capture benoit 2 - copie

L’abbé Hervé Benoît nous parle…

Download PDF

Il nous parle, non pas du lynchage médiatique dont il a été l’objet, mais, prenant les choses de haut, d’un personnage aussi extraordinaire que méconnu qu’il nous propose de découvrir dans une biographie qu’il lui consacre et qui vient de paraître. La vidéo qui suit va vous faire aimer ce capitaine Léopold Joubert, “chouan”, bon fils catholique de l’Ouest et ardent combattant dans la défense du Pape comme dans la lutte contre l’esclavagisme sur les rives du Tanganyika…

16 comments

  1. Un bel exposé, de la part d’un témoin prêtre catholique romain courageux, prenant place sous la protection de Saint-Séraphin-de-Sarov, dont l’icône en arrière plan est revêtue du « ruban de Saint-Georges », emblème de la Russie.

  2. Michel G.

    Interview passionnante.
    L’abbé Benoît commet sans doute un petit lapsus: il parle de l’esclavage africain comme « inter-africain », mais il veut sans doute dire « intra-africain » (c’est en tout cas ce que je comprends d’après le contexte).

    • c

      j’ai compris inter africain comme d’un esclavage commis par des Africains envers d’autres Africains, car avant d’être vendus notamment sur le marché de l’île de Zanzibar par des marchands arabes, les populations de l’Afrique noire des tribus vaincues devenaient un butin revendu par la suite aux marchands d’esclaves arabes.

    • DUFIT THIERRY

      Si l’on s’en tient à la Tradition le prêtre devrait porter la soutane mais pas de croix sur sa soutane.
      La croix pectorale est réservée aux évêques qui eux doivent la porter sur leur soutane.

    • Autant que ROMANOS s’en souvienne, les prêtres catholiques romains ne portaient pas de croix sur leurs soutanes avant que ce vêtement ecclésiastique ne soit abandonné par eux dès le milieu des années 60 du XXème siècle, au lendemain du dernier concile du Vatican, à la différence de la croix pectorale du clergé de l’Église orthodoxe.
      C’est l’adoption du costume-cravate civil qui, à l’époque, introduisit l’usage du port d’une petite croix centimétrique épinglée au revers d’une veste, puis d’un pull en l’absence de veste.

      En revanche, le choix de l’adoption de la tenue de « clergyman » qui, comme son nom l’indique, était en usage dans la « l’Église anglicane », mais aussi chez les clercs catholiques romains sur le sol du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande où le port de la soutane est interdit par la loi depuis le XVIème siècle (loi toujours en vigueur, à ma connaissance, mais tombée en désuétude depuis plus d’un siècle !) et comportant un « col romain », qui même réduit à la taille d’un « carte de visite », reconnaissons-le, est peu, voire même, non équivoque.

      Enfin, dans le cas présent, qui pourrait oser affirmer sans risque de se tromper l’absence d’une croix sur une veste que nous ne voyons pas car non portée en intérieur ?

    • em

      Il est chez lui, la croix est certainement sur la veste, dommage qu’il ne porte pas la soutane cela ferait de lui un prêtre plus traditionnel !
      Mais l’on sait aussi que  » l’habit ne fait pas le moine… » !

  3. Clémence

    Quelle belle voix ! Il devrait aussi chanter et faire de beaux sermons.

    C’est vrai, … le pull et sans croix çà fait moche, c’est le style plouc de vat2 et puis çà ne lui va pas.

    Il devrait soigner son look pour le mettre en rapport avec sa belle lettre qui à fait si peur à son évêque.

    Il fait l’anonyme … peut être pour ne pas terroriser encore Mgr de Barbarin ses amis musulmans et modernistes communistes francs maçons de vat2, qui pourait être choqués de le voir … en plus … en soutane avec une croix !

    Il n’a pas à raser les murs … la soutane habit religieux sobre et élégant et la croix, en prêtre, mieux pour le Christ et visible et mieux pour nous.

    • @ Clémence je vous propose de « relooker » l’Abbé Benoît!
      Notez qu’il est assis dans un canapé de couleurs rouge claquant qui fait ressortir ses vêtements de couleurs noir!
      « Le rouge et le noir »très beau thème …

      « L’habit ne fait pas le moine » et il est parfait comme il est, très simple en dehors et très brillant en dedans!
      Il commence par dire qu’il faut « prendre les choses par le haut » voilà qui élève l’esprit d’un coup et nous fait comprendre la dimension de la personne.
      Détachons nous donc de sa première apparition dans les médias et écoutons le sur une autre face toute aussi intéressante.
      A la fin de l’entretien on a envie d’acheter son livre qui doit être passionnant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *