charles_gounod_faust

Tribune – Ne minimisons pas l’action du démon dans nos vies

Download PDF

Suite à notre tribune sur « pas de miséricorde pour les pédophiles ? », nous publions avec plaisir cette tribune d’une lectrice, pointant du doigt un aspect essentiel et trop nié : le démon n’est pas assez traqué.

« Pas de miséricorde pour les pédophiles » :

La ligne « s’ils (les actes pédophiles) relèvent de problèmes psychiatriques » me fait réagir vivement.

1) » Mon peuple périt faute de connaissance », Osée 4, 6

Avons-nous pris l’habitude dans l’Eglise Catholique de se défausser sur les psychiatres pour libérer les clercs et les fidèles laïcs, même les païens, le message de Jésus est annoncé à tous, alors que l’ÉVANGILE nous invite au Nom de Jésus, à guérir les malades et à chasser les démons ? Avons-nous oublié que Jésus est le médecin des médecins ?

 

2) Pourquoi les autorités de l’Eglise Catholique désobéissent-elle au Christ de guérir les malades et chasser les démons, au Nom de Jésus ?

 « D’après les paroles mêmes de Jésus conférant à tous les croyants le pouvoir de chasser les démons (Marc, 16, 17), selon les enseignements communs des Pères de l’Eglise et des théologiens, il ressort très clairement que les LAÏCS peuvent faire des exorcismes PRIVES, sans doute avec la prudence et la discrétion qui s’imposent !… Ce pouvoir octroyé à tous les CROYANTS conserve toute sa valeur de légitimité et toutes les interdictions ne peuvent être qu’abusives et invalides !… C’est un pouvoir fondé sur la foi et la prière. Or, les paroles de l’Evangile, par lesquelles le Christ octroie à TOUS LES CROYANTS le pouvoir de chasser les démons, constituent une vérité DE FOI DIVINE et en conséquence, c’est une hérésie de contredire ces paroles du Christ !… Comme il s’agit d’un pouvoir que le Christ lui-même a accordé à tous les croyants, absolument personne ne peut le contredire, même pas le Magistère actuel de l’Eglise !... (…) La Constitution de Vatican II sur la Révélation Divine ajoute ce qui suit : « CE MAGISTERE N’EST PAS AU-DESSUS DE LA PAROLE DE DIEU… » (n.10)… »

« Les directives officielles des autorités ecclésiales ne tiennent aucun compte des enseignements des Pères de l’Eglise et des théologiens, et encore moins du pouvoir donné explicitement à tous les croyants par le Christ lui-même ».

« L’abolition presque totale des exorcismes dans l’Eglise est tout à fait contraire à l’Evangile ; une telle interdiction sert directement la cause des démons !

En effet, lorsque Jésus a transmis aux Apôtres et à tous les « croyants » le pouvoir de chasser les démons, il n’a pas ajouté de conseils invitant à la prudence, à l’analyse des situations diverses, à l’usage des techniques, au recours aux psychologues ! Son mandat fut direct et concret : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : par mon nom, ils chasseront les démons » (Marc 16 17) ».

« Si actuellement Jésus revenait en personne dans l’Eglise, il dirait certainement au Magistère : « N’empêchez pas vos fidèles de chasser les démons : c’est Moi qui leur en ai donné le pouvoir ; ne contredisez pas mon enseignement ! ». Il importe grandement que l’Eglise retrouve le plein emploi des moyens que le Christ lui a donnés pour mener le combat spirituel contre le démon ».
»Sans doute, il ne faut pas voir le démon partout ni pratiquer les exorcismes ou les prières de libération à la légère ! Néanmoins, la théologie, qui a un rôle éminent à jouer dans l’Eglise, considère comme une faute, pour ceux qui ont charge d’âme, de ne pas secourir une personne soumise à l’action du démon ».

« A ce sujet, Mgr Auguste Saudreau a écrit : « Les théologiens, qui ont traité ces questions « ex professo », déclarent qu’il y a faute mortelle pour celui qui a charge d’âmes à ne pas exorciser ceux qui sont possédés. Il est évident qu’il y aurait faute mortelle à s’opposer aux exorcismes et à empêcher qu’on porte secours à de pauvres êtres qui ont à subir une épreuve spirituelle et corporelle aussi terrible. »

« Dans l’action du démon, il faut distinguer une façon ordinaire et une autre extraordinaire. La première façon consiste pour le démon à pousser les hommes au péché par les tentations ; quant à la seconde façon, elle peut se traduire par les formes suivantes » :

1-     « L’obsession, qui est une suite de tentations plus violentes et plus prolongées que les tentations ordinaires ».

2-     « La possession, où le démon agit réellement dans le corps du patient, au lieu de faire sentir son action seulement du dehors comme dans l’obsession ».

3-     « La vexation, par laquelle le démon peut causer des troubles dans la santé, les biens matériels, les affections humaines, le travail… »

4-     « Les infestations, qui peuvent atteindre différents objets, des maisons, des animaux ».

5-     « Les souffrances externes, coups et sévices, que l’on retrouve dans la vie des saints ou personnes ferventes ».

6-     « L’état de dépendance du démon, dont la cause est un pacte avec lui ».

« Avant que la possession ne soit discernée, le démon provoque souvent des troubles physiques et psychiques, pour lesquels les traitements et les médicaments s’avèrent le plus souvent inefficaces. Parmi les maux physiques, on constate que ce sont souvent la tête et l’estomac qui en sont le plus affecté ».

« Parmi les influences diaboliques secondaires, on peut mentionner plusieurs anomalies psychiques, comme l’imperméabilité à l’égard des valeurs divines, l’aversion du sacré, le doute religieux, l’incapacité d’éprouver une vraie contrition du péché, l’impossibilité de se concentrer pour la prière et pour la lecture de l’Ecriture Sainte, l’angoisse, l’irritabilité, l’agressivité, le blasphème, l’alcoolisme, l’immoralité, la kleptomanie, le tabagisme, la toxicomanieDevant cette diversité des influences diaboliques, que peut bien faire le psychologue ? »

« Dans notre monde permissif, plusieurs deviennent sous l’influence du démon, sans trop s’en apercevoir, en faisant des expériences du côté de la magie, de la sorcellerie, de l’occultisme, du spiritisme, des religions orientales, en ignorant les dangers qu’ils encourent. Par ailleurs, certains peuvent nuire à autrui par l’intervention du démon au moyen de la magie noire, des malédictions, du mauvais œil et des sorts ».

« La mentalité qui prévaut généralement dans l’Eglise et notamment chez les membres de la hiérarchie, c’est de consulter les psychologues pour détecter une éventuelle possession diabolique. Cependant, il faut affirmer que les psychologues, de quelques disciplines qu’ils soient, n’ont habituellement pas la capacité et les aptitudes requises pour faire un tel discernement, d’autant plus qu’il existe une variété de possessions diaboliques qui comportent des différences appréciables quant à leur gravité et à leurs symptômes ».

« Il faut espérer que les erreurs indiquées dans la présente intervention seront corrigées par les autorités compétentes. Ainsi, tous les fidèles reprendront un droit absolument strict de lutter contre le démon par le moyen spécifique que le Christ a conféré à tous les croyants, c’est-à-dire l’exorcisme ! Voilà d’ailleurs ce qui ressort clairement pour tout esprit capable d’objectivité, de l’Evangile (Marc 16 17), de la pratique de l’Eglise primitive décrite par les Pères de l’Eglise, de l’enseignement unanime des théologiens qui ont étudié ce problème ».

Le 20 avril 1999  Publication et photocopies autorisées   Un théologien  Extraits du livre Retire-toi, Satan –  année 2004  – Edition Leparex – 405-195 Côte Sainte Catherine – Outrement – Québec – CANADA H2V 2B1 – tel/fax : (514) 270-7441

« C’est pourquoi, je vous le dis, tout ce que vous demanderez dans la prière, croyez que vous l’obtiendrez, et vous le verrez s’accomplir ». Mc 11, 24. Sommes nous incrédules ou croyons-nous en Jésus ? Apprenons à croire aux promesses de Dieu.

 

3) Avons-nous subi des abus ?

Nous avons tous subi des abus physiques (angoisses, cauchemars, cancers…) des abus de pouvoir, d’autorité malsaine dans la famille, dans la société, de la jalousie qui est aussi de la magie, de l’emprise démoniaque, de l’humiliation, de la peur, de la méchanceté, de la soumission, des violences verbales, physiques…, de la manipulation, du contrôle, des liens d’emprise, des liens d’âme, des abus d’autorité dans l’Eglise, des abus spirituels, des abus psychiques (peurs, haines, envies de suicide, haine de la femme ou de l’homme, dépression…), des abus sexuels, (pour les deux derniers, la pédophilie en est une des conséquences). Les abusés deviennent souvent des abuseurs.

 

4) Qui n’a pas supporté des Malédictions ?

Des Malédictions de la langue, qui est un feu dévorant. Dans Jacques 3, 6, « la langue est un feu, c’est le monde du mal …, elle souille tout le corps » ;des paroles psychiques et démoniaques, d’avortement, de mort, de rejet, de sorcellerie, d’impureté, d’unions illicites, du fruit des entrailles, dues à la franc-maçonnerie, d’idolâtrie, des cœurs tortueux, des lèvres menteuses, de l’injustice envers les faibles, de soumission indue de la femme, du nom de famille, de destruction de la maternité, d’être née fille, dues aux péchés des ancêtres, de relations sexuelles illicites ou contre nature, d’alcoolisme, de perversité, d’occultisme

 

5) Des spécialistes nous expliquent les Malédictions :

Derek Prince (livre Bénédiction ou Malédiction, à vous de choisir) nous dit « une malédiction pourrait être comparée à un long bras maléfique tendu à partir de notre passé. Il repose sur vous avec une force sombre et oppressante qu inhibe la pleine expression de votre personnalité. Vous ne sentez jamais complètement libre d’être vous-même. Vous réalisez intuitivement que vous avez en vous un potentiel qui ne se développe jamais complètement. Il y a un mot qui résume les effets d’une malédiction, la frustration » Les mots bénir ou bénédictions surgissent environ 410 fois dans la Bible. Le mot « malédiction » est cité environ 230 fois » www.derekprince.fr

 

Demandons au Seigneur de mettre une garde à notre bouche, chaque jour. Ps 141.Une malédiction lancée ne s’arrête jamais, sauf si elle est coupée. Tournons sept fois sa langue dans sa bouche avant de proférer une malédiction.

« Une importante malédiction : celle du fruit des entrailles. Dt 28,18, maudit soit le fruit de tes entrailles. Tout ce qui est en lien avec la procréation : « l’incapacité de concevoir, une tendance aux fausses-couches, des absences de menstruation, des irrégularités dans la menstruation, des crampes menstruelles débilitantes, la frigidité, des kystes, des tumeurs, ou autres grosseurs ou défauts de structure. Un cordon ombilical autour du cou de l’enfant qui naît ».

Mac Nutt « aborde lui aussi le sujet des malédictions et cite Derek Prince qui a derrière lui des années d’expérience dans la prière de délivrance et a dressé une liste des sept signes indiquant qu’une personne ou une famille souffre d’une malédiction :

1 la dépression mentale ou psychique2 la maladie chronique ou répétitive, surtout si elle est héréditaire – 3 la stérilité et la tendance à avoir des fausses couches4 les ruptures au sein du couple  et de la famille5 les problèmes financiers continuels 6 une prédisposition aux malheurs7 un passé familial anormal (suicides, morts prématurées) ».

 

Il y a aussi les auto-malédictions que nous nous mettons nous-mêmes.

Dans ce livre sur la délivrance, j’ai particulièrement découvert que des personnes qui avaient vécu des situations intolérables, viol ou abus rituel satanique…, le Seigneur leur permettait de subsister malgré l’intolérable pour survivre psychologiquement et l’éclatement en d’autres personnalités est en réalité un don qui vient de Dieu. Mac Nutt. La délivrance pour aujourd’hui. Guide pratique. Editions Bénédictines, pages 260 à 266 Dans Matthieu 7, 1-2, « ne jugez pas afin de n’être pas jugés, car du jugement dont vous jugez, on vous jugera et de la mesure dont vous mesurez, on mesurera pour vous ».

5) Le pouvoir des esprits impurs ou démons :

Tiré du livre de Mgr Tournyol du Clos, édition l’Archistratège, imprimatur Andari, vicaire général patriarcal du Liban, « peut-on se libérer des esprits impurs », 6ème édition.

Les péchés mortels ouvrent les portes aux esprits impurs.

« Péché grave » ?  Il s’agit des oeuvres de la chair dont parle Saint Paul (Ga 5) : l’impudicité, l’impureté, le libertinage, l’idolâtrie, les maléfices, les inimitiés, les contentions, les jalousies, les emportements, les disputes, les dissensions, les sectes, l’envie, les meurtres, l’ivrognerie, les excès de table, et autres choses semblables ».

« Autrement dit, toutes les actions par lesquelles on désobéit gravement aux commandements de Dieu et de l’Eglise ».

Péchés plus graves » ? « Certainement, ceux qui atteignent Dieu dans son honneur comme le blasphème, la superstition, le spiritisme, la magie et la divination, et qu’Il a en abomination (Dt 18) (CEC n°2111-2116). Un seul d’entre eux (même par jeu, imprudence et ignorance) peut ouvrir et offrir une brèche fatale »

 

« Les péchés qui portent le plus grand nombre d’âmes en enfer sont les péchés de la chair », a dit la Vierge à Fatima faisant écho aux graves avertissements de son Fils ». Auteur Giovanni Siena Livre Padre Pio Voici l’heure des Anges page 229 Editeur Pierre Tequi

6) Vivons-nous régulièrement du Sacrement du Pardon ?

De son propre aveu, le confessionnal est le tombeau du diable ». Livre. Le combat avancé de l’Eglise, Ed. L’Archistratège, page 89.

En effet, si l’absolution sacramentelle efface le péché et rétablit la relation avec Dieu, elle ne remédie pas à tous les maux engendrés par le péché P.Paul-Marie MBA  Livre « Commencer et finir dans l’Esprit, page 124, référence 109, éditeur Ephèse Diffusion.

Imprimatur de Mgr Maurice K Kouassi.

 

7) Est-ce vital de recevoir une prière de libération ?

Combien de clercs avant leur ordination ont-ils eu une ou plusieurs prières de libération ? Aucune personne ne peut dire « je n’ai pas besoin d’une prière de libération », aucune ! Combien de clercs ont-ils eu une formation sur ce sujet ? Certain(s) recteur(s) de séminaire le propose (nt) à leurs séminaristes. Combien d’Evêques ont-ils eu une prière de libération avant leur ordination épiscopale ? Combien d’Evêques la pratiquent-ils ?

 

Clercs, libérez-vous les pénitents après leur avoir donné le sacrement de Réconciliation ? Quand le pénitent s’accuse du péché d’avortement, libérez-vous un esprit d’avortement (en lien avec le commandement » tu ne tueras pas »), un autre de mort et un esprit de rejet ? Proposez-vous à la mère de demander pardon à son enfant avorté ? Pour un péché d’avortement, celui (le mari ou le concubin ou autre) qui a poussé la mère à avorter, le médecin et l’infirmière qui ont commis cet acte médical sont aussi concernés par ce péché d’avortement et les esprits impurs qui y sont liés.

Clercs, libérez-vous tous les esprits impurs en lien avec les péchés ? Pénitents, si le prêtre ne sait pas les libérer, vous repartez avec vos esprits impurs.

Prenons un exemple : le pénitent a confessé un péché de masturbation, l’esprit de masturbation et l’esprit d’impureté seront toujours là après l’absolution et ils vont continuer à le faire tomber dans le péché. Et le pénitent risque de se décourager ou de ne plus supporter le discours moralisateur du prêtre en confession et ne plus venir se confesser. Le pénitent peut apprendre aussi à se libérer de ses esprits impurs si le prêtre ne l’a pas fait.

Mais cet esprit d’impureté peut être lié à une malédiction d’impureté générationnelle posée sur sa famille par un ascendant qui se livrait à la débauche, à l’adultère, au viol, à l’inceste, à la pornographie,…(cela se sait très souvent dans les familles, mais le Seigneur peut le donner au prêtre ou au fidèle laïc qui a le discernement direct des esprits 1 Co 12, 10) et/ou les esprits d’impureté peuvent être entrés dans un enfant in utero avant la naissance, suite au viol de la mère, ou autres péchés d’impureté, ou au désir d’avortement de l’enfant et quand ils le font, les esprits impurs sont protégés par un sceau qu’il faut briser. (Béatrice Soulary, session de formation à la délivrance). Et ces sceaux utéros, il y en a de très nombreux qu’il faut nommer précisément et ce n’est que l’Esprit Saint qui peut les dévoiler. L’enfant ou l’adulte concerné aura toujours une vie chaotique, s’ils ne sont pas libérés.

 

Un couple qui voudrait se marier qui a eu auparavant une vie désordonnée dans le concubinage, la pornographie… a besoin d’une prière de libération pour libérer les liens physiques, psychiques et spirituels, en demandant à Jésus de couper toutes les relations sexuelles passées. Si un homme a eu six relations sexuelles avec six femmes avant de se marier, il apporte six femmes à côté de lui dans le lit nuptial. Et les liens d’âme sont très puissants. Mac Nutt page 140 La délivrance pour aujourd’hui, éditions Bénédictines.

Idem pour un séminariste qui a vécu dans l’impureté avant son ordination.

Si le Bon Dieu nous demande dans ses commandements, Ex 20,14 à 17«tu n’auras pas de désir impur volontaire, tu ne commettras pas d’adultère, ce n’est pas pour nous brimer, c’est pour notre bien !

Dieu s’oppose aux orgueilleux, l’orgueil est un péché capital, c’est une porte ouverte au démon.

A vous, clercs, ne vous endormez pas chaque soir avec le fardeau de vos souffrances, demandez la prière de libération pour que Jésus, Notre Sauveur, vous libère. Rappelez-vous que le démon est venu voler, égorger, détruire. Jn 10,10. Et il sait bien le faire ! Et on lui laisse une autoroute pour commettre ses méfaits !

Comment peut-on savoir si l’on a besoin de libération ? La présence et la nature des mauvais esprits peuvent être connues soit par le discernement direct des esprits qui est un des charismes du Saint Esprit (1 Co, 12,10), soit par l’observation et la détection de certains symptômes ou maux que les esprits impurs font subir à une personne ou à sa famille. Page 20 Livre Peut-on se libérer des esprits impurs ? Mgr Tournyol du Clos, Editeur l’Archistratège 6ème édition

 

Un pédophile, un violeur, un homosexuel… sont aux prises avec le démon de l’impureté, Asmodée. Croyons-nous qu’Asmodée lâche ses proies si facilement ? Que peut donc faire le psychiatre en face d’Asmodée ?

 

8) Le péché non confessé engage notre vie éternelle

Ce que dit l’Eglise sur le Purgatoire et l’Enfer : le symbole de saint Athanase exprime la même certitude :

« Ceux qui auront fait le bien iront dans la vie éternelle ; ceux qui auront commis le mal iront au feu éternel » …Avons-nous envie de souffrir dans le feu éternel pendant des siècles et des siècles ? Notre vie sur terre n’est qu’un passage.

Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel… descendent aussitôt en enfer.

Ceux qui meurent sans péché mortel mais avec des péchés véniels et minimes, sont purifiés après la mort et peuvent être aidés par les suffrages de l’Eglise. Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu, mais imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une purification, afin d’obtenir la sainteté nécessaire pour entrer dans la joie du ciel. L’Eglise appelle Purgatoire cette purification finale des élus qui est tout à fait distincte du châtiment des damnés. » (CEC numéro 1030)

-Du P.Joël Guibert, le Purgatoire et l’Enfer fichiers en PDF sur Internet –

 

9) Connaissez-vous Notre Ennemi ?

De Saint Augustin : « Quoi de plus pervers, quoi de plus malfaisant que notre ennemi? Il a mis la guerre dans le ciel, la fraude dans le paradis terrestre, la haine entre les premiers frères; et dans toutes nos oeuvres il a semé la zizanie. Voyez : dans le manger il a placé la gourmandise; dans la génération, la luxure; dans le travail, la paresse; dans les richesses, l’avarice; dans les rapports sociaux, la jalousie; dans l’autorité, l’orgueil; dans le cœur, les mauvaises pensées; sur les lèvres, le mensonge, et dans nos membres des opérations coupables. Éveillés, il nous pousse au mal; endormis, il nous donne des songes honteux. Joyeux, il nous porte à la dissolution; tristes, au découragement et au désespoir. Pour tout dire d’un seul mot : tous les péchés du monde sont un effet de sa perversité  » Serm.comm., IV

Souvenons-nous, dit le Padre Pio, que Dieu est en nous lorsque nous vivons dans sa grâce, qu’il est hors de nous quand nous sommes dans le péché.

JE RENONCE à Satan, à ses séductions et à ses œuvres quelle qu’en soit l’origine: occultisme, spiritisme ou sorcellerie ou (…)  et, avec la Foi que Vous, ô Père, m’avez donnée, je proclame : que soit abattu tout ce qu’il a fait (ou fait) dans ma vie.

« Jésus, vous êtes mon Seigneur et mon Sauveur. Vous avez triomphé de lui : au désert, sur la Croix et dans le tombeau,  et Vous l’avez vaincu pour toujours  par votre glorieuse Résurrection, scellant ainsi sa fin et son destin. En Vous, moi aussi, je triomphe de lui par la puissance de votre saint Nom, devant lequel : « Tout genou fléchit au ciel, sur la terre et dans !es enfers. » (Ph 2.10) Mgr Tournyol du Clos, Peut-on se libérer des esprits impurs, page 48, 6ème édition

Je vous conseille de renoncer à Satan tous les jours, matin ou soir comme vous voulez. Récitez-vous la prière à Saint Michel Archange ? Et tous les soirs, vous pouvez chasser pour vous-même tous les esprits impurs qui ont pu vous attaquer dans la journée ou que vous avez récupérés dans une gare, une discothèque, une église…

10) Ne désespérez jamais de la miséricorde de Dieu.

Dieu aime tendrement chacun d’entre nous ! Le saint pontife Etienne leur dit un jour (dont saint Tarcissius) : « Vous ne devez pas seulement sauver votre âme, mais aussi celle des autres ; si vous avez un ami ou un parent païen, vous devez le convertir. Soyez des apôtres ! ».

Ecouter avec miséricorde,  n’est-ce pas écouter profondément, avec le cœur, les misères du prêtre, du  laïc qui souffre. Dans le frère ou la sœur souffrant en face de moi, je n’y vois plus que le Christ qui souffre et plus le pauvre est dégoûtant, plus il faut l’aimer (sainte Bernadette) et c’est dans la puissance de la prière que je peux puiser la force pour écouter cette vie douloureuse et je ne dois pas me dérober. Seigneur, donne-nous la compassion !

 

Toutes les victimes d’abus qu’elles soient jeunes ou adultes ont besoin de la prière de libération.

Qu’attend l’Eglise Catholique pour leur proposer ? Avons-nous oublié que Jésus sauve ?

Croyons-nous en Jésus Sauveur ?

 

11) Dernière question : pas de miséricorde pour les pédophiles,

    alors qu’on en a pour celles qui avortent ?

Sauf si Jésus donne le pouvoir de ressusciter un mort, l’enfant avorté est mort.

 

Jésus-Christ libère, relève, restaure, rebâtit, guérit l’homosexualité, le viol, l’inceste, la pédophilie, … les sceaux utéros de viol, d’avortement, de mort… jusqu’à la mémoire de l’acte de l’abus sexuel et reconstruit la personne qu’elle soit abusée ou abuseur dans toutes les instances de son être.

 

C’est le Seigneur qui donne sa Puissance pour libérer.

 

« Esprit Saint, Amour du Père et du Fils, inspirez-moi toujours ce que je dois penser, ce que je dois dire, comment je dois le dire ; ce que je dois taire, ce que je dois écrire, comment je dois agir, ce que je dois faire, pour procurer votre gloire, le bien des âmes et ma propre sanctification. O Jésus, toute ma confiance est en Vous ! » Cardinal Verdier

 

 

   Béatrice Malleron