211545-il-y-a-30-ans-saint-nicolas-du-chardonnet

Baptêmes à Saint-Nicolas du Chardonnet (Paris)

Download PDF

Un lecteur nous invite à diffuser cet article de la Porte Latine concernant les 22 adultes qui ont reçu le baptême lors de la dernière veillée pascale à Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris (FSSPX).

Toujours aussi émouvante que fréquentée, la Veillée pascale à Saint-Nicolas du Chardonnet a été l’occasion pour 22 adultes de recevoir le sacrement de baptêmebaptemes_vigile_paques_2016_001
Après les rites préparatoires administrés l’après-midi, puis la bénédiction de l’eau baptismale pendant la veillée elle-même, chacun d’eux fit profession publique de sa foi catholique devant une église comble, avant de recevoir le sacrement lui-même.
Puis vinrent les sacramentaux indiquant les principaux effets du baptême : l’onction du Saint Chrême pour montrer que le nouveau baptisé est devenu « inchristé », et donc chrétien ; la vêture de l’aube blanche indiquant la pureté de l’âme suite à la rémission totale tant du péché originel que de toutes les fautes personnelles passées et des peines qui y étaient liées ; la remise enfin du cierge allumé : inchristé, le nouveau baptisé est appelé à son tour à être lumière du monde, ce qu’il sera dans la mesure où sa vie se consumera lentement tel un cierge dont la flamme « recherche toujours les choses d’en haut, et non celles d’en bas » (épître de la vigile pascale).
Au cours de la messe qui suivit, tous firent leur première communion, ainsi que six autres adultes déjà baptisés.
Qui sont ces nouveaux baptisés ? Venus d’horizons très divers, ils étaient 16 hommes et 6 femmes. Tous moins de 35 ans, à l’exception de deux, âgés respectivement de 53 et 54 ans. Le plus jeune venait de souffler sa 18 bougie. L’un d’entre eux était voici peu de religion juive, deux autres pratiquaient l’islam (dont un français islamisé), deux encore de culture musulmane, trois d’origine hindoue. Mais la plupart, pour reprendre l’expression de l’un d’eux, étaient fils de la république laïque.
A ces grâces de conversion s’ajoutèrent encore trois abjurations (deux de l’orthodoxie, une du protestantisme), sans compter les très nombreuses personnes qui, par dizaines, firent la première confession de leur vie au cours de ce carême 2016.
Belle moisson que tout cela. A l’heure où nos sociétés semblent s’effondrer, la grâce de Dieu est à l’œuvre, et le royaume de Dieu continue à s’édifier.
Abbé Patrick de La Rocque, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, curé de St-Nicolas-du-Chardonnet.

5 comments

  1. DUFIT THIERRY

    C’est là que l’on voit que la Fraternité St Pie X pratique le véritable œcuménisme : conversion des non catholiques à la vraie Eglise catholique et abjuration pour ceux qui viennent d’une fausse religion.
    C’est tout l’opposé de l’œcuménisme maçonnique actuel qui voudrait nous faire croire que toutes les religions mènent à Dieu et procurent le Salut.
    La Fraternité St Pie X œuvre pour le Salut des âmes car il n’y a pas de Salut en dehors de Notre Seigneur Jésus Christ et de la Sainte Eglise catholique.

  2. Sophie

    Quelle belle photo de famille auprès de la Vierge Marie !
    Prions pour qu’elle protège tous c(s)es beaux enfants tout au long de leur vie.

    Je n’habite pas Paris, mais je suis allée deux fois à Saint Nicholas du Chardonnet. Les cérémonies sont sérieuses et magnifiques et l’Eglise est pleine de fidèles il ne reste pas une chaise vide, des Messieurs restent debout, comme autrefois dans toutes nos belles Eglises.
    Les sermons selon l’Evangile, sont sont bien préparés, sérieux, documentés, en bon français avec une bonne élocution et sans langue de bois, ce qui est un « must » comme l’ont apprécié avec beaucoup d’étonnement mes enfants qui n’étaient pas habitués (chez nous, les conciliaires font la loi, on ne leur parle pas de leur âme, ni des vertues, ni des péchés, ni des efforts et des sacrifices à faire pour l’amour du Christ, etc …on dirait que les conciliaires font exprès de les maintenir dans un état d’ignorance).

    Ils s’étaient mis à genoux pour la première fois pour prier ensemble avec tous les gens, mais c’était très émouvant pour eux pour prier notre Seigneur. Tout le monde chantait en latin et connaissait les prières par coeur c’était extraordinaire, il faut bien le dire.
    J’en ai profité pour leur expliquer l’importance de se confesser à un Prêtre pour pouvoir communier au moins une fois par an.

    La Messe dure le temps qui faut et à la fin, les fidèles restent et ne sont pas pressés de se séparer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *