Coy_Mathis_family_2_1362006513412_380006_ver1.0_320_240

Interdire les toilettes à un garçon que ses parents croient fille ? Discrimination !

Download PDF

Coy est l’enfant le plus près du papa.

Le garçon en question a six ans. Oui, six ans ! A Denver, Colorado, le petit Coy Mathis fréquente une école élémentaire depuis la rentrée 2011. En l’inscrivant, ses parents avaient demandé qu’il soit traité, comme il l’était déjà à la maison, en petite fille, expliquant qu’il est « transgenre » : jusqu’à l’hiver dernier, le petit Coy avait donc accès aux toilettes des filles, là où il y avait des toilettes séparées. Mais, sans que l’école rende la raison publique, cela lui a été interdit au retour des vacances. Il lui était proposé d’utiliser les toilettes des garçons, celles des professeurs ou celles de l’infirmière de l’école.

Colère et indignation des parents !

Sa maman, Kathryn Mathis, a souligné combien il était « dangereux » pour une petite fille de devoir utiliser les toilettes des garçons… Avec son époux, Jeremy, un ancien Marine, elle en a fait une affaire très médiatisée, accordant des interviews à la presse et apparaissant dans des talk-shows à la télévision.

Les Mathis, assistés du « Transgender Legal Defense and Education Fund », se sont aussitôt tournés vers la Division des droits civiques du Colorado – nous sommes alors en février. Le 18 juin, le directeur de cet organisme, Steven Chavez, explique que l’attitude de l’école rappelle la ségrégation qui avait cours avant le mouvement des droits civiques, cette ségrégation qui reposait sur le principe que les Noirs et les Blancs sont « séparés mais égaux ». Donc, les droits de Coy Mathis avaient été violés. Et son école y est qualifiée d’« hostile, discriminatoire et n’offrant pas un environnement sûr » en raison de son refus de laisser le garçonnet faire usage des toilettes des filles.

Il n’est peut-être pas nécessaire de préciser que c’est une première…

Coy Mathis a une grande sœur, autiste, et une petite sœur, et aussi une sœur et un frère nés en même temps que lui : l’autre garçon est autiste lui aussi, et la sœur triplée a été victime d’un virus à la naissance qui l’a laissée paraplégique et elle nécessite des soins constants.

C’est à cinq mois que ses parents ont commencé à « s’apercevoir » que Coy se sentait fille – parce qu’il avait attrapé la couverture rose d’une de ses sœurs. Plus tard, il ne montrait guère d’intérêt pour les jouets traditionnellement « mâles » et avait plutôt tendance à graviter vers les jouets et les vêtements des filles. A quatre ans, il a expliqué à ses parents que quelque chose clochait dans son corps.

Déprimé quand on lui coupait les cheveux, il a commencé à refleurir, assurent les parents, lorsqu’ils ont commencé à le traiter comme une fille (ou plus exactement, sans doute, comme ses sœurs…), sur la recommandation d’un psychiatre qui l’a diagnostiqué « transgenre ». Tout le monde s’adresse à lui avec des pronoms féminins et il paraît que, revêtu de robes à froufrous, il (pardon, toute la presse américaine dit « elle ») a retrouvé le sourire. Sans compter que sa mère donne des interviews sur son cas en sa présence.

Que ce garçon soit victime d’un désordre, soit de lui-même, soit en raison des circonstances familiales, et même pour toute autre raison, paraît évident. Ce qui est notable, c’est le refus de vouloir essayer de traiter le désordre qu’on ne qualifie plus comme tel depuis que l’Association psychiatrique américaine l’a décidé. On a pourtant de nombreux exemples de thérapies réussies qui ont permis à un enfant biologiquement fille ou garçon de se sentir à l’aise dans sa propre identité.

LifeSite cite la vice-présidente de l’American College of Pediatricians qui, après avoir souligné que les enfants intègrent des messages émis par leurs parents même pendant la petite enfance et que si ces messages sont confus ou brouillés, ce qui peut se refléter dans l’affirmation qu’ils aimeraient faire partie de l’autre sexe. « Le sexe biologique n’est pas un désordre ; permettre à un enfant de désavouer son sexe biologique l’est bel et bien. Personne ne naît transgenre : cela a été établi grâce à des études sur les jumeaux », affirme-t-elle.

L’université John Hopkins a cessé de pratiquer des opérations de changement de sexe en constatant qu’elles n’entraînent aucune conséquence bénéfique, tandis que certaines personnes opérées finissent même par revenir à leur identité d’origine. Le responsable de ces opérations a abandonné en expliquant qu’« on ne donne pas de liposuccion à un anorexique ».

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 © leblogdejeannesmits 

 

 

2 comments

  1. Hélène

    Les parents sont nettement malades! C’est clairement un cas de maltraitance psychologique. Donc deux autistes, une paraplégique, un transgenre, je suggère à ces gens l’abstinence sexuelle.

  2. Soleily

    La théorie du genre s’appuie sur le fait que l’orientation sexuelle est culturelle. Cela choque beaucoup de personnes. Pourtant oui, elle est essentiellement culturelle, surtout pour les garçons. Mais pourquoi la « culture », c’est-à-dire l’éducation, orienterait-elle à l’encontre du sexe biologique ? C’est bien d’un désordre des parents ou de l’environnement social que naissent les problèmes d’orientation sexuelle.
    Le professeur Delassus dans ses ouvrages sur la maternité, montre comment la petite fille se sent « d’emblée » du même sexe que sa mère ; mais que le petit garçon qui Doit vivre la période fusionnelle avec sa mère, peut éprouver une sorte de vertige quand il doit en sortir. C’est évidemment la relation avec son père qui est fondamentale à cette époque. L’enfant doit sentir à la fois la force de l’amour de son père, mais aussi la différence de cet amour avec l’amour maternel (sinon pourquoi aurait-il à s’orienter ailleurs ?). L’amour de la mère est essentiellement tactile. L’amour du père est essentiellement dans la parole. Parole aimante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *