blog_1391636022

Saine réaction du Vatican aux observations d’un “bidule” du “machin”…

Download PDF

Que les gnomes de l’ONU se le tiennent pour dit : l’Enseignement de l’Église n’est pas négociable ! Voici un communiqué de Vatican Information Service qui leur met les points sur les “i”…

Hier sur Radio Vatican, l’Observateur Permanent près les institutions de l’ONU à Genève a commenté les Observations conclusives de la 65 session du Comité des Nations Unies pour les droits de l’enfant, très critiques sur la question des abus sexuels sur mineurs de la part du clergé, et réclamant une révision de l’enseignement de l’Église en matière de contraception et avortement. Voici l’intervention de Mgr Silvano Tomasi :

« Attendons certes d’abord de lire et d’analyser ces conclusions et recommandations des membres du Comité. Mais la première impression est de surprise, face au jugement négatif d’un document qui semble avoir été préparé dès avant l’audition du Saint-Siège, qui avait fourni une réponse détaillée sur divers points non contenu par le document final, manifestement pas pris en considération… Il ne tient effectivement pas compte des réponses détaillées fournies sur divers points, puisqu’elles ne figurent pas dans le document, ou ne semblent pas avoir été sérieusement considérées. De fait il ne tient pas compte du travail réalisé ces dernières années par le Saint-Siège, des mesures prises par l’État de la Cité du Vatican comme dans de nombreux pays par les Conférences épiscopales. Il manque donc une mise à jour des efforts pris à divers niveaux en faveur de la protection de l’enfant. Des efforts qu’il me semble difficile de trouver aussi affirmés dans d’autres institutions ou pays. Les faits sont les faits et ils ne peuvent être manipulés. Il n’est par ailleurs pas possible de répondre immédiatement à des observations, parfois fort discourtoises, du document. Le Saint-Siège y répondra comme membre à part entière d’une Convention qu’il a ratifiée, dans le respect de la lettre et à l’exclusion de positions idéologiques extérieures à celle ci. Dans son préambule, la Convention cite la protection de la vie, de l’enfant né ou à naître, alors que les Recommandations entendent que le Saint-Siège modifie sa position vis à vis de l’avortement. Il est vrai qu’un enfant mort n’a plus de droits ! On est donc en présence d’une contradiction des objectifs de la Convention sur la protection de l’enfant, qui est de le protéger. Ce Comité a rendu un mauvais service aux Nations Unies en tentant d’introduire la requête faite au Saint-Siège de changer l’enseignement de l’Église. Il n’est pas négociable. Il est dommage que le Comité n’ait pas perçu dans sa globalité la nature du Saint-Siège, qui lui a pourtant clairement exprimé sa détermination à soutenir les objectifs de la Convention tout en définissant et protégeant avant tout les valeurs fondamentales qui assurent la véritable protection de l’enfant. L’introduction aux Observations salue pourtant la clarté des réponses reçues de la part du Saint-Siège, qui n’a pas tenté d’éviter certaines questions. Sur la base de sa disponibilité, là où n’existait pas d’information directe immédiatement disponible on a pensé fournir des explications ultérieures, comme le font en l’occasion tous les gouvernements. Le débat semblait donc constructif et devoir le rester. C’est pourquoi l’impression retirée par la délégation du Saint-Siège lors des entretiens mais aussi de la lecture des recommandations conclusives, permet d’avancer que ce document était préfabriqué. Il ne paraît donc pas refléter la clarté des échanges et présente[…] des adjonctions imprudentes. Face à l’évidence, et parce qu’il n’a rien à cacher, le Saint-Siège continuera son action d’explication de ses positions, en répondant aux interrogations qui demeurent. Car l’objectif fondamental qu’on entend poursuivre et atteindre est la protection de l’enfant. Il y aurait 40 millions d’abus sexuels sur mineurs de par le monde, et ceux commis par le clergé catholique constituent somme toute une très faible proportion. L’Église a répondu et réagi. Elle continue de le faire, en insistant sur la transparence et l’intolérance, car un seul abus sur enfant constitue un cas de trop ! ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *