configurent la face de la personne ; elles en sont la « forme ». La personne est « formée », construite fémininement ou masculinement.

Pourquoi existe-t-il deux « formes » de l’humanité, la forme masculine et la forme féminine ? La Sainte Ecriture, qui trouve par ailleurs sa confirmation dans notre expérience la plus profonde, répond ainsi : parce que chacun des deux peut sortir de sa  « solitude originelle », et se réaliser dans la communion avec l’autre (cf. Gen 2).

Etant enracinés dans la même humanité, l’homme et la femme sont capables en même temps de constituer une communion de personnes et de trouver dans cette communion leur propre plénitude en tant que personnes humaines.

Cette capacité, caractéristique de l’homme en tant que personne, la capacité du don de soi, a une dimension à la fois spirituelle et corporelle. C’est précisément à travers le corps que l’homme et la femme sont prédisposés à réaliser cette communion des personnes, en laquelle consiste la conjugalité. C’est le corps masculin/ féminin qui est le langage non seulement expressif, mais aussi efficace de la conjugalité.

Dans la conjugalité ainsi comprise, s’enracinent et s’inscrivent la paternité et la maternité. C’est seulement dans le contexte de la conjugalité que la nouvelle personne peut être introduite dans l’univers de l’être d’une manière conforme à sa dignité. Elle n’est pas produite, mais engendrée. Elle est attendue comme un don, et non exigée comme un droit.

Avant d’achever notre réflexion sur la vérité de la conjugalité, je voudrais soumettre à votre attention trois conclusions. Elles mériteraient qu’on y réfléchisse longuement. Je ne fais que les énoncer.

Première conclusion. Seule cette vision de la conjugalité respecte toute la réalité de notre humanité : c’est celle qui introduit à une véritable anthropologie qui lui correspond. Elle ne réduit pas le corps à une réalité privée de sens, sinon celui qui lui serait librement attribué par l’individu. Elle voit au contraire la personne humaine comme une personne-corps et le corps comme corps-personne, et donc comme personne-homme et comme personne-femme.

Deuxième conclusion. Un telle vision de la conjugalité affirme en même temps la plus haute autonomie du Je dans le don de soi, et l’intrinsèque relation au « différent », dans le sens le plus profond du terme. La « conjugalité » (pour ainsi dire) homosexuelle transmet au fond objectivement ce message : « La moitié de l’humanité, je ne sais qu’en faire, et pour la réalisation la plus intime de moi-même, elle est superflue. »

 

Troisième conclusion. Une telle vision de la conjugalité enracine la sociabilité humaine dans la nature même de la personne humaine : prima societas in coniugo. Première non au sens chronologique, mais ontologique et axiologique. Et cela empêche la réduction du « social humain » au contrat.

Cardinal Carlo Caffarra
archevêque de Bologne
 
La suite demain.

 

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits

5 comments

  1. hamelle

    Je suis d’accord avec cette vision du mariage, mais svp rendez vos propos plus à la portée de ceux qui n’ont pas faits l’université et qui sont le plus grand nombre de chretiens.
    Notre Seigneur nous enseigne la modestie, la simplicité.
    Nos apôtres nous ont laissé des ecrits à la portee de tous.
    Merci de faire suivre !

  2. roussel

    Il n’y a pas de conjugaité homosexuelle, quels que soient les simulacres décidés par un Etat et une majorité. Ce n’est que comédie qui malheureusement déconsidère totalement ce qui restait de « mariage civil », déjà bien mal en point, avec le Pacs et l’évolution des moeurs. Ce ne sont là qu’arrangements provisoires entre « copains et coquins » de la politique écolo-socialiste en guerre permanente contre ce qui reste de nature, de famille, de christianisme . Ainsi les « lois » de cet Etat ne sont que des conventions….comme le démontre très bien JJ Rousseau, elles sont donc relatives, provisoires et même arbitraires, elles ne font que refléter l’état des esprits et d’une » culture » en pleine décomposition, et égarement. Reste simplement à tenir bon et ferme dans l’actuelle tempête, plutôt que de courir après de vaines réconciliations avec le « monde » ,ici la pauvre modernité…..et ce combat est déjà interne à l’église de France, car on sait de quel côté penchent et votent les responsables et clercs de cette église confondant charité et écolo-socialisme !

  3. Loco

    La réflexion du Cardinal Camara est logique, profonde et mesurée.
    Elle mérite qu’on prenne le temps de la suivre et de la méditer.
    Mais je réagis encore devant cette loi du mariage pour tous dont le caractère pervers ne me paraît pas avoir encore été assez dénoncé.
    Le mariage homosexuel force en en effet l’ensemble de la société et tout particulièrement les hommes et les femmes qui ne sont pas concernés par lui, à l’ admettre et à l’intégrer comme normal.
    Ainsi les jeunes gens et les jeunes filles qui vont se marier ; les pères et les mères de famille, sont invités à voir, à reconnaître, que les homosexuels ont des rapports sexuels entre eux. Rapports qui constituent un acte contre nature puisque stérile par définition.
    Puis ils sont invités à voir et à reconnaître que cet acte contre – nature est mis par la loi de la République, leur vaut le traitement que leur propre mariage. Ce mariage, sommet béni de leur histoire et par lesquels ils vont s’unir ou se sont unis pour fonder une famille..
    Ce mariage des homosexuels que les  » autres  » doivent avaler, est donc une couleuvre. Il a été introduit dans notre société comme on introduirait un exhibitionniste qui légalement forcerait ses victimes à admirer ses prouesses .
    Pire, ce mariage donne le droit aux couples homosexuels de se procurer les enfants qu’ils ne peuvent engendrer . ils peuvent ainsi parodier et singer la famille normale qu’ils ont prise pour cible.
    Sans parler de l’usage qui sera fait des enfants ainsi acquis, on peut voir chez les membres actifs du lobby homosexuel à l’origine de la loi, une jalousie viscérale à l’égard des femmes dont ils envient la beauté, la voix, et la fécondité.

  4. Loco

    J’ai cafouillé au milieu.
    Je voulais dire :
     » Puis ils sont invités à voir et à reconnaître que cet acte contre-nature, leur vaut , de par la loi, le mariage. »

  5. « Les divorces en France

    En France, en 2011, 44,7% des mariages finissent en divorce et créent une population de nouveaux célibataires divorcés : ils ont en moyenne 41,7 ans pour les hommes et 44,3 ans pour les femmes.
    En 2011, 1,6 million d’enfants vivent dans une famille recomposée.

    590 000 personnes cohabitent avec les enfants mineurs de leur nouveau conjoint.

    Ces familles recomposées comptent fréquemment plus de 4 demi-frères et demi-sœurs et représentent 7,7% des familles françaises.

    D’après le ministère de la Justice, le nombre de divorces prononcés après moins de 3 ans de mariage ont augmenté de 50 % entre 1998 et 2003. »

    La conjugalité classique ne se passe pas si bien que ça ,

    Ca me semble logique que les homos trouvent insupportables les pressions religieuses et sociales et cherchent une vie meilleure et plus de sécurité pour eux et leurs enfants.

    Monsieur le Cardinal j’apprécie certains aspects de votre analyse , mais quand je vois les réactions primaires que le sujet provoque …

    La « conjugalité » (pour ainsi dire) homosexuelle transmet au fond objectivement ce message : « La moitié de l’humanité, je ne sais qu’en faire, et pour la réalisation la plus intime de moi-même, elle est superflue. »

    Le message que transmettent les catholiques est que les les LGBT (10 à 15%) qui sont presque aussi nombreux qu’eux à l’échelle mondiale est que leur existence même est superflue ainsi que leur aspiration au bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *