28-sptembre-logo

Info et pétition – Non à la journée « mondiale » de l’avortement organisée par le gouvernement français

Download PDF

Le lobby international pour l’avortement, au sein de l’Organisation des Nations-Unies, veut établir une « Journée mondiale de l’avortement » le 28 Septembre. S’il vous plaît, ne laissons pas cela passer. Il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir, face à ce génocide déguisé en « droit de l’Homme qu’il conviendrait de défendre ».

Il y a quelques semaines, une coalition de 430 groupes pro-avortement a adressé une lettre au Secrétaire général des Nations-Unies, Monsieur Ban Ki-moon, ainsi qu’aux responsables  d’ONU-Femmes, du Programme de développement des Nations Unies, de l’Organisation mondiale de la Santé, du Fonds des Nations Unies, de l’ONUSIDA et de l’UNESCO, en demandant la création d’une « fête spéciale avortement», au niveau mondial. Ce procédé est infâme. De nombreux pays ne reconnaissent pas le meurtre des enfants dans le sein de leur mère, comme un droit fondamental. Et heureusement. Mais comme il s’agit des pays les plus pauvres, les pays riches risquent de passer en force…

Selon cette lettre, le 28 septembre sera déclarée « journée internationale d’action pour la dépénalisation de l’avortement ».

Une fois de plus, le lobby de l’avortement utilise des euphémismes pour pousser son ordre du jour. La journée ne serait pas ouvertement « pro-mort » mais « contre la pénalisation de l’infanticide ». Mais nous savons, nous, ce qu’est l’avortement. Dans 100% des cas, un bébé innocent meurt ; et dans presque autant de cas, la mère est profondément choquée sinon désespérée.

La lettre du lobby de l’avortement fait valoir, « Nous ne sommes pas des criminels. Aucun d’entre nous devrait être poursuivi pour quelque chose qui est un évènement normal de la vie d’une femme (…) L’avortement sans risque est un service de santé essentiel pour les femmes « . Mais « sans risque » pour qui ? Pas pour l’enfant, en tous cas.

Leur objectif est clair: faire pression pour la légalisation de l’avortement dans les pays où il est illégal, et établir un «jour de fête» qui sera utilisé pour déployer une propagande pro-avortement.

Le lobby de l’avortement est uni pour tuer des enfants par dizaines de millions. Maintenant, il nous faut, nous aussi, nous unir, afin que la vie soit plus forte que la mort. Nous devons adresser un message clair à l’ONU : il n’y a pas d’avortement sans risque pour la femme. Cela n’existe pas. Et pour ce qui est de célébrer le meurtre d’êtres humains innocents, il en va franchement à l’encontre d’un droit fondamental : le droit à la vie.

Si vous signez cette pétition, votre message sera directement adressé au Secrétaire Ban Ki-moon. S’il vous plaît rejoignez-nous pour que cette monstrueuse demande ne soit pas retenue par l’ONU.

 

Signer la pétition

 

 

Précisons toutefois que selon le site de la journée lui-même

Bien qu’elle revendique le titre de « journée mondiale », précisons d’emblée qu’il s’agit s’une journée purement nationale, voulue expréssement par le gouvernement français.

Le but avoué du gouvernement étant de faciliter l’accès à l’IVG et rendre l’information toujours plus anonyme. Une campagne de communication sur le thème « réduire les inégalités et fournir des renseignements fiables » a d’ailleurs été initiée.

A l’occasion de la Journée mondiale du droit à l’avortement, la ministre française de la Santé Marisol Touraine a annoncé la mise en service d’un numéro vert national (0 800 08 11 11) destiné à informer sur l’interruption volontaire de grossesse. L’appel à ce numéro se dera sans laisser de trace sur les factures téléphoniques.