irene-thery

Décryptage – PMA – « Nous sociologues nous savons que le pays réel est pour » – Une bonne raison de manifester le 16 octobre

Download PDF

« La classe politique reste tétanisée par ce qui s’est passé en 2012/2013, alors que nous sociologues nous savions que le pays réel n’était pas représenté par ces opposants dans la rue qui étaient violents contre la PMA » Tel est le discours très autorisé et un rien « supérieur » de l’actuelle élite française que nous retrouvons sur France info, la chaîne reconnue pour son objectivité journalistique dans la bouche de la non moins institutionnelle EHESS, tout aussi objective du reste et ici représentée par une de ces « nous sociologues », Irène Théry.

Les médias, l’intelligentsia auto proclamée et la classe politique aiguisent déjà leurs armes et c’est bon signe. Cela montre que contrairement à ce qu’ils disent eux-mêmes, La Manif pour tous a eu un impact très fort. « Tétanisant », même, selon les mots de l’experte. C’est ce que nous exposions dans un article sur Riposte catholique « Quand le reste du monde s’inquiète du renouveau catho ».

 

Pour ce qui est du savoir autorisé des sociologues, nous pourrons nous rappeler ce commentaire que Riposte en livrait également en avril 2016, à propos de leur propre constat d’échec sur les religions.

 

Nous savons tous que les sondages sont souvent manipulés et les questions posées de façon à obtenir la réponse souhaitée. Notre confrère du Salon Beige décrypte les chiffres pour nous

A un mois de La Manif Pour Tous du 16 octobre, l’Association Des Familles Homoparentales (ADFH) a souhaité faire le point sur la perception qu’ont les Français de la loi Taubira et ses conséquences. Pour cela, l’association a commandé à l’Ifop une enquête, dont les résultats sont en ligne, réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 2 274 personnes. Voici quelques résultats :

  • 62% des Français sont contre l’abrogation de la Loi Taubira et 65% des Français souhaitent que le prochain Président de la République maintienne cette loi

Résultats à relativiser, en regard d‘une même enquête Ifop réalisée il y a un an, en septembre 2015, qui révélait que :

  • 22% des Français étaient pour l’abrogation de la loi Taubira et 32% pour une réécriture dans le sens d’une union civile, soit 54% des Français hostiles à la loi Taubira telle qu’elle existe actuellement.

En remontant encore le temps, on trouve une enquête de février 2013, encore réalisée par l’Ifop, et commandée par Alliance Vita, qui posait 3 questions :

  • Au droit au mariage pour des personnes de même sexe, assorti du droit d’adopter : 39% d’avis favorable
  • A une union civile, qui accorderait davantage de droits que le PACS, sans pour autant permettre le droit à l’adoption : 36% d’avis favorable
  • A aucun de ces deux projets : 21%

Entre 2013 et 2015, nous avons 21% et 22% des Français totalement hostiles à la loi Taubira. Ils sont désormais 38%, ce qui est un net progrès.

Le sondage de l’ADFH est orienté : il interroge les Français sur leur perception des « familles homoparentales » existantes, sur la PMA, les mères porteuses, mais pas sur l’adoption ou, pour le dire plus clairement, sur le fait de priver des enfants du droit d’avoir un père et une mère. Les résultats auraient sans doute été un tantinet différents.

Et cela aurait évité à l’ADFH de claironner que les thèmes de La Manif Pour Tous sont caducs. Comme si le fait que seuls un homme et une femme puissent s’unir pour avoir des enfants pouvait être caduc.

 

Enfin pour ce qui est de la violence des Manif , il semble que la sociologue n’était pas ces jours-là avec le pays réel.

A moins que l’usage de l’expression maurassienne par l’expert consiste à se faire sur mesure un pays réel rassurant et convergeant avec ses convictions.

Toujours est-il que l’affolement médiatique à l’approche de la manifestation du 16 octobre fournit, pour ceux qui en doutait, la réponse à la question : à quoi bon ?

Le simple fait que la classe politique admette à demi-mot qu’ils nous craignent justifie de « monter » à Paris le mois à prochain.