imgres

Des nouvelles de Vincent Lambert – et une mise en garde pour tous !

Download PDF

Non seulement Vincent Lambert est sauvé, il commence à reprendre des forces !

C’est l’excellente, la magnifique nouvelle d’hier : à ses parents venus à son chevet, nourri et hydraté de nouveau depuis samedi après-midi, Vincent Lambert a souri. Souri d’un petit sourire en coin, joli et complice, qui le rend aux yeux de ceux qui l’aiment plus beau que n’importe quelle star.

C’est l’une des gentilles aides-soignantes qui a obtenu ce sourire. Ces sourires. Ce sont elles qui soignent Vincent au jour le jour. Elles ont pour lui une affection visible, véritable. J’imagine qu’elles sont contentes de le voir revivre, après l’avoir vu volontairement privé de nourriture et d’une grande part d’hydratation par « décision collégiale » de « l’équipe médicale » du CHU de Reims.

— Vous avez vu ? Quand je passe la main dans les cheveux de Vincent, il sourit, dit une des aides-soignantes.

Et de joindre le geste à la parole : 

— M. Lambert ? Vous me reconnaissez ? Je suis revenue. Souriez-moi : je vais vous passer la main dans les cheveux.

Et Vincent de sourire. 

Elle le lui dit deux fois encore : « Souriez ! » Et il l’a fait.

Les parents, bouleversés de bonheur, ont vu qu’il ne s’agissait pas d’un rictus. Mais d’une réponse.

C’est le moment de préciser un détail de ce dossier. J’avais parlé de « coma pauci-relationnel » à propos de Vincent Lambert. Un professeur de neurologie contacté par Jérôme Triomphe, avocat de la famille Lambert, a souligné qu’il est dans le cas de Vincent impropre de parler de « coma » : il est dans un « état pauci-relationnel », puisqu’il est conscient de son entourage et interagit avec lui. Si bien qu’une pièce versée au dossier par le CHU de Reims – pour justifier l’euthanasie lente de Vincent Lambert ! – note qu’un examen approfondi réalisé par des spécialistes du coma en Belgique ont conclu que le patient est dans un « état de conscience minimale plus », « avec une perception de la douleur et des émotions préservées ».

Faut-il s’étonner dès lors que Vincent Lambert avait des épisodes « de pleurs, de cris, de sanglot (sic) » comme le précise le mémoire de défense du CHU de Reims par lequel il tentait de justifier la « décision médicale » de l’affamer à mort ? 

Ce même mémoire croit pouvoir déceler des directives anticipées informelles de la part de Vincent Lambert, dont parlent sa femme et certains de ses frères et sœurs en expliquant qu’il a dit à l’occasion, avant son accident, ne pas vouloir être maintenu artificiellement en vie.

A la fin du mémoire de défense, on ose invoquer ceci :

« La volonté émise avant son accident par M. Lambert Vincent de ne pas être artificiellement maintenu en vie dans un état pauci-relationnel, a été rapportée par plusieurs membres de sa fratrie au Dr (…). »

Sans compter que la nourriture et l’hydratation ne maintiennent pas « artificiellement » la vie, fût-ce en état de coma, notons ici l’incroyable glissement. Peut-on vraiment imaginer que ce jeune homme ait su ce qu’est un état pauci-relationnel ? Qu’il l’ait prévu, et prévu aussi quel serait son sentiment en ce cas ? Prévu qu’il demanderait à mourir faute de nourriture et d’eau ? Deux, trois mots prononcés au détour d’une conversation permettent-ils de faire cette incroyable extrapolation dont un médecin peut s’emparer pour couper les vivres à un malade ?

Si c’est le cas – et c’est bien l’esprit de la loi Leonetti – il devient urgent de faire des directives anticipées écrites demandant de ne pas faire l’objet d’une décision d’abstention de soins ordinaires ayant pour objet de provoquer la mort ! Je crois bien qu’il va falloir rédiger une lettre type avec l’aide de médecins et de juristes spécialisés.

Voici donc Vincent Lambert, 37 ans, tiré d’affaire, souriant,  montrant un visage apaisé à ses parents.

Il s’agit maintenant d’obtenir son transfert d’un service de soins palliatifs où il n’a rien à faire sous la houlette de spécialistes en gériatrie vers une unité capable de prendre en charge son handicap profond aussi bien que son état conscience diminuée mais réelle, avec une prise en compte de ses besoins émotionnels, puisqu’il ressent aussi bien la tristesse que la joie.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 

9 comments

  1. Pingback: ✝ Riposte-catholique ✝ : “Belgique : « Je crois que je vais aller buter un Curé »” | Francaisdefrance's Blog

  2. Lionel Fischer

    Merci.
    Merci à vous.
    Merci à l’avocat que j’ai entendu sur radio courtoisie.
    Puissent les médecins responsables de l’abomination être tous traduits en justice un jour, et condamnés.
    Encore merci.

  3. AMINI François

    Continuez à faire de la désinformation et vous irez directement en enfer s’il existe..On n’a pas le droit de s’amuser de cette façon avec la fin de vie des patients.Ou alors votre cas relève de la psychiatrie?

  4. Loulou

    Je suis trop heureuse du dénouement de Vincent Lambert. Que Dieu le guérisse et qu’il retrouve sa pleine autonomie! Qu’il fasse un pied de nez aux médecins assassins et montre au yeux du monde la supercherie monstrueuse de l’euthanasie.

  5. Pingback: La loi Leonetti « excellente » ? | Riposte-catholique

  6. Pausier

    Dieu soit loue, Vincent est en voie d’etre sauve ! Quelle joie pour ses parents, aussi. Quoique en bonne sante a soixante-quatre ans, je ne tiens pas a risquer connaitre une telle decision « medicale » lorsque je rentrerai en France. Aussi suis-je preneur d’une lettre-type (comme propose) pour en remettre un original signe de ma main a chacun de mes fils. Merci Daniel Hamiche pour vos alertes que je suis actuellement depuis la Chine populaire.

  7. samantha

    je trouve honteux de parler de « Vincent est sauvé « !
    Sauvé de quoi ?
    De vivre dans cet état pendant combien de temps ?
    Ses parents qui ne veulent pas le voir mourir, seront ils encore là pour l’aider à se laver et se nourrir dans vingt ans ?
    Le promener, ou le veiller?
    alors quelle honte .
    Laissons le partir , et si ses parents jugent utile de venir le voir que 2 fois par an, alors qu’ils restent chez eux et qu’ils laissent ceux qui viennent le voir tous les jours, prendre des décisions qu’il avait recommandé avant son accident.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *