5667155-large

Une belle histoire pour finir l’année : celle d’un bébé qui a survécu à la RU 486

Download PDF

 

Shannon Skinner et Anthony Hunt, symboles d’une
génération désorientée – mais ils ont fini par
choisir la vie.
C’est en Angleterre que se passe cettehistoire qui se termine bien, un peu douce-amère… Il y a trois mois et demi, Shannon Skinner, 19 ans, de Knowles près de Bristol, découvrait qu’elle était enceinte – pour la deuxième fois. Avec son petit copain, Anthony Hunt, elle élevait déjà leur premier enfant qui avait alors neuf mois. Trop tôt, trop vite : ce deuxième bébé arrivait à un mauvais moment, où le couple rencontrait des problèmes : fallait-il accueillir une nouvelle vie dans ces conditions tout sauf idéales ?
 
Shannon et Anthony discutent, se posent des questions, et finissent par opter pour un avortement médicamenteux. Les comprimés et le suivi seront fournis par une clinique spécialisée dans la suppression des toutes petites vies : Marie Stopes International. Et Shannon – c’est elle qui le raconte } pleure son bébé.
 
Mais voilà qu’elle continue de souffrir de nausées matinales, et qu’elle ressent des mouvements en son sein. Les médecins qu’elle consulte assurent que ce sont des effets secondaires de l’avortement médicamenteux. De toute façon, dans la foulée de l’« IVG », Marie Stopes l’a persuadée d’accepter un implant contraceptif, alors ?
 
Mais Shannon Skinner se pose toujours des questions, fait un test de grossesse à domicile, qui s’avère positif. Quelques semaines se sont déjà écoulées depuis qu’elle a pris ses comprimés de RU 486 ; son médecin lui explique que cela est « normal » après un avortement, et prescrit lui-même un test qui sera négatif.
 
Le 20 décembre, se sentant toujours mal, elle retourne chez le médecin. Cette fois, il confirme qu’elle est enceinte. Et suggère qu’il s’agit d’un raté de l’implant : ce serait donc la troisième grossesse de Shannon… Le lendemain, elle fait vérifier l’affaire et découvre que c’est en réalité l’avortement qui a raté : le bébé qu’elle porte, une petite fille, en est à vingt semaines !
 
Mais va-t-elle bien ? C’est l’angoisse de la jeune maman : quel peut être l’état de santé d’un bébé qui a subi un avortement médicamenteux capable de causer des anomalies, et les doses d’hormones contraceptives libérées par l’implant ? Une échographie pratiquée la veille de Noël montre que tout va pour le mieux, mais l’échographiste douche bientôt l’optimisme de sa patiente en annonçant sombrement en s’autorisant à lui dire que la petite pourrait bien développer des anomalies fonctionnelles plus tard.
 
Bref, le corps médical essaie de se prémunir, n’est-ce pas ? Plusieurs médecins vont se charger de dire à Shannon qu’elle a encore trois semaines pour « choisir », puisque l’avortement est légal en  Grande-Bretagne jusqu’à 24 semaines…
 
Mais avec son ami, Shannon ne se sent pas le cœur de faire cela au bébé, qui a déjà survécu à tant de périls. « Nous avons décidé de garder le bébé, car nous pensons que ce serait pas bien d’avorter à ce stade. C’est évidemment un petit battant, et nous ne voulons pas lui faire davantage de mal. »
 
La naissance de cette petite fille-miracle est prévue pour le 7 mai, elle est enfin la bienvenue.
 
En attendant ses parents se sont plaints à Marie Stopes International, qui s’est contenté de publier un communiqué expliquant que « très occasionnellement, la pilule abortive peut ne pas fonctionner ». L’organisation assure qu’elle en avertit les femmes afin qu’elles puissent faire vérifier si leur avortement médicamenteux s’est fait avec succès « afin qu’un nouveau “traitement” puisse être demandé si nécessaire ».
 
Mais l’acharnement meurtrier a lui aussi ses ratés !
 
• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour.S’abonner
 
 

© leblogdejeannesmits

 

 

5 comments

  1. mais personne ne les a donc éduqués, ces jeunes? ils ne savent pas que le petit Jésus dans la crèche donne un bébé quelques mois plus tard? je ne comprends pas qu’avec tous les contraceptifs qui existent, dont le plus fiable est l’abstinence, il y ait encore des enfants non désirés.

  2. DESROSIERS

    La V IE est toujours plus forte que le mort.Tous ceux qui prônent la culture de mort de notre époque s’en appercevront un jour .Christ est ressucité ne l’oublions jamais.

  3. Jean-Pierre Delmau

    All our best wishes, dear young friends !
    Through that decision and the love you show to your dear children, you give us a high example, and stay on the right way, even difficult. It is no value over children.
    All the best along that new year, for you and your family.

  4. Françoise Authosserre

    Une très belle victoire divine sur la « science » humaine culture de la mort. S’il vous plaît, donnez-nous des nouvelles après le 7 mai !
    Au fait, pourquoi les amis seraient-ils toujours petits ? Espérons que ce miracle de la vie fera grandir celui-ci.
    Une excellente nouvelle pour un 1er janvier, merci et bonne année à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *