MaddalenaDouse-Parents-Later-634x872

Noël : le miracle de la survie d’une prématurée

Download PDF

Maddalena, six mois, passe son premier Noël à la maison cette année. C’est une rescapée. N’eût été une petite paire de ciseaux, la petite fille serait morte peu après sa naissance… Laissée pour morte.

Maddalena Douse est née il y 6 mois à 23 semaines de gestation, en même temps que sa sœur jumelle Isabella, qui, elle, est morte. Aux termes des directives éthiques en vigueur au Royaume-Uni, il est d’usage de laisser mourir sans soins autres que les soins dits « de compassion » les grands prématurés pesant moins de 400 grammes à la naissance.

Le minuscule bébé a donc été pesé, et les médecins du Royal Sussex Hospital ont eu la surprise de voir la balance afficher 453 grammes. Aussitôt, Maddalena est transférée vers l’unité de réanimation néonatale, reçoit les soins nécessaires à sa survie et peu à peu, se fortifie, jusqu’à se trouver suffisamment en bonne forme pour pouvoir rentrer chez ses parents, sans problèmes particuliers.

« Elle est notre petit miracle », disent aujourd’hui ses parents… Un miracle qui a aidé providentiellement aidé par une bête paire de ciseaux, que quelqu’un avait laissé traîner sur la balance où le destin de Maddalena s’est joué. Une paire de ciseaux qui a porté son poids de 382 grammes – la réalité qu’on devait constater très vite après l’arrivée de la fillette dans l’unité de soins intensifs – aux 453 grammes qui lui ont sauvé la vie. Une fois la réanimation commencée, et efficace, il ne pouvait plus être question en effet de revenir en arrière…

L’heureuse survie de la petite Maddalena est en quelque sorte l’avers de la médaille. Dont l’envers est fait de bébés que l’on laisse mourir parce qu’ils ne font pas le poids. Ou pour qui les soins intensifs sont jugés inutiles sur des critères, comme on le voit, incertains… Ainsi, rappelle Peter Baklinski sur LifeSite, un médecin néonatologue de Londres a-t-il reconnu avoir personnellement laissé mourir dix bébés d’inanition et de déshydratation, conformément aux « chemin de soins de Liverpool » qui prévoit cette sorte de refus de soins dans nombre de situations. 

Ce protocole, à la suite de campagnes menées par la presse tabloïde, est actuellement très controversé au Royaume-Uni, au point qu’une enquête officielle a été instaurée pour déterminer s’il y a ou non des abus, c’est-à-dire des morts volontairement hâtées par le refus de soins ordinaires.

Le miracle de Maddalena vient rappeler que les médecins ne savent pas tout…

Avant…

Après !

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 

 

2 comments

  1. btk

    ma niece qui est pediatre en neonatologie dans un hopital de Normandie ne laisse JAMAIS mourir un bebe, si petit soit-il… il ne s’agit pas de faire des re-animations a outrance, il s’agit d’aider de tout petits poids a survivre et a VIVRE…. mais ma niece est CATHOLIQUE !
    pouvons-nous imaginer les SOUFFRANCES d’un tout petit lorsqu’on le laisse mourir… seul dans son isolement.. sans meme un geste de tendresse ??? (on ne fait meme pas cela a un animal)
    SEIGNEUR, PARDON pour toutes ces souffrances commises consciemment par des inconscients
    SEIGNEUR, en ce soir de Noel, PARDON pour toutes les souffrances qu’on VOUS a infligees.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *