Jean-Pierre Snyers écrit au pape…

Download PDF

Né en 1956, ancien professeur de religion, directeur de la revue Marie et Reine, auteur de plus de vingt ouvrages et lauréat de nombreux prix littéraires dans son pays, l’écrivain belge Jean-Pierre Snyers à pris sa plume pour écrire hier sur son blogue au pape François. Le destinataire ne manquera pas de considérer l’expéditeur comme un « rigide » : bienvenue au club ! N’empêche que notre écrivain dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas…

Tribune libre

524e9bcd3570458368bf1754Bonjour pape François, avec tout le respect que j’ai pour vous, mais pas pour bon nombre de vos idées, je vous écris pour vous dire que je ne suis pas loin de quitter votre Église. Je n’aurais jamais cru qu’un pape puisse me conduire à envisager une telle rupture, mais vous avez réussi cette prouesse. Depuis votre élection, que vous devez en grande partie à l’obscur groupe Saint-Gall, je vous ai observé. Longtemps, je vous ai laissé le bénéfice du doute. Mais aujourd’hui, Saint Père, je ne peux plus reconnaître en vous Celui que vous représentez. En comparant vos discours avec ce qui est rapporté dans l’Écriture par les apôtres, je ne peux que constater que ce n’est plus l’Évangile décrit par celle-ci que vous nous présentez. Un exemple : vous parlez DES vraies religions, dont les fondements (doctrines) reposent selon vous sur la capacité de l’homme à se transcender vers l’absolu. En disant cela, vous laissez clairement entendre que la vérité est plurielle. Eh bien, il m’est de  impossible de souscrire à une telle affirmation sans renier purement et simplement que le Christ est, comme Il le dit, LA vérité et le seul chemin qui conduit au Père et à la vie éternelle.

Croyez-vous, comme saint Paul que le cœur de l’Évangile est le fait que Jésus est mort et ressuscité pour nous sauver du péché et de la damnation éternelle et que, par conséquent, notre salut est en Lui seul ? Croyez-vous comme lui que celui qui annoncerait autre chose est anathème (Épître aux Galates, 1, 7-9) ? Êtes-vous fidèle à l’appel de notre Rédempteur qui nous exhorte, non pas à dialoguer en vue d’établir une religion mondiale, mais d’essayer de convertir ceux qui ne Le connaissent pas ou qui Le refusent ? À entendre vos propos syncrétistes et relativistes et à voir vos agissements, pour moi, la réponse est non.

Quand vous dites à un athée (le journaliste Scalfari) que vous ne VOULEZ PAS essayer de le convertir, je ne puis reconnaître le langage d’un saint Pierre. Et quand vous ajoutez que le prosélytisme (qui n’est jamais que le zèle déployé par un nouveau converti en vue que les autres puissent découvrir le trésor qu’il a découvert), est une idiotie, je me dis que vous condamnez les apôtres et les premiers chrétiens qui ont payé de leur sang leur fidélité à Jésus-Christ. Non, ce n’est pas en affirmant que « Dieu n’est pas catholique, qu’un tel Dieu n’existe pas » que vous allez regonfler le moral de vos troupes et que vous inciterez les autres à se convertir. Car si, comme vous le pensez, Dieu n’est pas catholique, quelles raisons aurions-nous de l’être nous-mêmes ? Vous pensez réellement que notre Rédempteur (ou les apôtres) aurait dit : « Dieu n’est pas chrétien » ? Que générez-vous en tenant de tels propos sinon le doute et la confusion ? Qui amènerez-vous à la foi chrétienne à travers ce genre d’affirmation ? J’estime que vos sous-entendus sont désastreux à l’égard du peuple des croyants et des périphéries auxquels d’ailleurs vous n’annoncez jamais la Prédication apostolique.

Pape François : un jour, dans cet au-delà dont vous ne nous parlez pratiquement jamais, vous devrez répondre à Celui qui va vous demander : « Qu’as-tu fait avec ce que tu as reçu ? As-tu fidèlement veillé à l’intégrité de la foi ? As-tu prêché la conversion en vue du salut éternel des âmes ou t’es-tu seulement consacré au salut temporel des corps ? » Vous me direz : « Dieu est miséricorde, Il ne juge pas ». Si, Il juge ! Toute la Bible le clame et le Credo l’affirme aussi! Ne vous en déplaise, pour Jésus et pour ses disciples, il n’y a pas “des” vraies religions, il n’y en a qu’une seule et celles qui ne sont pas chrétiennes ils les appellent des idoles ! Dès lors, votre religion irénique n’ayant pas sa place dans la Bible, il serait peut-être temps que vous révisiez votre idéologie en fonction de ce qu’elle dit et que vous arrêtiez de la lire avec les lunettes de cet autre évangile que vous essayer d’imposer.

Oui, que vous essayer d’imposer ! Car, au vu de la manière brutale avec laquelle vous avez d’un seul coup limogé les 27 collaborateurs du cardinal Sarah pour les remplacer par vos perroquets, au vu des nominations à la pourpre cardinalice d’archevêques proches de la « mafia » Saint-Gall (le terme mafia est utilisé avec vantardise par le cardinal Danneels qui en faisait partie), vous signifiez au monde entier, votre volonté de rompre avec cette Tradition chère à vos deux prédécesseurs et à des évêques courageux comme le sont par exemple, le cardinal Sarah ou Monseigneur Léonard.

Saint père : qui êtes-vous vraiment ? Sur quel rivage conduisez-vous la barque de Pierre ? Vous me faites peur. Je commence franchement à penser que vous êtes au service d’autre chose que de la foi catholique. Et ce n’est pas le fait que vous vous agenouillez devant les migrants mais pas devant votre Seigneur présent dans l’hostie consacrée, qui va me rassurer. Ce n’est pas non plus votre présence en Suède pour fêter les 500 ans du schisme de Luther et votre absence à la procession de la Fête-Dieu et à celle du Congrès eucharistique qui a rassemblé tous les évêques d’Italie, qui contribuera à me faire croire que vous êtes dans la bonne voie.

En écrivant cette lettre, je me sens dans une peau bien étrange: celle d’un simple laïc qui est obligé de supplier le successeur de saint Pierre, les évêques et les prêtres, d’être fidèles à la foi apostolique et catholique. Dès lors, je rêve du jour où, plutôt que de vous apitoyer sur le réchauffement climatique, vous aurez enfin à cœur de vous intéresser au refroidissement de la foi ; je rêve du jour où les médias et le monde ne vous applaudiront plus, parce que vous aurez consenti à revenir à ce à quoi le Christ vous appelle : l’annonce de cette Vérité qui est le seul chemin vers le ciel et vers Dieu, notre Père. Ce jour viendra t-il ? Je ne sais, et pour ne rien vous cacher, j’en doute très fort. Puisse néanmoins Notre Seigneur et Notre-Dame faire en sorte qu’il en soit ainsi.

58 comments

  1. Très Sainte Vierge Marie, venez au secours de cet équipier du Saint Père, prêt à se jeter hors de la barque de Pierre, comme tous les équipiers des skippers du Vendée Globe, 4 mn au plus tard avant le départ …

    Divine surprise ! MAGNIFICAT ! Viens Seigneur ! [ MAJ 12/11]

    http://cril17.info/

  2. P. Oscar

    Cet intéressant papier serait bien plus percutant si vous donniez les références de ce que vous avancez. À l’heure d’internet, rien de plus facile !

  3. Anne-Marie

    Je ne suis malheureusement pas douée pour écrire mais je pense comme vous et je souffre beaucoup, nos églises vides, nos prêtres qui n’en sont plus depuis vatican II et cet acharnement sur les Catholiques qu’ils nomment traditionnalistes et comme ils se moquent des prêtres en soutane ! La religion catholique disparait et mes enfants élevés à la façon vatican II, ne prient pas, ne vont jamais à la messe Paul IV car Dieu y est absent et ils ne croient plus en rien. Je prie le chapelet tout le temps chez moi, c’est ma seule consolation, si je veux aller à la messe catholique (traditionnelle) j’ai une heure de route. Avec le Pape Benoît XVI il y avait un espoir mais plus maintenant.

    @ Yves Raoux – Je ne pense pas que ce soit quitter l’Eglise, c’est le Pape qui nous jette en dehors et depuis vatican II aussi. Celui ci se prend pour une vedette, c’est un pasteur qui abandonne ses brebies, je suis triste mais je crois que c’est le pire de tous avec Paul VI.

  4. Jean-Baptiste

    Oui, ce pape est une catastrophe. En témoigne notamment, outre tout ce que rapporte cette excellente tribune libre, le texte d’Amoris laetitia qui accumule, particulièrement sans son chapitre huitième, les incohérences en même temps que les prises de distance par rapport à l’Evangile.

    C’est la cata complète, en même temps, je suis d’accord avec Yves Raoux, il ne faut évidemment pas quitter l’Eglise. Le pape se trompe gravement, mais ça ne met pas en cause notre foi puisque sur toutes ces sornettes, ces absurdités qu’il égrène, il n’a pas, fort heureusement, mis en jeu son infaillibilité. Ne nous étonnons pas trop d’ailleurs qu’un pape puisse se tromper: Saint Paul, dans la lettre aux Galates, nous en avait prévenu: « Mais quand Pierre est venu à Antioche, je me suis opposé à lui ouvertement, parce qu’il était dans son tort » (Gal 2,11). Saint Paul nous a ainsi alerté utilement sur l’écueil de l’idolâtrie de la personne du pape, qui est une erreur. Bien sûr que le pape peut se tromper, même si c’est rare et que la cata du pape actuel est en effet très exceptionnelle.

    Pour se sortir du guêpier dans lequel nous met le pape actuel, tout est là, à savoir que les esprits droits et généreux ne doivent pas craindre de clamer haut et fort qu’il se trompe. C’est non seulement un droit , mais c’est un devoir. Ce droit et ce devoir; il faut que tous les bons catholiques, ceux qui sont respectueux de la parole du Seigneur, en aient une conscience claire, afin qu’ils ne craignent pas d’élever la voix à chaque fois que la parole du Seigneur est bafouée.

    Sinon, c’est la machine à perdre, car quand nous avons de bons papes, comme Jean-Paul II ou Benoit XVI, respectueux de la parole du Seigneur, tous les progressistes, clercs et laïcs, lui battent froid. Quand on a un mauvais pape comme c’est le cas aujourd’hui, les progressistes empochent avec délectation les erreurs, comme par exemple l’imposture d’Amoris laetitia, cependant que trop souvent, ceux, clercs et laïcs, qui sont respectueux de l’Evangile, croient à tort qu’ils doivent aussi obéir au pape, y compris lorsqu’il se trompe, ce qui contredit leur respect de la parole du Seigneur. Avec cela, l’Eglise court à sa perte, car les bons papes rencontrent de la résistance, et les mauvais foncent vers l’erreur sans rencontrer de résistance. C’et malheureusement ce qu’on a observé jusqu’ici avec ce nouveau pape. Il faut que les clercs et les laïcs droits et généreux se lèvent pour dénoncer les affronts faits à la parole du Seigneur, mais en restant bien dans l’Eglise. Ne tardons plus maintenant, car le rouleau compresseur, illustré par l’éviction brutale des 27 collaborateurs du Cardinal Sarah, est lancé à vive allure. Levons-nous tous vite. C’est un devoir.

  5. Ar-Men

    Des papes, il y en a eu de toutes sortes depuis 2000 ans. Des saints, des bizarres des « de père en fils », sept fois plusieurs ensemble et Miracle de l’Esprit, l’Eglise notre père est toujours debout. J’admire nos ancêtres catholiques des temps rudes d’avoir gardé la foi humblement : Jésus, la résurrection, le ciel et la sainte Vierge. Et puis le baptême, l’eucharistie quand il y avait un prêtre, la confirmation s’il y avait un évêque…
    Si l’on manquait de tout on restait chrétien avec le seul baptême.
    Le pape était loin, un peu comme une icône révérée mais on en savait plus sur le bon Saint Pierre…

    Faites comme eux cher ami ! Moi aussi je me sens mal avec ce François qui n’est pas d’Assise. Il passera et nous en aurons un autre ensuite et ensuite…

  6. Nicolas

    L’Eglise est aujourd’hui malade. Que nous enseigne le Christ au sujet des malades ? De les quitter ou de les aimer ? Donc aimons l’Eglise malgré ses maladies !

    Le temps que nous vivons est incroyable : c’est les catholiques qui pratiquent et qui continuent de croire à la vérité catholique unique et immuable qui se sentent exclus de l’Eglise !

    « L’action du diable s’infiltrera même dans l Église, de sorte qu’on verra des cardinaux s’opposer à des cardinaux, des évêques contre d’autres évêques. Les prêtres qui me vénèrent seront méprisés et combattus par leurs confrères, les églises, les autels saccagés, l Église sera pleine de ceux qui acceptent les compromis et le démon poussera beaucoup de prêtres et de consacrés à quitter le service du Seigneur. »

    Notre Dame d’Akita 1972

    • Carolus Magnus

      Cher Nicolas,
      c’est bien dommage que les écrits parfaitement documentés d’Antonio SOCCI ne soient pas d’ores et déjà traduits de l’italien.
      Ceci pour dire deux choses. primo, selon l’excellente phrase de SOCCI après une analyse canoniique qui, à ce jour, n’a nullement été réfutée par la Curie Vaticane il dit cecio : « Mais si Benoît est Pape, alors Bergoglio n’est pas François! ».
      Tout est dit. De manière très concise en cette courte phrase.
      Cet évêque de Rome N’EST PAS PAPE !
      Il est porté par un clan de cardinaux « kaspériens » davantage méthodistes et luthériens que catholiques.
      Bref; nous sommes face à une apostasie gigantesque et à un schisme.
      Ceci nous amène au deuxième point.
      La tentative de destruction du Vatican et du Siège de Pierre par Satan.
      Nous y sommes. En plein dedans.
      Nous devons par conséquent rester unis, proche de nos prières pour le seul Pape digne de ce nom: Benoît. Il est seul face à la tourmente et il faut l’aider.
      L’Évangile de ce dimanche 13 novembre 2016 nous précise bien des choses !
      Oui, c’est la fin des temps et cela n’a pas pour source un mysticisme dévoyé mais les propres paroles de la Sainte Vierge en ses très nombreuses apparitions.
      Laissez les autres croire que ce n’est pas le cas. Que tout ceci ne sont que des fadaises…
      Comme les tremblements de terre qui on secoué l’Italie 2 mois durant et fait effondrer la basilique, et elle seule, de Norcia bâtie sur…les fondations de la maison qui a vu naître Saint Benoît !
      Les montagnes brisées en deux en Italie ? De « la pure tectonique des plaques » diront les mécréants.
      Le cyclone qui a dévasté Rome il y a 5 jours ? Un « phénomène météo isolé » diront ces mêmes mécréants.
      Quoi d’autre pour convaincre les athées, les hérétiques devant lesquels Bergoglio s’incline et les apostats, que Dieu est très en colère et que le combat final entre lui et Satan est à nos portes ?
      La prière du Rosaire est la seule solution ainsi que rester fidèles à la parole de l’Évangile donc au Christ lui-même.
      Courage !

  7. Paul

    Détrompez-vous monsieur, le pape n’est pas l’Eglise à lui tout seul, et sa politique-pastorale n’engage que lui individuellement, car il ne peut toucher à la foi de toute l’Eglise.
    Dieu seul jugera si c’est un mauvais pape, par Jésus, il nous a été défendu de juger les personnes, alors ne les jugeons point.
    Continuez à juger et dénoncer les faits si vous y tenez, exprimez-vous, mais cela passera.
    De même , méfiez-vous de l’ultra-cléricalisme des traditionalistes qui confondent Eglise et clergé, comme si notre foi professait le clergé un, saint, catholique et apostolique…ben non le clergé n’est pas l’Eglise non plus.
    Puis le Bon Pasteur, c’est Christ-Jésus Lui-même, il n’y en a jamais eu d’autres, c’est là où vous a entrainé votre cléricalisme confusionnel: le cléricalisme est un péché!
    Votre chantage au saint-Père est stupide car en quittant l’Eglise , vers qui et quoi allez-vous aller? Ben voilà….
    On est pas chrétien tout seul , c’est impossible! Et « heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde! »
    Donc, de Grâce ,ne quittez point l’Eglise votre sainte Mère et vivez en fils de Dieu, faites sa volonté souveraine, et tout se passera bien.
    Ne vous laissez pas abuser par le diable qui se déchaine effectivement contre l’Eglise et les cathos, car il sait que son temps est compté, et que la fin de sa gloriole est approche vite.
    Haut les coeurs! Que Notre-Seigneur Jésus-Christ et Notre-Dame vous garde, invoquez Marie et tout ira bien! Allez, courage monsieur, et au plaisir de vous lire sur ce blogue!

  8. betsynette

    Je vois que je ne suis pas la seule à me poser des questions, mais si j’ai la foi, et je prie pour la garder, j’ai de plus en plus de mal à avoir assez de respect pour ce pape, car je ne suis pas un mouton, et je ne peux écouter tant de mensonges .

  9. Monsieur Snyers devrait considérer que, même si les propos du pape sont souvent difficiles à décrypter, il nous prévenus, il n’en demeure pas moins que la soumission au pape est un des critères de la foi.

    Dans le cadre de la jésuite du pape, il faut bien chercher le véritable sens des propos du pape.

    Quant à lui reprocher sa condamnation du prosélytisme, c’est lui reprocher un bien. Car le prosélytisme est, dans le moins pire des cas, casse-pieds et casse la société. Alors que le Christ agit par attraction.

    Voilà de « prosélytisme » de Jésus:

    « Jn 6,68. Jésus dit donc aux douze: Et vous, est-ce que vous voulez aussi vous en aller? »

    Traduction Fillon, évangile selon saint Jean.

    Alors que bon nombre de ses disciples s’éloignent de lui sans que Jésus s’en émeuve du moins ouvertement, Jésus s’adresse à ceux qui sont restés et, loin de les retenir par la manche, Jésus leur dit qu’ils peuvent partir. C’est alors que saint Pierre fait sa profession de foi… (Jn 60,69)

    Être chrétien est un privilège auquel tout le monde peut renoncer facilement. C’est Jésus qui semble l’enseigner dans cet épisode selon ce que je comprends.

    Je trouve que notre pape dans sa rhétorique « roublarde » (« furbo ») de jésuite dit des choses qui n’auraient pas pu être dites clairement sans provoquer un tollé. Par exemple lorsqu’il dit que toute religion doit être ouverte à la transcendance et qu’une religion qui n’est pas ouverte à la transcendance n’est pas une religion. C’est une affirmation qui n’a l’air de rien mais qui a une grande portée pratique et bénéfique pour notre époque.

    Laissons donc décanter les éléments qui troublent notre appréhension des propos du Saint-Père. Faisons confiance et nous y verrons plus clair dans quelque temps.

    Naturellement en matière de théologie je soumets entièrement mon jugement à celui du pape et des évêques en communion avec lui.

  10. Vonjy

    Un blog de pseudo catholique. Un vrai catholique n’envisagera… jamais de quitter l’Eglise parce qu’il n’est pas d’accord avec son Pape, Curé…
    Saint-Esprit, éclairez-nous.

  11. Jamais je n’ai envisagé de quitter l’Eglise avant l’élection du Pape François.Mais je dois avouer que cela m’arrive assez souvent en écoutant ses propos et ses prises de positions qui sont souvent en contradictions avec ceux tenus par Saint Jean-Paul II et le bon pape Benoit XVI pour ne citer que les prédécesseurs les plus récents.
    Nous vivons une période troublée et le pape François en rajoute une couche.N’oublions pas que c’est un Jésuite et qu’il agit comme tel. Nous devons prier pour notre conversion et celle de l’Eglise .
    Je précise que je ne suis pas traditionaliste même si j’ai beaucoup de respect et d’affinités pour ce courant dans l’Eglise. Quitter l’Eglise Catholique ne signifie pas, ne plus être chrétien; c’est.par exemple devenir Orthodoxe .

    • Marie-Hélène Battail

      « … Ce credo est fort simple: croire qu’il n’y a rien de plus beau, de plus profond, de plus sympathique, de plus raisonnable, de plus viril et de plus parfait que le Christ, et que non seulement il n’est rien de tel, mais je me dis avec un amour plein de zèle qu’il ne saurait rien y avoir de tel. Bien plus, si quelqu’un me prouvait que le Christ est hors de la vérité, et que la vérité fût « réellement » (souligné par F.D.) hors du Christ, je voudrais plutôt rester avec le Christ qu’avec la vérité » (Lettre à Natalia Dmitrievna Fonvizina, janvier-février 1854, Omsk, Fiodor Dostoïevski).
      Je m’efforce d’être instruite en orthodoxie. Au risque de me perdre?
      Hélène

  12. Cher Jean-Pierre, j’ai lu ton article. Et je l’ai apprécié : certaines erreurs pastorales du pape François sont manifestes et ont tendance à décourager les forces vives.

    Une chose cependant m’invite à t’écrire. Selon moi, n’aies aucun doute sur l’Eglise et sur sa solidité fondée sur le Christ. Le Magistère est intact et je dirais même que le pape François a fait un apport au Magistère Doctrinal : il a développé la théologie pastorale, c’est à dire, tout en gardant pleinement la vérité, la nécessité de l’apporter aux personnes selon un devenir.

    Et c’est ici que toute la difficulté est. Jésus a été confronté aux même doutes de la part de ses contemporains : S’il dit à la femme adultère : « Je ne te condamne pas », puis que les « médias » de l’époque font comme pour le pape François et ne rapportent que cette parole, omettent de rappeler l’autre phrase qu’il a dite : « Va ne pèche plus », alors voilà ce qu’il en ressort : « Luc 7, 34 Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs! »
    Bref, je te mets en dessous l’introduction à la théologie pastorale que j’ai développé sur Internet dans un cours complet. Tu verras comme elle te réconciliera pleinement avec Pierre et avec la promesse de Jésus

    COURS DE PASTORALE (Faire progresser vers Dieu et vers l’amour du prochain)
    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_1Z8m6ovDDyG0-y746RS0jL
    A partir du Synode sur la famille de 2014, élaboration d’un cours de Pastorale par Arnaud Dumouch, 2014.
    Introduction ─ Statut et esprit de la théologie pastorale dans l’Eglise

    Pastorale 1 ─ Occasion de ce cours et nécessité de se former en Pastorale (33 mn).
    http://youtu.be/vb8DA1o9sSc
    Qu’est-ce que la pastorale ? La science pratique et prudentielle du progrès de la vie morale de l’homme. Le pasteur chrétien mène les brebis vers le salut. Il ne peut se passer de cette formation, même si c’est le terrain qui lui apprendra. Il est, à l’égard du commandement de l’amour du prochain, l’équivalent de la théologie mystique pour le rapport à l’amour de Dieu (voir le « Château intérieur » de Sainte Thérèse d’Avila).
    Nécessité de ce cours, dramatiquement négligé. Intention du pape François dans l’ouverture du synode sur la famille. Trois tentations selon lui (18 oct 2014, Radio Vatican): « Première tentation : La tentation du raidissement hostile, c’est-à-dire de vouloir s’enfermer dans la lettre (…), à l’intérieur de la loi (ceux qu’on appelle aujourd’hui des « traditionnalistes » ou aussi des « intellectualistes »). Deuxième tentation : « La tentation d’un angélisme destructeur, qui au nom d’une miséricorde traîtresse met un pansement sur les blessures sans soigner les causes. C’est la tentation des progressistes et des libéraux. Troisième tentation : « La tentation de négliger le dépôt de la foi en se considérant non comme les gardiens mais les propriétaires et les maîtres ou, de l’autre part, la tentation de négliger la réalité en utilisant une langue minutieuse et un langage pour dire tant de choses et ne rien dire. Nous appelons « byzantinisme » je crois, ces choses. »
    Parce que la pastorale est une science pratique (donc prudentielle et faillible, sujette aux débats) éclairée par les principes universels de la théologie morale, elle traite de cas concrets. La place importante de la casuistique et le rôle essentiel de la théologie morale.

  13. Jean-Baptiste

    Jean-Baptiste à Paul

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le côté cool et tranquille que vous prônez.

    Certes, il faut être cool dans le sens où il faut conserver sereinement sa foi et demeurer dans l’Eglise, sans état d’âme de ce point de vue, en sachant qu’un pape peut évidemment se tromper (cf mon billet ci-dessus), et très gravement comme c’est le cas du pape actuel, qu’il suffit de ne pas le suivre là où il se trompe, et continuer au contraire de suivre le Christ.

    Mais en même temps, on ne peut être cool jusqu’au bout, car il faut dénoncer haut et fort l’erreur du pape, pour éviter qu’il n’entraine dans son erreur la plupart des brebis. Car il est puissant, c’est un rouleau compresseur pour pousser ses aberrations. Il décapite l’institut Jean-Paul II et y met des hommes à lui pour lui faire dire que son imposture d’ Amoris laetetia est dans la ligne de Jean-Paul II. Il vient de renvoyer les 27 collaborateurs du Cardinal Sarah, Préfet pour la Congrégation pour la doctrine de la foi, et il va faire pression sur le Cardinal Sarah lui-même, pris en sandwich entre le pape au-dessus et les collaborateurs en-dessous, pour qu’il plie devant sa volonté jusqu’à avaliser des changements dans le Catéchisme qui auront l’air tout petits mais qui seront tragiques.

    Nos évêques, en tout cas en France, y compris ceux que l’on croyait encore honnêtes, plient tous devant la volonté du pape en chantant les louanges d’Amoris laetitia. Et quand on leur explique, respectueusement mais clairement, preuves à l’appui, en quoi Amoris laetitia se trompe , leur charisme pastoral se traduit par des insultes qu’ils vous lancent. Dans plusieurs diocèses, dont celui de Rouen, le dispositif de distribution de la communion à des personnes qui vivent dans l’adultère et prévoient d’y demeurer est en place et a commencé de fonctionner.

    Oui, le rouleau compresseur progresse à plein régime, et l’Eglise entre progressivement dans la nuit. Alors certes, elle s’en remettra, car les forces du mal ne peuvent prévaloir définitivement contre elle. Mais quand?
    D’ici là, que de temps perdu et que de malheurs accumulés! Non, c’est clair, nous n’avons pas le droit de laisser progresser cette machine folle et destructrice sans dire mot.

    C’est d’ailleurs parfaitement prévu par le droit canonique: « Selon le savoir, les compétences, et le prestige dont ils jouissent, ils (=les fidèles) ont le droit et même le devoir de donner aux Pasteurs sacrés leur opinion sur ce qui touche le bien de l’Eglise et de le faire connaitre aux autres fidèles, restant dans l’intégrité de la foi et des mœurs et la révérence aux pasteurs et en tenant compte de l’utilité commune et de la dignité des personnes » (Code du droit canonique, 212, 3).

    Tous les esprits droits et généreux ne manqueront pas, en ce moment très grave de l’histoire de l’Eglise que nous vivons, de faire plein usage de ce droit, nous tous les fidèles, et y compris les prêtres et les évêques, car ces derniers sont poussés au mal par le pape qui veut leur faire donner la communion aux personnes qui vivent en adultère. Combien de prêtres martyrs ont refusé de piétiner un crucifix et l’ont payé de leur vie?

  14. Bonjour,
    Je partage pas mal de vos idées, mais ce n’est pas pour autant que j’envisage de quitter l’Église catholique, Bien au contraire, je me bats de l’intérieur, et à moins que l’on m’excommunie, je ne la quitterai pas.
    C’est pourquoi, fraternellement, je vous en supplie ne quittez pas la barque de Saint-Pierre.
    N’oubliez pas les Paroles même de Notre Seigneur JESUS-CHRIST: « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirais mon Église et les forces du mal ne pourront rien contre elle. »
    Que DIEU qui est Père, Fils et SAINT-ESPRIT, vous bénisse et vous garde dans sa Paix et Sa Joie !
    Merci!
    JFL

  15. Henri

    Dieu n’est pas catholique? Ah bon.
    Si , Dieu est catholique, mais à nous catholiques , il ne nous appartient pas et peut -être que Dieu est plus près du cœur de protestants,, d’agnostiques et d’athées et bien sûr de juifs que de nous. . L’Esprit souffle où il veut; Encore une fois la formulation du pape est catastrophique, on ne va pas à la rencontre des autres en reniant le cœur de notre foi, mais en renouvelant notre foi par le regard de ceux qui ne la partage pas encore s , mais dont l’exigence fraternelle comble ce qui nous sépare.

  16. Pauvre pécheur que je suis

    C’est difficile de donner une juste opinion devant des critiques aussi acerbes les unes que les autres.

    La lecture du mot à mot de la Bible peut nous rendre borgnes lorsque les critiques sont en dehors du lieu et du temps. Notre petit instrument de la langue peut devenir nuisible. Entre autres, il paraît que le soleil tourne autour de la Terre dans la Bible et le Coran… C’est ce que proclament, encore aujourd’hui, malheureusement certains représentants religieux de l’Islam. Nous-mêmes, n’avons-nous pas été cruels avec ceux qui affirmaient le contraire ?

    Oui, pour une critique juste et raisonnable pour s’aider mutuellement à maintenir une foi pour faire grandir l’Église du Christ et non pour l’affaiblir.

    Nous-mêmes, n’avons-nous pas une certaine part de responsabilité dans nos attitudes lorsque des gens quittent l’Église?

  17. Hervé Soulié

    Remarquable intervention de Jean-Pierre Snyers.
    Le pape Bergoglio est une épreuve.
    Une épreuve pour les chrétiens attachés à l’Eglise catholique, ces brebis que le pasteur de troupeau méprise.
    Une épreuve pour l’Eglise, une épreuve pour la Foi.
    Elle doit entrer dans le plan du Saint-Esprit, aussi déroutante et pénible soit-elle.
    Il faut résister, ne rien laisser passer, dans les milieux que nous fréquentons, dans les paroisses, surtout ne pas nous taire.
    Mais le faire modérément, factuellement, en soulignant tout ce qui va à l’encontre de l’Ecriture et du Magistère antérieur, qui est la seule manière convaincante.
    Et puis prier… Prier pour la conversion du pape à la vraie foi, prier aussi, ce n’est pas incompatible, pour que l’épreuve ne dure pas trop longtemps.

  18. En réponse à certains commentaires, je tiens à préciser que ce n’est pas demain la veille que je vais quitter la foi catholique. Je continue bien évidemment à croire en son Credo, en ses dogmes et en ses sacrements. Par contre, je me tiens à distance d’un pape-pilote qui nous conduit sur une très mauvaise voie. Dans ce conditions, il n’est pas question une seconde que je défende son idéologie, ses orientations et ses agissements quand ils vont à l’encontre d’un saint Paul et de la grande Tradition de l’Eglise. Par exemple: le fait qu’il ne veut pas essayer de convertir (par exemple l’athée Scalfari), est en contradiction flagrante avec ces mots que le grand apôtre écrit à Timothée: « Je t’adjure en présence de Dieu et du Christ qui viendra juger les vivants et les morts…proclame la Parole à temps et à contre-temps, reprends, menace, exhorte, toujours avec patience (en effet, il en faut face à ceux qui ne veulent pas entendre) et souci d’enseigner. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine… » (II Tim 4, 1-3). Dès lors, tout « dialogue inter-religieux » qui ne cherche pas à convertir ceux qui ne croient pas « qu’il n’y a qu’un SEUL médiateur entre Dieu et les hommes, c’est à dire Jésus-Christ (1 Tim 2, 5) et « qu’il n’y a AUCUN salut en dehors de Lui » (Actes 4, 12), est un « dialogue » qui n’est absolument pas conforme à l’Ecriture. jpsnyers.blogspot.com

    • Tourterelle

      MONSIEUR SNYERS,

      Désolée de vous contredire on ne convertit pas un athée… la plus petite des moniales et le plus humble des prêtres vous le diront : c est en nous regardant vivre chrétiens pratiquants de longue date ou pas que ces gens viendront vers nous après c est le travail de Dieu ou de Marie.

      Mais je peux vous dire que les qualificatifs concernant le pape que vous engendrez sur ce site les athées sont pas près de nous rejoindre. Ce pape secoue le cocotier de nos fixites et de nos idées mondaines il nous montre le cœur miséricordieux de Dieu c est à dire l essentiel de Dieu …. Aujourd’hui quelques cardinaux lui demandent de répondre par oui ou par non concernant l adultère! Et j en passe il a simplement dit dans des situations particulière Jésus a reçu et accompagné avec toute sa miséricorde compatissante les personnes en situation de fragilités! Il Lui demander de répondre par oui ou par non ! Quelle rigolade l amour n est pas un plan comptable! Dire comme ces cardinaux l amour le sexe c est bon mais seulement dans le cadre du mariage tout autre relation hors mariage et péche mortel et absence de grâce pas de communion! Et encore
      C est exactement si le christ allait chercher sa brebis égarée la tire du gouffre et au lieu de la poser sur ses épaules finalement la balance dans le ravin! Voilà uniquement ce que dit le pape Jesus donne un idéal exigeant il faut le suivre mais ceux qui ne peuvent pas CHEMINONS ENSEMBLE. Je ne vois pas ou il se démarque des évangiles et du christ! Ce pape est beau il a toujours le sourire il a la bonté et l amour sur son visage par rapport à nombreux qui sont couleur gris murailles

  19. babacool

    on doit obéir d’abord à Dieu, ensuite aux hommes mais Dieu premier servi, alors que le Pape aille voir Luther ça me gêne beaucoup mais cela ne m’empêche pas de prier pour lui-même si je pense qu’il fait une erreur car Luther n’a pas été un enfant de choeur, combien de personnes a-t-il fait massacrer et comment a-t-il traité l’Eglise et la Sainte Messe?

  20. Une simple

    juste deux remarques :
    1)- St Pierre a renié Notre Seigneur Jésus-Christ, et le Christ l’a maintenu comme pierre pour bâtir Son Eglise .
    2)- Souvenons-nous des paroles de Ste Jeanne d’ Arc ; »de L’Eglise et du Christ, m’est avis que c’est tout un »
    Donc que personne ne quitte l’Eglise ! (c’est comme le dit Locard )
    Notre Très Sainte Mère, la Vierge Marie est Mère de Dieu, Mère de l-Eglise et Mère des Hommes , suivons ses conseils, ses recommandations et prions-La .

  21. PAUTRAT

    Merci infiniment Mr JP. Snyers. Il est très réconfortant de vous lire, et particulièrement dans cet article. Vous écrivez, une fois de plus, exactement ce que je ressens au plus profond de moi, et je constate, également avec plaisir que la plupart des commentaires vont dans ce sens. C’est un encouragement à relever la tête et dire haut et fort ce que l’on pense. Notre Eglise est malade, mais elle est « notre », et non pas la propriété exclusive d’un pape, ne l’abandonnons pas (… notre Eglise!). Quant aux « références », elles sont de plus en plus nombreuses. Inutile de les citer à chaque fois, il suffit de lire l’Observatoire de la Christianophobie, Riposte Catholique, Aleteia, etc., de chercher via Google: cardinaux R. Burke, R. Sarah, JL Tauran, Mgr Lefebvre, Cattenoz, Jeanbart, pères G. Pages, H. Boulad, M. Viot, …etc….. Et ne pas se limiter à la presse ou aux sites officiels (CEF, La Croix, etc.). Ou encore mieux, se référer directement à la Parole de Jésus, via les Evangiles, lettres de Saint Paul, etc. Revenir aux fondamentaux, permet de détecter les déviances, incompatibles avec la Foi Chrétienne, associées à la « modernité », et aux groupes de pression: retrouver La Lumière!

  22. David

    Bonsoir,

    D’abord, et surtout, nous ne jugeons pas des personnes. Nous jugeons les actes des personnes. Et c’est ce que nous invite à vivre le catéchisme dans notre vie quotidienne. Seul Dieu connaît les secrets de nos coeurs et peut porter un jugement vrai!

    Pourquoi s’inquiéter outre mesure ? Le diable n’attend que ça…

    Le mal est un principe actif d’autodestruction permanent. Et c’est l’enfer. Le diable règne sur des sujets qui s’autodétruisent à longueur de temps et d’années et de siècles.

    Voyez ce qui se passe dans la secte luthérienne de Suède! Il n’y a plus que 3 % de pratiquants réguliers. Et dans 50 ans… Une secte en moins sur la planète terre…

    Patience… Vous savez la différence entre le diable et le Bon Dieu? C’est que le diable est pressé, toujours pressé, car il sait son temps compté, arrêté de toute éternité, alors que le Bon Dieu, Lui, le Souverain Roi de nos coeurs et de nos intelligences et de nos âmes, le Bon Dieu, Lui, a tout son temps, l’éternité…

    Patience…

    Et je vous invite à aller à une messe dominicale traditionaliste ou traditionnelle et vous verrez avec émerveillement des églises pleines de personnes de toutes les générations. Et de nombreuses jeunes familles avec leurs enfants. Vous entendrez le silence et le recueillement de la prière. Vous entendrez la ferveur des chants de communion. Et vous verrez peut-être Notre Seigneur Jésus venir avec son corps, son âme et sa divinité sur l’autel de nos coeurs et entre les mains du prêtre. Vous ressentirez peut-être, au moment de la consécration, le poids de la Croix peser sur vos épaules.

    Je prie Notre Seigneur Jésus qu’Il vous accorde ces grâces.

    Et vous savez ce qu’est le contraire de l’autodestruction ? C’est la transmission paisible et joyeuse de la foi catholique à ses enfants et à ses petits-enfants. C’est une vie de foi catholique vivante et heureuse et paisible dans nos familles catholiques. C’est aussi simple la vie dans l’Esprit Saint. Et ces familles traditionnelles ou traditionalistes transmettent tellement bien la foi catholique à leurs enfants que ceux-ci iront pour les uns remplir les séminaires et/ou les communautés religieuses qui ont aidés leurs parents à leur transmettre la foi catholique, et pour les autres remplir leur petite famille de nombreux enfants à qui ils transmettront à leur tour et avec amour et vérité la foi catholique reçue des Apôtres.

    Nous vous bénissons Seigneur Jésus pour ces familles heureuses et unies qui transmettent la foi catholique à leurs enfants et à leurs petits enfants!

    Nous vous bénissons Seigneur Jésus pour ces jeunes couples qui ont le courage et la confiance de mettre au monde de nombreux enfants et de les éduquer dans l’amour et la vérité de Votre Parole transmise par Votre sainte Mère Eglise!

    Nous vous bénissons, Sainte Marie et Saint Joseph, pour l’exemple lumineux de Votre Sainte Famille de Nazareth et de toujours!

    Deo Gratias

  23. csdf

    Bonsoir,
    Je pense que le début de l’article de Jean-Pierre Snyers, est plutôt de la provocation, pour nous alerter à le lire en entier et pour montrer le désarrois dans lequel est plongé ce monsieur (on ne le saurait à moins..) il est cultivé et il sait qu’il faut rester dans la Barque de Pierre

    ( je ne peux parler en son nom bien sûr, mais c’est l’impression que celà m’a donné)

    Au sujet du « prosélytisme », et bien personnellement, je me contrefiche si un jour quelqu’un trouvé que j’exagère à lui parler de l’Amour que lui porte Jésus-Christ, qu’Il est le Seul Sauveur et qu’Il a versé son Sang, à donner Sa Vie sur la Croix pour le sauver, ouvrir les portes du Paradis et lui donner la Vie Eternelle. et qu’Il l’aime d’un Amour que personne au monde ne serait égaler….. celà vaut bien de me faire taxé de « prosélyte », peut importe, Dieu ne reprochera jamais à une âme d’en faire « trop » d’un point de vue humain… Bien sûr, si la personne s’ennerve en face de moi, je m’arrêterai, mais le message sera passé,

    Dieu à bien dit qu’il vomira les « tièdes », donc quitte à se faire passer par les hommes pour « prosélyte », je doute que Dieu me reprochera même de l’avoir été, car si on aime le Christ, on a un feu d’Amour pour lui sauver des âmes, qu’il y ai des conversions, que les hommes revienne à Son Sacré-Coeur d’Amour afin de recevoir les Grâce que Celui-Ci lui réserve? où est le mal? c’est bien le but « Aller faites des discilples et bâptisez-les »…. en quoi c’est mal de parler de celà? je ne comprends pas ce pape

    on ne peut parler de Jésus-Christ sans avoir les larmes aux yeux , et envie de lui ramener tout les égarés, ceux qui sont dans la fausse route, pour faire plaisir à Notre Seigneur, et non pour faire plaisir aux hommes ….

    Bref, l’Amour l’amour de Dieu, nous donne du zèle et si on le freine pour « faire plaisir » , ne pas choquer, et bien au final, on ne fait plus rien…. et puis on ne peut plaire au monde et à Dieu , il faut choisir..

  24. Bonsoir,
    @jean-baptiste,
    Nos évêques, en tout cas en France, y compris ceux que l’on croyait encore honnêtes, plient tous devant la volonté du pape en chantant les louanges d’Amoris laetitia. Et quand on leur explique, respectueusement mais clairement, preuves à l’appui, en quoi Amoris laetitia se trompe , leur charisme pastoral se traduit par des insultes qu’ils vous lancent. Dans plusieurs diocèses, dont celui de Rouen, le dispositif de distribution de la communion à des personnes qui vivent dans l’adultère et prévoient d’y demeurer est en place et a commencé de fonctionner.

    Réflexion: N’y aurait-il pas de relation entre ce passage de votre écrit et l’égorgement de Jacques HAMEL, Prêtre de Notre Seigneur JESUS-CHRIST, assassiné au pied de l’Autel, alors qu’il venait de célébrer la Sainte Eucharistie ? C’est quand même curieux de constater que ces faits ce passe dans le même diocèse de ROUEN !
    Que DIEU qui est Père, Fils et SAINTE-ESPRIT, vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie !
    Merci!
    JFL

  25. Michelle

    A Denis Merlin et à Arnaud Dumouche (je rapproche les réponses que je vous adresse, car il me semble qu’il y a quelque parenté entre vos idées)

    A Denis Merlin: Je ne suis pas du tout d’accord avec vous quand vous semblez ne pas être choqué par la dimension roublarde et fourbe (je suppose que « furbo » se relie à fourbe) du pape. Même s’il s’agit de rhétorique, que le pape ait besoin d’y mettre de la fourberie cache quelque chose de vicié sur le fond, sinon, il n’aurait pas besoin de recourir à de telles manigances. Et de fait, c’est bien le cas: cf Amoris laetitia, qui accumule les propos à la fois déraisonnables et contradictoires avec la parole du Seigneur. C’est donc gravissime et inacceptable.

    A Arnaud Dutouche: Vous reconnaissez que le pape commet certaines erreurs pastorales manifestes, mais vous avez l’air d’en prendre votre parti aisément. Mais c’est pourtant grave, d’autant que ces erreurs dites pastorales traduisent en réalité des erreurs de foi gravissimes.

    Finalement, ça suffit. Cessons de supporter ces fourberies et ces erreurs, Franchement, nous avons mieux à faire que de nous laisser embarquer dans toutes ces menées ridicules et nocives. Il faut réagir, et vite.

    Je suis là absolument de l’avis de Jean-Baptiste. Et il a raison quand il parle de rouleau compresseur, car la manière du pape de promouvoir ces erreurs est puissante et violente. C’est un devoir pour tous, prêtres, évêques, cardinaux, et simples laïcs, de dénoncer fermement, en restant bien sûr dans l’Eglise, les erreurs du pape et de suivre le Seigneur. Attention: les laïcs ont certes moins de pouvoirs que les clercs, mais ils ne sont pas sans moyens: ils peuvent aller voir leur curé et lui faire par de leur émoi et de leur refus de se laisser berner plus longtemps, ils peuvent tenir le même discours en écrivant à leur évêque et au pape lui-même, qui finira peut-être (?) par comprendre et par se lasser lui-même. En tout cas cela lui sera dit sur tous les tons.

    • Merlin

      Chère madame,

      Il me semble que « fourbe » en français a un sens péjoratif. Il connote malhonnête. En revanche « roublard » qui me semble être le véritable sens du mot italien « furbo », ne connote pas la malhonnêteté. Il connote un caractère « renard ». Le « renard » est un roublard. En français on pourrait traduire par « renard ». « Tu es fin, sagace, un vrai renard (Bernanos,Joie, 1929, p. 651) » (citation extraite du Trésor de la langue française CNRS)

      C’est une des composante de la culture jésuite.

      Par exemple quand le pape dit qu’une vraie religion doit être ouverte à la transcendance et qu’une religion qui n’est pas ouverte à la transcendance n’est pas une religion. Et cela, qu’elle se proclame catholique, juive ou musulmane ou porte quelqu’autre dénomination que ce soit. Le monde catholique se récrie parce qu’il comprend que sa foi est en jeu. Mais ce n’est pas cela que dit le pape: il dit que celui qui se croit religieux mais qui ne voit que l’histoire et les événements historiques, les revendications temporelles, les avantages temporels n’est en réalité pas religieux.

      Il dit donc que tout homme qui se veut vraiment religieux doit avoir devant les yeux la destinée eschatologique de l’être humain, car « elle passe la figure de ce monde » (saint Paul). Notre destinée ne s’accomplit pas sur la terre, mais dans l’autre monde. Celui qui ignore cela, même s’il se dit religieux, ne l’est pas.

      Mais s’il disait cela clairement, cela ne passerait pas. Donc il utilise une formule obscure, il est « roublard ». En nous prévenant qu’il était « roublard », il nous a invité à scruter ses discours pour bien en comprendre la portée. En revanche le véritable sens de ses discours pourra échapper aux gens pressés.

      Chacun ses procédés, chacun ses façons. Je pense qu’il est injuste de dire que le pape emploie un procédé malhonnête. Il emploie un procédé « roublard », presque humoristique… Il parle par énigmes.

  26. de Belleville Olivier

    Même s’il m’arrive de ne pas toujours comprendre les positions de notre Pape, je n’envie pas la place de cet « accusateur public » lorsqu’il se présentera à son tour au tribunal de Dieu. Ce document me paraît d’une gravité exceptionnelle.

  27. Stan

    J’endosse volontiers la juste observation de Louis de Villoutreys : « Où dans les conciles et les textes des papes affirme-t-on que Dieu est catholique ? Le Credo qualifie l’Église de catholiques. Les catholiques sont ceux qui sont membres de l’Église catholique. On parle dans le canon romain de la foi catholique… mais Dieu ? Nul part. »(Louis de Villoutreys); et j’en conclue, pour ma part, que je pape François a raison de parler comme il le fait d’un Dieu qui n’a pas à être étiqueté.

  28. Marie-Claude

    Cher Jean-Pierre, je suis tout à fait d’accord avec vous, et même, JE VOUS APPLAUDI pour avoir dit à ce pape, ce que je pense moi-même mais que je n’aurais pas pu dire aussi bien ! MAIS malgré tout, un mauvais pape, qui n’est qu’un homme, NE DOIT PAS avoir le POUVOIR de faire de vous un apostat doublé d’un impie ! On n’abandonne pas la religion catholique à cause d’un simple mortel qui ne suit pas les enseignements du Christ correctement, ce serait bien dommage, on doit rester fidèle à Jésus et à son église. Les fidèles guidés par l’Esprit Saint et qui forment l’église, savent reconnaître les hérésies, c’est ce qui compte ! Je me demande depuis un moment déjà, si les catholiques ont le droit de demander la démission d’un pape. Je regrette beaucoup Benoît XVI, et je prie pour que ce pape prenne sa retraite très vite, pour laisser la place au cardinal Sarah que j’apprécie tout particulièrement !!

  29. Henri

    Dirons nous encore une fois que la formule rapide du pape est déroutante. Son rôle est d’approfondir , non de désorienter. Attention le pape n’est pas le Christ, qui sonde les reins et les cœurs de ses interlocuteurs et dont les paroles brûlantes nous interpellent deux mille ans après. Nous sommes tous un peu le jeune homme riche qu’il a aimé, ( même si nous sommes pas vraiment riches et galérons, nous tenons à notre petit confort) l’homme adultère , – au moins dans son cœur-, le pharisien qui ne veut ouvrir son cœur. Le rôle du pape est de nous amener à regarder le Christ, non de jouer son rôle. Maintenant pour voir nos failles nous avons la possibilité de nous confesser, enfin ceux qui le peuvent- ce n’est pas mon cas, mais je me confesse par le cœur. J’aurais aimé que le pape François incite à la confession, qui reste un affrontement entre Dieu et nous , qui ,lui, n’est pas médiatique. Est-ce trop lui demander? Moins de médiatisation? Suis-je dans l’erreur?

    • Courivaud

      Pardon, « Henri », mais il vaut mieux aller droit au but. Ce que je vais vous dire est mentionné dans notre catéchisme (celui d’avant comme d’après Vatican II) : le pape est D’ABORD celui qui vient « confirmer ses frères dans la foi ».
      C’est CELA D’ABORD le sens de son « pouvoir » dans l’Eglise catholique. « Sonder les reins et le coeurs », tout un chacun peut le faire s’il en a reçu la grâce. Et le fait de savoir si l’on est ou non un « jeune homme riche » est hors de propos !

      Soyons simples, et non complaisants.

  30. Courivaud

    ah …. est-ce l’effet « Bataclan » qui s’abat sur la rédaction de « Riposte catholique » ?

    Mieux vaut Léotard que jamais…..

    J’attends la fin de cette papolâtrerie stupide entretenue par des « pseudo-intellectuels » de cette revue en ligne et plus encore une révolution de palais au Vatican ou une « marche sur Rome »…..

  31. A quand une une intention de prière venant du pape François, pour demander la conversion des non-chrétiens (athées, franc-maçons, bouddhistes, musulmans, indifférents…)? Oui, quand le pape nous invitera t-il à prier pour ceux qui ne croient pas en Celui qui est LA vérité et le SEUL chemin vers le Père? Jamais sans doute (idem pour la grande majorité des prêtres et des évêques), car s’il le faisait, il renierait toute sa politique et toute son idéologie. jpsnyers.blogspot.com

  32. Henri

    Que de temps nous perdons tous, que d’agitation, que d’interrogations, que de perplexités…Et bien, tout cela apporte la preuve que ce pape est une calamité. Qu’il se contente de dire des choses claires et vraies, et on n’aura pas tout ce temps perdu, et toutes ces blessures qu’il fait constamment à la parole du Seigneur.

    Soyons des millions à le lui dire. Il n’a pas à enfumer tout le monde comme cela.
    En particulier, je ne suis pas du tout d’accord avec Merlin quand il légitime la roublardise pour parler de l’Evangile. L’Evangile, c’est sérieux, droit et honnête. Les roublards ne sont pas dans le sujet. Ce pape nous fatigue, on a mieux à faire.

    On est en pleine aberration.

  33. Rébécca

    Le Pape François est transparent …limpide ! …c’est nous qui ne sommes pas habitués à cette simplicité, cette franchise .
    C’est à nous Chrétiens « d’avancer au large », à nous Chrétiens, de faire cet acte de Foi malgré nos années de peines dans la nuit sans ‘poisson’, à nous Chrétiens d’avoir enfin Confiance en La Parole de Jésus et de « jeter nos filets pour la pêche ». Le Pape n’a de cesse de nous inviter à suivre Jésus : Bien sûr que le Pape s’adresse aux membres de l’Eglise car c’est à eux … à nous d’accomplir la Volonté du Père qui est aux Cieux ! …
    « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche  » nous, nous connaissons la suite …. Sommes nous prèts à ‘laisser tout et à le suivre, lui Jésus ‘ ?
    Chaque jour, chaque minute, nous avons à vivre toutes ces étapes de Simon-Pierre, Écouter Jésus, Faire un acte de Foi (malgré les circonstances défavorables ), nous reconnaître pécheurs et suivre Jésus sans condition (dépassant notre éffroi devant l’immensité de la tâche à accomplir pour faire connaître à TOUS Jésus) .

    Le Pape François est au Coeur de l’Eglise ( il n’est ni en l’air, en train de regarder l’Eglise de haut, ni à l’extérieur d’Elle, en train de regarder tous ses défauts ).
    Le Pape François s’efforce d’accomplir la volonté du Père à la suite du Christ, chaque jour que Dieu lui donne .
    Le Pape François nous invite nous aussi, à « laisser l’Amour de Dieu traverser notre coeur pour rejoindre tout frère que le Seigneur nous donne de rencontrer …sans choisir » .
    La conversion des non-Chrétiens n’est possible que par nos témoignages vivants . C’est la promiscuité de notre coeur avec le coeur de ces personnes qui rendra nos prières efficaces .
    Chers Messieurs, Mesdames, ce Pape n’a pas l’air de vous convenir mais il convient parfaitement à Dieu et à son Plan de rédemption pour l’Humanité …..choisissons notre camp .

    • Courivaud

      où avez-vous lu, vu et entendu, « Rébécca », que le pape François est d’une « simplicité limpide » lorsque lui-même se décrit comme étant « rusé » ?

      Donnons aux mots leur véritable sens.

  34. Jean-Baptiste

    Le point capital qu’il faut que tout le monde comprenne sur le point de l’obéissance au pape, y compris dans le clergé, et même surtout dans le clergé, c’est qu’il faut DISTINGUER entre les ordres du pape.

    Sur le plan pratique (mesures organisationnelles, autorisations de fondations, nominations etc), son autorité est sans limite car sinon ce serait très vite le désordre, il y a une nécessité pratique de l’obéissance, comme dans l’armée ou l’entreprise.

    Mais dans le domaine du contenu de la foi, il y a une limite à l’obéissance. S’il y a une contradiction manifeste entre ce que dit le pape et l’évangile, il faut choisir l’Evangile. C’est rare, mais c’est ce qui se produit aujourd’hui avec la discipline des sacrements concernant les divorcés remariés. Ici, l’erreur du pape peut être prouvée. C’est donc une faute très grave d’obéir au pape au lieu de suivre le Christ.

    VOICI LA PREUVE DE CE QUE L’ENSEIGNEMENT CONSTANT DE L’ÉGLISE CONCERNANT LA DISCIPLINE DES SACREMENTS APPLICABLE AUX PERSONNES DIVORCÉES REMARIÉES EST CONTREDIT PAR AMORIS LAETITIA

    Saint Jean-Paul II, que l’on ne saurait taxer de manquer de miséricorde, ni d’appliquer les lois morales « comme si celles-ci étaient des pierres lancées à la vie des personnes » (Exhortation apostolique Amoris laetitia [AL] n. 305), l’a dit dans Familiaris consortio [FC], et cela non sans avoir préalablement exhorté les pasteurs à aider les divorcés remariés en faisant en sorte, par tous moyens appropriés tenant compte de la diversité des situations possibles, qu’ils se sentent intégrés à la vie de l’ Église : « L’Église, cependant, réaffirme sa discipline, fondée sur l’Ecriture Sainte, selon laquelle elle ne peut admettre à la communion eucharistique les divorcés remariés » (FC n. 84). Il précise ensuite : « La réconciliation par le sacrement de pénitence ‒ qui ouvrirait la voie au sacrement de l’Eucharistie – ne peut être accordée qu’à ceux qui se sont repentis d’avoir violé le signe de l’Alliance et de la fidélité au Christ et sont sincèrement disposés à une forme de vie qui ne soit plus en contradiction avec l’indissolubilité du mariage. Cela implique concrètement que, lorsque l’homme et la femme ne peuvent pas, pour de graves motifs – par exemple l’éducation des enfants – remplir l’obligation de la séparation, ils prennent l’engagement de vivre en complète continence, c’est-à-dire en s’abstenant des actes réservés aux époux » (FC n. 84).
    De fait, telle est bien la discipline de l’Église, ainsi qu’en témoigne son Catéchisme. Selon le Catéchisme de l’Église catholique (CEC), en effet, les personnes qui sont engagées dans une union adultère et qui, tout en étant informées de l’irrégularité de leur situation, prévoient d’y demeurer, sont en état de péché grave (CEC n. 2380-2381). Or, toujours d’après le Catéchisme, ceux qui sont en état de péché grave ne peuvent communier (CEC n. 1385). Donc, il découle logiquement du Catéchisme que les personnes qui sont engagées dans une union adultère et qui, tout en étant informées de l’irrégularité de leur situation, prévoient d’y demeurer, ne peuvent communier. Et comme le Catéchisme donne de l’adultère une définition incluant la situation des personnes divorcées remariées ne pratiquant pas la continence (CEC n. 2380), il en découle logiquement également que celles-ci ne peuvent pas communier. Cette conclusion y est même explicitement énoncée (CEC n. 1650).
    De fait aussi, on le sait, cette discipline de l’Église est fondée sur l’Écriture même, comme on peut le constater en observant que toutes les prémisses qui sont la base des raisonnements précédents sont appuyées sur l’Écriture, à savoir : pour ce qui se rapporte à la gravité du péché d’adultère : Mt 19, 16-19 ; 1 Co 6, 9-10 ; pour ce qui se rapporte à l’impossibilité de communier en état de péché grave : 1 Co 11 2 ; pour ce qui se rapporte à l’inclusion du remariage après divorce dans la situation d’adultère : Mc 10, 11-12 ; Lc 16, 18 ; Mt 19, 9. C’est donc de la Parole de Dieu elle-même, en laquelle nous professons notre foi, que découle logiquement, et donc nécessairement, l’impossibilité d’ouvrir l’accès à la communion pour les personnes divorcées remariées qui ne vivent pas la continence, ainsi vivant en adultère.
    Personne, pas même le pape, n’a donc le pouvoir de lever cette impossibilité, puisque cela impliquerait de rompre avec l’enseignement constant de l’Église retransmettant fidèlement le message de la Révélation.

    DONC, VOUS PRËTRES, VOUS EVÊQUES, VOUS CARDINAUX , vous faites une faute grave à suivre le pape sur ce sujet. Pourtant vous connaissez l’enseignement de Paul (lettre aux Galates). L’heure n’est pas à défendre la « famille cléricale ». Vous vous repentez actuellement, et à raison, d’avoir caché les turpitudes de certains de vos frères. Bientôt vous aurez à vous repentir d’avoir couvert les erreurs du pape qui se traduiront inévitablement, si par malheur vous le laissez à son aveuglement et à sa fausse miséricorde, par le développement du fléau des divorces et des remariages qui sont porteurs de malheur pour tant d’enfants devenus orphelins à temps partiel ou à temps plein, et pour tant de répudiés.
    Arrêtez de fermer vos oreilles aux cris des victimes et aux appels tels que celui-ci pour la défense des victimes
    comme vous l’avez fait si longtemps pour les victimes de la pédophilie.
    ECOUTEZ-NOUS, FAITES ALLIANCE AVEC NOUS ET AVEC CEUX D’ENTRE VOUS QUI ONT DEJA LE COURAGE DE S’OPPOSER. A CETTE ERREUR GRAVISSIME.

    • Rébécca

      Arrêtez de critiquer le Pape François, il demande de l’aide aux responsables religieux pour trouver des moyens d’aider concrêtement les personnes qui sont sur des mauvais chemins à retrouver ou découvrir le seul Chemin qui vaille . Et vous invitez tout le monde à le laisser seul .
      Le Pape François s’appuie sur Le Christ …l’unique Pierre d’Angle, et vous, vous vous appuyez sur les lois de l’Eglise ….Comprenez, il va dans votre sens ….mais voit plus loin ! Et vous invitez tout le monde à le laisser seul .
      Il souffre, sûrement même plus que nous, de toutes les dérives des brebis et des souffrances qui en découlent . Et vous invitez tout le monde à le laisser seul .
      Le péché à lui seul entraîne l’agonie de l’âme, c’est le coeur à Coeur avec le BonDieu qui permet à Jésus d’agir efficacement à travers notre petitesse . Le Pape l’a compris, il attend que nous soyons des frères et sœurs dans la Foi … Et nous le laisserions seul ?

      • Courivaud

        là, franchement, « Rébécca », relisez votre catéchisme pour savoir quel est la mission première du pape qui est celle de confirmer ses frères, successeurs des apôtres, dans la foi et être le garant du magistère infaillible de l’Eglise.

        où voyez-vous, dans le catéchisme de l’Eglise catholique, qu’il a pour mission de « demander de l’aide aux responsables religieux pour trouver des moyens d’aider…. ».Cela, laissez-le à M. Hollande (à supposer qu’il soit catholique….), autrement dit à un dirigeant politique temporel, au quotidien.
        Est-cela le rôle d’un pape ?

  35. Je viens de lire sur ce site que les évêques de France, via La Croix, tente de coller l’étiquette « extrême droite » à ceux qui ne le sont pas, afin de les museler. 1) Avant de se permettre de qualifier un site (et ceux qui y écrivent) de ce genre de nom d’oiseau Il faut en apporter la preuve, en sachant que la diffamation est punissable par la loi. 2) A la place de se préoccuper des réseaux sociaux non conformes à la pensée unique, il ferait bien mieux de se préoccuper du refroidissement de la foi; de la chute vertigineuse des vocations et de la pratique dominicale. Evidemment, culte de mai 68 oblige, ce n’est sans doute pas demain la veille qu’ils remettront en question leur idéologie destructrice, ni la mixture relativiste et syncrétiste qu’il veulent nous faire avaler à la place de la Prédication apostolique. jpsnyers.blogspot.com

  36. Tourterelle

    Je viens de faire un commentaire Chantal.boutrand @ neuf.fr nom tourterelle vous ne l avez pas accepté merci de me préciser pourquoi rien d agressif mais en opposition totale avec mR Snyers.

  37. André

    A Pénélope

    Vous développez un beau discours, mais qui n’est fondé sur rien. De fait, il est pour vous impossible de le fonder, car la thèse que vous soutenez, celle de dire que le pape est dans le vrai, dans la conformité avec l’Evangile, est indéfendable, car ce pape est en pleine hérésie. Regardez ce que dit plus haut Jean-Baptiste: lui, au moins, apporte les preuves quand il dit que le pape bafoue la parole du Seigneur.

    Le problème de tous ces progressistes, dont le pape fait pleinement partie, c’est qu’ils se contentent de leur intuition personnelle, sans du tout s’estimer en devoir de respecter leur raison et l’Evangile.

    C’est grave, car ils se mettent dans l’arbitraire, et s’ils exercent un pouvoir, dans la tyrannie.

  38. Rébécca

    André, (appelez moi comme vous voulez,) en fait, Jean-Baptiste étudie, compare, juge …tout ça comme s’il était à l’extérieur de l’Eglise, en observateur .
    Ça ne m’intéresse pas . Si nous faisons partie de l’Eglise nous ne pouvons pas nous juger entre nous (le pied ne peut pas exiger à la main de courir ) nous pouvons par contre nous encourager mutuellement dans la Foi (vous savez, comme le Pape fait chaque jour) .
    Courivaud, quand je dis que le Pape va plus loin, c’est qu’il a le souci de la rédemption des personnes .et oui, je le trouve limpide simple parce qu’il parle au coeur, et que ses paroles inspirées nourrissent l’âme .(bien sûr qu’il est rusé ….n’est ce pas ce que Jésus nous a demandé ?!)

  39. Tourterelle

    [ l année de la miséricorde déplace la conception d un certain légalisme qui peut être idéologique à la personne de Dieu qui s est fait miséricorde dans la personne du Christ] PAPE FRANÇOIS

    Je ne jette pas à l encan la doctrine catholique et je ne protestantise pas Pape François

    Ce pape secoue le cocotier,le monde entier regarde ce pape avec bienveillance

    C est l Évangile à l état pur!
    Il prône l amour la miséricorde le cœur de l Évangile

    Alors Monsieur Snyers vois qui êtes si désemparé à vouloir quitter l Église ce qui a de bien c est que dans l Église catholique on y entre et on En Sort librement!
    Ce que vous reprochez au pape ne ne pas convertir les athées vous pourrez essayer d en convertir! Mais attention les personnes qui se disent athées lisent écoutent et regardent vivre les chrétiens.

    Après c est le Christ ou Marie qui les attire. Avec cette tornade contre le Saint-Père vous ne créerez pas un élan à rejoindre notre Église.

    • Courivaud

      à « tourterelle »;

      Si le monde entier regarde ce pape avec bienveillance, c’est que celui-ci a de facto abdiqué sa mission première, celui d’annoncer les vérités de l’Evangile, retracées dans le Magistère de l’Eglise, un magistère qui est avant tout un magistère infaillible.

      Si le monde entier, tel qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire, anti-chrétien (vous faut-il des preuves ?), regarde ce pape avec bienveillance, c’est que celui-ci s’est rendu sans conditions à ce monde : Il s’est rangé à ses pratiques, à ses « dogmes », à son totalitarisme rampant, mais déterminé.

      Je peux comprendre la peine d’un enseignant comme Snyers, qui est resté fidèle à l’Eglise catholique.
      et je pense aussi que l’on ne peut rester sans rien faire lorsque l’on assiste à une telle démission de nos « gens d’Eglise » qui ne nous enseignent plus comment rester fermes face à l’esprit du monde tel qu’il est aujourd’hui (mais peut-être depuis toujours depuis que le péché original a profondément abîmé la nature humaine : c’est saint Augustin qui le dit)..

      • Tourterelle

        Je ne sais pas si c est le monde qui est anti-chrétien mais bien des gens sur ce site qui le sont.

        Aimer n est pas un péche et l Amour c est Jésus.

        Ce monde est déséquilibre par le manque d amour Le pape n à jamais dit [ rien est vrai tout est permis]
        L Évangile est un idéal exigeant mais cheminons ensemble.

        Il n y a pas d un côté les gens apteS et de l autre inaptes Attention danger!

        Et si Monsieur Snyers est mal dans sa peau qu il lâche ses bouquins de théologie et qu il aille s aérer dans un sanctuaire Marie lui parlera de son fils simplement.
        Nous ne sommes plus au musée Grevin nous et le clergé nous ne sommes pas au point!

        Il demande une Église qui accueille que les gens soient reçus avec gentillesse une Église qui aimerait faire plaisir à ceux qui la sollicitent et non pas d établir une hiérarchie de la croyance! Ceux que l on croit au plus bas sont souvent plus haut que nous chrétiens bon teint.
        Accusez le pape François de tout et de rien c est une honte!

        • Courivaud

          je demande à « Riposte Catholique » de vérifier si le propos de « Tourterelle » n’est pas celui d’un troll…

          J’ajoute qu’elle manque de respect envers l’auteur de cette lettre ouverte.
          Il faut respecter certaines règles de courtoisie.

          • Tourterelle

            JE respecte l auteur mais défendre le pape François est pas supportable pour vous ne me donnez pas de leçons Monsieur Courivaud quand on ose des propos aussi irrespectueux sur le représentant de l Église Catholique en entraînant quantité de personnes derrière vous

            Mes propos n ont rien d agressifs je cite le pape François .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *