ivginfo

Désinformation sur le site gouvernemental pour l’IVG

Download PDF

Il s’appelle ivginfo.com et non, je ne mettrai pas de lien selon la recommandation très juste d’Yves Daoudal (voir ici). Et il aurait dû s’appeler ivgpropagande.desinfo…

 

 

J’y suis allée, quant à moi, pour des raisons professionnelles et pour vous raconter ce que j’y ai trouvé. De la désinformation pure et dure : on peut en convenir quelle que soit son point de vue sur l’avortement.

On le savait déjà : selon l’économie générale de la loi, l’avortement (ivg) est un « droit » : mineure ou majeure, étrangère ou non,

« Vous pouvez demander une IVG, quelles que soient les raisons qui motivent votre choix. »

Aussi le site propose-t-il toutes les informations nécessaires pour accéder à l’avortement, de manière anonyme, rassurant celles qui ont peur de voir la nature de l’acte figurer sur les relevés de sécu, rappelant aux mineures qu’elles pourront avorter sans la moindre feuille de soins et 100 % gratuitement. 

Mais – première désinformation – il ne dit pas que des associations d’aide aux futures mères peuvent apporter conseils et assistance à celles qui hésitent. La rubrique renvoie les femmes à leur entourage – souvent c’est l’entourage qui pousse à avorter – et la rubrique « Où aller, où s’informer » ne leur indique que les centres de planification familiale et les centres hospitaliers les plus proches.

La rubrique sur les méthodes d’IVG parle systématiquement de l’expulsion de l’« œuf ». La méthode médicamenteuse s’utilise jusqu’à 7 semaines de grossesse (9 semaines d’aménorrhée)  ; 

 

Et cet « œuf » a une tête, un corps, des ébauches de doigts, des yeux, et même les mamelons des seins.

 

 

Semaine 12 de grossesse : 14 semaines d'aménorrhéePour les IVG chirurgicales – pratiquées le plus souvent à partir des 7 semaines et jusqu’aux 12 semaines de gestation à la limite prévue pour la loi – le site parle encore et toujours de l’« œuf » en expliquant qu’il sera « aspiré ».

L’image vient d’un site pour suivi de grossesses désirées, monbebe.com. 

En fait le bébé a trois mois. Tout est en place. Les organes commencent à fonctionner. Le cerveau commande les muscles : le système nerveux est là.

 Un « œuf » ? Faut oser…

Cela continue avec la rubrique « les méthodes en vidéo ».

Ici ivginfo parle d’« embryon », sur fond de musique rassurante. Et les images représentent la « chose » à éliminer comme une petite boule blanche. Que ce soit pour l’avortement par RU 486 ou par voie d’aspiration. A 7 semaines de gestation comme à douze.

Bien entendu le site ne comporte pas la moindre image d’échographie, de développement fœtal… Il y a des choses qu’une candidate à l’avortement n’a pas le droit de voir ni de savoir.

On cherche également en vain toute référence aux effets indésirables des différentes méthodes, en dehors de l’inconfort passager. Pas de risques pour la santé, pas davantage pour les grossesses futures. Pourtant des études scientifiques prouvent que l’avortement est lié à une incidence accrue (et même fortement accrue) de cancers du sein. Et que l’incidence de fausses couches lors de grossesses futures est elle aussi plus forte.’IVG, quelle que soit la méthode choisie, n’a aucun effet sur vos chances de démarrer le moment voulu une nouvelle grossesse, ni sur votre santé.

« L’IVG, quelle que soit la méthode choisie, n’a aucun effet sur vos chances de démarrer le moment voulu une nouvelle grossesse, ni sur votre santé. »

Tout au plus reconnaît-on que « l’IVG : un évènement émotionnellement perturbant » : après avoir renvoyé la candidate à ses proches (voir plus haut), le site explique : « Une consultation psycho-sociale vous sera également proposée après l’IVG. Elle vous permettra de parler de cet évènement si vous en ressentez le besoin.  

Suivi assuré, bien évidemment, par des partisans de l’avortement, les autres n’ayant pas droit de cité !

Enfin, parmi les méthodes contraceptives proposées comme suite obligatoire d’une IVG, la méthode naturelle de régulation des naissances est présentée justement comme reposant sur l’identification de la période d’ovulation afin d’éviter les rapports fécondants à ce moment-là. 

« Les méthodes naturelles sont peu fiables et imprécises, car l’ovulation peut être avancée ou reculée en fonction du mode de vie, de la femme, du couple… »

Voilà qui ne manque pas de sel, dans un site où l’on explique que la grossesse s’exprime en semaines d’aménorrhée, c’est-à-dire depuis le début des dernières règles, et que le début de la gestation commence 2 semaines plus tard, comme si l’ovulation ne pouvait pas être avancée ou reculée en fonction du mode de vie, de la femme, du couple…

Cette critique n’est évidemment pas exhaustive.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 © leblogdejeannesmits

 Réseau Riposte catholique

3 comments

  1. eljojo

    Petite idée à faire passer…

    Un certain nombre d’entre vous utilisent l’antivirus avast, qui installe une extension sur votre navigateur permettant lors d’une recherche google de voir la réputation du site, et, accessoirement, une fois sur le site, de le noter. Plus généralement, il existe plein d’outils, y compris dans google, pour noter des sites. Ne nous gênons pas !

    Allons-y nombreux, et mettons au site du gouvernement une – très – mauvaise note !

  2. Senex

    Sur un plan purement médical, ce site est mensonger sur bien des points et relève de la loi sur la publicité mensongère.Il déborde complètement la loi Veil en étendant le droit de tuer à toute personne qui en fait la demande. Continuons le combat .Dont un point important est l’objection de conscience pour les personnels de santé.merci

  3. joseph

    Triste humanité!
    Pour certaines sociétés le ventre des femmes est devenu un abattoir!
    Pour d’autres, une usine à bombe
    Plus malheureux encore: les 2 sont en confrontation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *