df

GPA : on aura beau se dorer la pilule, on n’évitera pas l’aliénation des femmes « porteuses »

Download PDF

 

La « gestation pour autrui » en débat

La GPA ou gestation pour autrui n’est pas légalisée en France mais elle l’est dans d’autres pays. Quel est le problème éthique de cette technique simple de PMA ? Le professeur Dominique Folscheid, philosophe de l’Université Paris-Est, tente de donner des éclairages. 

La définition de la « gestation pour autrui », désormais siglée « GPA »,  est la plus simple qui soit. Quelle que soit la situation des demandeurs — couples mariés ou pas, hétérosexuels ou homosexuels, ou personnes isolées —, il s’agit dans tous les cas de charger une femme, à titre onéreux ou gratuit, de recueillir en son sein, jusqu’à sa naissance, un embryon étranger préalablement conçu in vitro.

Au point de vue strictement technique, la GPA ne pose aucun problème particulier. Alors qu’elle soulève une montagne de difficultés au niveau psychologique, psychique, symbolique, juridique, social, éthique, et pour finir politique. Mais les États récalcitrants sont soumis à de telles pressions qu’ils mènent peut-être un combat d’arrière-garde.

Comment en est-on arrivé là ? Et pourquoi avoir remplacé la « mère porteuse » par la « gestation pour autrui » pour finir avec le sigle « GPA » ? Pour masquer une révolution anthropologique ?

Lire la suite sur Bioethique.com

 

Source Belgicatho (en attendant que le site Bioethique.com soit à nouveau accessible)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *