François de François

Rencontre François I et François 0 : la saison est à la fraîcheur

Download PDF

Peut avant le départ du Président Hollande pour sa rencontre avec le pape François – une rencontre voulue par l’Élysée non sans arrière-pensée électorale –, il était clair, selon un proche conseiller du chef de l’État, qu’en matière d’avortement « les positions sont divergentes et n’ont pas vocation à se rapprocher » entre le gouvernement Hollande et l’Église catholique. La rencontre semble avoir été plutôt fraîche et les discussions “franches” – même si, pour adoucir le climat, on parle d’entretiens « cordiaux » – comme on dit en terme diplomatique pour signifier qu’on n’est d’accord sur rien ou sur très peu de choses… Voici le communiqué publié ce jour par la Salle de Presse du Saint-Siège.

Cité du Vatican, 24 janvier 2014 (VIS). Le Saint-Père a reçu ce matin M. François Hollande, Président de la République Française, qui s’est ensuite entretenu avec Mgr Pietro Parolin, Secrétaire d’État, et Mgr. Dominique Mamberti, secrétaire pour les Relations avec les États: « Au cours des entretiens cordiaux, la contribution de la religion au bien commun a été évoquée. Rappelant les bonnes relations qui existent entre la France et le Saint-Siège, a été réaffirmé l’engagement mutuel à maintenir un dialogue régulier entre l’État et l’Église catholique et à coopérer de manière constructive dans les questions d’intérêt commun. Dans le contexte de la défense et de la promotion de la dignité de la personne humaine, quelques arguments d’actualité ont été examinés, comme la famille, la bioéthique, le respect des communautés religieuses et la protection des lieux de culte. La conversation s’est poursuivie sur des thèmes à caractère international, comme la pauvreté et le développement, les migrations et l’environnement. Elle s’est étendue, en particulier, sur les conflits au Moyen Orient et dans quelques régions de l’Afrique, en souhaitant que dans les différents pays concernés la coexistence sociale pacifique puisse être rétablie à travers le dialogue et la participation de toutes les composantes de la société, dans le respect des droits de tous, spécialement des minorités ethniques et religieuses ».

9 comments

  1. Gritti

    Quel chrétien sera assez sot pour leur faire confiance, pour les jacobins la révolution n’est pas terminée :
    – Il faut achever de détruire la famille par le mariage pour tous, l’école au plus jeune âge.
    – Ensuite on autorisera les mariages avec les animaux, puis les relations avec les enfants.
    – Le « mademoiselle » a été supprimé, les Monsieur et Madame le seront aussi. On créera le neutre au nom de l’égalité.
    Le relativisme n’a prévu aucune limite !
    Il est juste parti voir si le pape peut lui être utile, quelques voix… à vous de voir.

  2. Struyven

    Même s’il reste et restera toujours, malheureusement, des points inconciliables, dialoguer n’est jamais une perte de temps. Surtout si cela est fait sous le regard de Dieu.
    L’Espérance est grande d’un monde plus éthique, plus harmonieux et conscient de sauvegarder nos valeurs acquises de longue date. Ne nous leurrons cependant pas, la lutte n’est certainement pas finie, mais nous sommes certains de marcher sur la bonne route. Gloire à Dieu

  3. Alain Vignes

    Tout à fait d’accord avec le précédent commentaire, il faut savoir que la franc maçonnerie spéculative a presque atteint son but : l’établissement du nouvel ordre mondial où les paradigmes des valeurs sont complètement inversés, d’où cette opposition à l’unique gardienne des valeurs: l’église catholique ! ils ne reculent devant rien en manipulant tel ou tel lobby et même l’islam leur sert. Nous devons vraiment nous mobiliser dans les associations catholiques comme les béatitudes , l’Opus Dei pour faire comme eux de l’entrisme dans toute les administrations, partis politiques, les organisations internationales pour lutter efficacement contre eux

  4. karr

    Le Pape François par bien des aspects de son comportement me déconcerte,toutefois son accueil très froid de Hollande hier au Vatican m’a fait grand plaisir.
    Le socialisme Français laissera un pays exangue, un chômage qui bat tous les reccords,la dénaturation du mariage,la haine de la vie,une situation économique catastrophique,une image de notre pays bien triste,une insécurité galopante ,un système de justice à plusieurs vitesses et,etc…

  5. guillemet

    Je ne comprends pas pourquoi le saint siège ne dit pas clairement que quand on est chrétien, on ne peut pas voter pour des francs-maçons, menteurs, dissimulés, acharnés à détruire les valeurs judéo-chrétiennes de nos sociétés.

  6. Micheline

    Comme Karr, j’ai beaucoup apprécié le courage du Pape en ce qu’il n’a pas craint d’exprimer par son attitude la condamnation qu’appellent le comportement et les décisions (quand on pense au vote de l’élargissement de l’avortement voté la veille!) de François Hollande, Président de la République française.

    D’une manière générale, il me semble, ceci étant, qu’il y a encore un progrès décisif à attendre de nos autorités ecclésiales, car celles-ci commettent cette aberration de ne pas dire tout simplement aux catholiques dont ils ont charge d’âme, qu’il y a faute très grave de leur part s’ils oeuvrent en faveur de lois contraire à la raison et à la foi comme c’est le cas pour les lois actuelles promues par le pouvoir contre la vie et contre la famille.

    Ce point est essentiel car de fait, les catholiques sont nombreux aujourd’hui dans notre pays à œuvrer pour ces lois immondes et parfois même se trouvent aux avant-postes de la manœuvre. Par exemple comme conseillers très proches et amis du Président de la République ou encore comme parlementaires à des postes-clés de rapporteurs ou de présidents de commission directement en charge des lois en cause.

    Nos évêques savent-ils que, sans le rôle actif de tous ces catholiques, ces lois ne passeraient pas? Le rôle de catholiques est décisif en faveur de ces lois monstrueuses.

    C’est une faute très grave de la part des évêques de ne pas éclairer les consciences de leurs propres ouailles

    C’est à se demander si certains évêques ne seraient pas eux-mêmes pris dans l’idéologie folle d’un égalitarisme qu’ils confondent avec l’idéal évangélique de la défense des pauvres. Quelle erreur de jugement, ou quel manque de courage…

  7. Michel

    A la lecture de cette information soulignant la tonalité plutôt fraîche de la rencontre du Pape avec François Hollande, on ne peut qu’être choqué par le mensonge du compte-rendu que s’est permis de faire François Soulage, Président du Secours catholique, qui a eu le culot de donner à penser que ce sont les convergences qui ont dominé, s’employant notamment dans ce but à exploiter l’ ambigüité lancée par Hollande autour du terme de « dignité humaine  » sur lequel Hollande et le Pape se seraient retrouvés.

    Sauf que la divergence est totale à propos de la vie et de la famille sur les moyens de la respecter! En particulier, la preuve par 9 de cette divergence profonde réside dans le fait que le communiqué du Vatican évoque le sujet de la famille et que le communiqué de Hollande et celui de Soulage écartent ce terme. Quand on pense que Soulage préside le « Secours catholique »! Hollande ne s’est pas trompé en le mettant à sa suite, il comptait sur lui pour un service après-vente mensonger. Voilà qui est chose faite.

    A noter que les évêques n’osent pas pratiquer eux-mêmes le même mensonge mais ils s’empressent de laisser faire Soulage pour leur compte… Ô douleur, quand cela va-t-il changer?

    Et pendant ce temps la machine folle progresse vers la PMA qui va permettre de faire advenir au monde des orphelins de père de naissance. Assurément François Soulage n’y trouvera rien à redire. Nos évêques, eux, y trouveront-ils à redire? S’ils ne le faisaient pas, le scandale serait tragique par ses conséquences.

  8. Henri

    Bravo pour le pape qui a su préserver l’essentiel, à savoir celui d’avoir fait passer le message à François Hollande que son attitude ne va pas du tout, alors même que pourtant il avait été fort mal informé de la situation en France par l’équipe Pontier qu’ il avait rencontré une semaine avant.

    Quand on pense que l’équipe Pontier a été lui raconter des sornettes sur les splendeurs de la laïcité à la française, en lui disant que tout se passait bien en France grâce au savoir-faire de nos évêques de France! Sa Sainteté n’aura pas été déçu du voyage, en voyant débarquer chez lui ce personnage tout juste sorti de son escapade en vespa, et sous l’impulsion duquel un gros coup d’accélérateur venait tout juste d’être donné’ à l’avortement, montrant ainsi d’autant plus sa muflerie que justement sa Sainteté avait souligné quelques jours auparavant la gravité de l’avortement.

    Difficile pour la fine équipe en cause de laisser paraitre plus crument que, vraiment, il y a un énorme problème du côté des autorités de l’Eglise qui est France.

    D’ailleurs, c’est tellement énorme que nos nobles entremetteurs entre Hollande et sa Sainteté se terrent depuis le retour de Rome de Hollande. Ils sont sans doute un peu penauds. Ou plutôt ils savent que le Président de la République est revenu furieux de sa visite au Vatican, car fort justement on lui a fait comprendre sa faute, que donc il ne veut plus entendre parler de cette histoire, et que nos courtisans patentés ont peur de lui déplaire en en parlant.
    D’autant que pour en parler sans déplaire à Hollande, il aurait fallu qu’ils fassent un compte-rendu mensonger sur ce qui s’est passé, et que ça ils n’ont quand même pas osé le faire. C’est pourquoi, pour le compte rendu mensonger, ils ont préféré faire appel à un exécuteur des basses œuvres, en la personne du sieur Soulage, Président du Secours Catholique, comme le souligne très bien le commentaire de Michel.
    Quelle douleur…Pendant cela, la machine folle des réformes sociétales poursuit sa progression implacable, avec une part très active prise dans ces folies par des catholiques occupant des postes clés au sein du pouvoir (Hollande est entouré de cathos,et au Parlement, on a des cathos patentés qui ont joué des rôles décisifs, par exemple comme Présidents de commissions justement en charge du dossier, en faveur de la loi Taubira). Leur évêque ou leur curé les ont-ils appelés pour leur dire la gravité de la faute commise par des catholiques soutenant des lois contraires à leur foi comme à leur raison?.
    .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *