Messe à Noyon : visite de l’Evêque (les photos)

Les fidèles de Noyon nous ont transmis quelques photos de la visite de Monseigneur Jacques Benoît-Gonin, évêque de Beauvais, Noyon et Senlis, qui a assisté à la messe en la forme extraordinaire célébrée le dimanche 8 décembre à la Cathédrale de Noyon. La messe de la Solennité de l’Immaculée Conception était célébrée par le Révérend Père Michel Mallet, qui assure ce ministère chaque dimanche depuis septembre à la Cathédrale de Noyon.

DSCN3256

DSCN3268DSCN3296DSCN3314

Le RP Michel Mallet au côté de Mgr Jacques Benoît-Gonin.

 

D’autres photos sont disponibles ici

 

Crédit photos : Bertrand Tribout 

  

3 comments

  1. gaudet

    Enfin des évêques qui reprennent toute la dignité de leur charge sacrée de pasteur, en reconférant à notre Eglise de France, toute la splendeur insigne de la sainte messe tridentine, dont nous n’aurions jamais du nous séparer!

    Les prélats de l’Eglise de France, n’ont plus besoin de se poser de questions inutiles, ni de monter des réunions ne conduisant à rien! car nous tenons en main là, véritablement le renouveau de la pratique religieuse en France.

    La recette du retour de la catholicité est absolument rudimentaire.

    1- évacuation immédiate de toute forme de modernisme soixante hui tard calamiteux

    2- enseignement fondamentalement traditionnel dans les séminaires

    3- réhabilitation du catéchisme des anciens temps,insistant lourdement sur les vérités graves et fondamentales de l’Eglise de toujours, tant en spiritualité qu’en morale

    4- systématisation de la sainte messe tridentine de l’immense pape que fut St Pie V, accomplie dans des conditions de solennité extraordinaires!

    5- instauration d’immenses processions publiques à l’occasion de chacune de nos fêtes religieuses, en dépit de l’hostilité évidente des responsables politiques maçons, ou des islamistes locaux!

    6- condamnation permanente de la maçonnerie et du marxisme lucifériens, dans les homélies, textes canoniques, et toutes publications d’enseignement

    7- condamnation ferme et sévère de l’ensemble des déviations morales, dans le domaine de la gestion de la vie humaine, de la naissance, et de la famille naturelle

    8- rejet ferme de toute forme de syncrétisme ou d’hétérodoxie, en réaffirmant la divinité et la royauté de notre Seigneur Jésus Christ, sur l’ensemble de la vie humaine, des nations et de la société civile !

    9- courageuse opposition, et ceci quelques soient les périls encourus, de l’ensemble de la hiérarchie, face aux ennemis idéologiques de l’Eglise, c’est à dire les représentants du marxisme, et du libéralisme maçon échevelé !

    10 – préservation indispensable du prestigieux patrimoine architectural purement catholique sur l’ensemble de la France !

    C’est avec de tels principes, que les nouveaux fidèles rempliront tellement la nef des églises, qu’il deviendra carrément problématique , de trouver de la place pour tout le monde, à l’occasions des messes du dimanche matin!

    Balayons immédiatement d’un revers de main, toute forme d’hésitation et de timide et impuissante incertitude, incompatibles avec la vérité colossale de la présence de notre Seigneur en chacun de nos tabernacles, et place donc au radicalisme le plus authentique, qui fut la ligne de conduite de l’ensemble des immenses pontifes de notre histoire !

  2. Rosme

    N’y a-t-il pas une erreur lorsque vous écrivez « …qui a assisté à la messe en la forme extraordinaire célébrée par… »
    Lorsqu’un évêque est présent, n’est-ce pas toujours lui qui célèbre la messe? Comment peut-il « assister » à la messe sans en être lui-même le principal célébrant?
    Pardonnez-moi cette question, qui n’est pas une critique mais une réelle interrogation. En effet, dans la forme dite extraordinaire, si un évêque est présent, la messe célébrée devrait en principe être une messe pontificale.

  3. Anne Lys

    Il est déjà fort bon qu’un évêque assiste, en sa cathédrale, à une messe selon le « vetus ordo », forme extraordinaire mais autorisée et même recommandée de la célébration de la messe.

    Il serait encore plus souhaitable qu’il vienne la célébrer lui-même, un dimanche, à l’heure de la grand’messe, au maître-autel de sa cathédrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>