Le pape François fait plus pour “Summorum Pontificum” que Benoît XVI…

Si les Français ont donné au monde une multitude de fromages succulents et de vins gouleyants – tradition gastronomique millénaire dont une grande partie est née dans les monastères –, il faut bien admettre que les Anglo-Saxons ont apporté à l’humanité un humour toujours teinté de paradoxe qui n’est pas à négliger et qui est parfois un peu plus qu’un simple art d’agrément de l’existence… C’est sans doute au nom de cet humour paradoxal que l’abbé John Zuhlsdorf a mis en ligne sur son blogue un article intitulé « Merci, pape François ! », dans lequel il soutient « qu’en deux semaines, le pape François a fait plus pour promouvoir Summorum Pontificum que le pape Benoît XVI depuis qu’il l’a promulgué ». Mais comment donc ? Le Father Z revient sur la controverse du lavement des pieds de femmes par le pape François, et nous régale de ce commentaire dont je ne traduis ici que de larges extraits.

motu+surprise« Le rite du lavement des pieds est en fait optionnel, bien que cet acte soit peu compris des progressistes qui veulent rendre obligatoires les options qu’ils aiment pour tous ceux qui préféreraient s’en dispenser. Le droit liturgique prescrit que seuls des hommes (viri en latin) peuvent être choisis pour ce rite. Les prêtres qui entendent satisfaire à ce droit se devront faire face à une vive opposition des progressistes exigent que des femmes soient aussi choisies. Les évêques seront pressés d’expliquer comment des prêtres pourraient s’en tenir au droit alors que le Pontife lui-même en fait fi. En incluant des femmes, le pape a mis toutes les lois liturgiques en danger.

Les prêtres qui prendront l’option d’omettre le lavement des pieds lors de la Messe du Jeudi Saint seront considérés – paradoxalement – comme dissidents du droit qui exclut clairement les femmes d’avoir leurs pieds lavés. Pour éviter complètement ce dilemme, les prêtres et les laïcs catholiques souhaitant que soit respecté le droit liturgique auront l’option très convenable de la forme ancienne du rite romain, que l’on qualifie de “tridentin”, et qui a été libérée en 2007 par le pape Benoît XVI.

Après l’entrée en vigueur de Summorum Pontificum, un document explicatif intitulé Universæ Ecclesiæ fut promulgué pour aider les gens à interpréter convenablement la manière d’appliquer les dispositions du pape Benoît XVI. Universæ Ecclesiæ dit que toutes les coutumes ou pratiques liturgiques qui n’étaient pas d’usage avant 1962 (comme les servantes de Messe, la communion dans la main et, à présent, à ce qu’il semble, le lavement des pieds de femmes) ne doivent pas être intégrées dans les liturgies selon l’ancienne forme du rite romain. Les prêtres et les laïc catholiques qui veulent un Jeudi Saint sans dilemmes, sans controverses et sans bagarres quant à qui on peut laver les pieds, disposent de la légitime option du Missel Romain traditionnel qui est, véritablement, à l’épreuve des balles. »

C.Q.F.D.

17 comments

  1. Ce n’est que le début du pontificat.Les jésuites par nature se  » fiche  » de la liturgie assez secondaire à leurs yeux.
    .Pour le moment à part la beauté des ornements remisés à la sacristie rien de trés spéctuaculaires.Mais vous allez voir la suite un peu plus tard..Les jesuites savent parfaitement cacher leurs jeux,et bien des surprises vont apparaitre. Quant à la forme  » Extraordinaire François s’en fiche totalement et ne fera rien à ce sujet.Donc à la suite des changements liturgiques qui vont voir le jour,nos paroisses Françaises dejà bricoleurs du Missel de Paul VI vont s’en donner à coeur joies et nos animatrices  » liturgique  » vont enfin avoir la paix totale de faire du n’inporte quoi encore et encore.Voilà ce qui va se passer.Et comme François plait énormement….aux gens qui ne connaissent rien à l’Eglise,et que nos pratiquants assidus sont contents des farandoles et autres pancartes autour d’un  » Autel » cube ,avec des evêques en chemises de nuit ,qui remplace leurs habits de choeur..Bref Chouette Papa,Maman fume.

    • noos

      Quand vous dites « François » avec une certaine familiarité merci de préciser si vous parlez de François Hollande , François Bayrou , François Mitterrand ….ou du pape François PREMIER ( en donnant le chiffre il s’inscrit dans une lignée et cela signifie qu’il n’est pas le premier pape et probablement pas le dernier……… Il s’inscrit dans la longue histoire de l’Eglise qui a connu bien des viscissitudes

      • Petite précision. Il a refusé de porter le No 1 er après son nom. Cela semble indiquer qu’il n’en aura pas après lui… si réside là son intention. Un jésuite imprévisible? Oui. Je les connais assez bien. La liturgie n’a jamais été leur fort. Prenez à Montréal, je parle des années cinquante, la majorité des paroisses avaient une manécanterie. À l’Immaculée-Conception il ni en avait pas, pourtant il y avait une flopée d’enfants. Je fus chantre, l’église Saint-Jean-Baptiste était fort éloignée de chez moi, au sein de la manécanterie des Petits chanteurs du Bon Dieu. Que de belles cérémonies liturgiques. Chez les jésuites, les messes basses étaient expédiées rapidement. Sachez que j’aimais les jésuites de ma paroisse. Ils firent beaucoup pour les jeunes et en ma jeunesse fut construit le centre des loisirs l’Immaculée-Conception. Ils étaient prêts du monde beaucoup plus que les prêtres séculiers… certes, il y avait des prêtres d’exception, mais peu comparativement aux jésuites. Ces derniers changeront en abandonnant l’enseignement pour se rapprocher des pauvres. Résultat plus de vocation. Il y en a moins de vingt maintenant.

  2. MerrydelVal

    Et c’est très exactement ce qui risque de ce produire.
    Dans ma paroisse, le curé n’a pas manqué de justifier les douteuses « innovations » liturgiques de dimanche dernier par l’exemple de l’actuel évêque de Rome.
    Par ailleurs, on sent que certains paroissiens pas dut out « tradis » et habituellement plus que discrets commencent à trouver tout cela très curieux… et s’ils le disent, c’est que cela doit être vrai!

  3. Arnold

    Vraiment, j’espère qu’on va avoir souvent ce genre d’article divertissant où les auteurs coupent les cheveux en 4 et se trompent en tout car leur point de départ est faux !
    Ainsi, si le Pape François a lavé les pieds de 12 personnes en dehors de la célébration de la messe in Coena, cela démontre qu’il ne s’agit pas de la cérémonie du Mandatum à proprement parler et donc que les rubriques liturgiques habituelles du Mandatum ne s’appliquent pas.
    Dans ce cadre différent, le Pape est libre de laver les pieds de qui il veut : femmes, musulmans, etc.
    Un point c’est tout !

  4. Jean Ferrand

    Réponse à Noos. Donner du PREMIEr au pape François, ce serait aller contre la volonté expresse de ce dernier, contre la volonté du Vatican qui ne parle que du pape François (consulter le site) et contre la logique. Regardez la liste des papes et vous verrez que les évêques de Rome qui n’ont pas eu d’homonyme sont désignés par leur nom sans le nombre ordinal.

    1. Saint Pierre
    2. Saint Lin
    3. Saint Anaclet
    5. Saint Evariste
    8. Saint Télesphore
    9. Saint Hygin
    11. Sant Anicet
    12. Saint Soter
    13. Saint Eleuthère
    15. Saint Zéphirin
    18. Saint Pontien
    21. Saint Corneille
    34. Saint Marc
    36 Saint Libère
    59. Vigile
    111. Formose
    121. Landon
    J’en passe et des meilleurs.

  5. Secotine

    personnellement, ce qui me gène dans le « lavage de pieds » en prison fut le fait de laver ceux de deux musulmans. Pour quelle raison cela me gêne-t-il ? Simplement parce que les musulmans répètent à l’envie que la religion musulmane étant la dernière révélee elle est supérieure à la religion chrétienne. Les imams ne cessent de répéter dans les mosquées que les musulmans se situent au-dessus des chrétiens. Je crains que par cet acte, le pape n’ait fourni une raison supplémentaire aux imams pour dire dans leur prêches « vous voyez, même le pape reconnait que nous lui sommes supérieurs, non seulement ils nous lave les pieds mais en plus il les baise ». Et inutile de compter sur eux pour expliquer en fait le rite profond de cet acte, seule l’image compte et là, elle est imparable.

  6. PERE J.B DE LANGALERIE

    Cher Daniel,
    Ne te laisse pas prendre par les élucubrations peu claires mais surtout déviantes de ce pauvre prêtre anglais (« Les prêtres qui entendent satisfaire à ce droit se devront faire face à une vive opposition des progressistes exigent que des femmes soient aussi choisies. »= qu’est-que cela veut dire avec deux verbes dans la principale? Manque-t-il un pronom relatif ou un conjonction de coordination, ce qui change tout le sens).
    Non, ne te fais pas d’illusions, le pape François qui a demandé explicitement de ne pas accoler un chiffre après son nom (?), n’est pas près de favoriser Summorum Pontificum. La première messe célébrée dans la chapelle Sixtine a tout de suite donné le ton: retour de l’autel à roulette face au peuple, communion dans la main, etc…
    Alors, s’il te plait, pas de confusions avec des titres alléchants mais trompeurs: « Le pape François fait plus pour “Summorum Pontificum” que Benoît XVI… » Où as-tu vu cela ?
    C’est tout le contraire qui nous attend comme tes lecteurs avisés te le disent dans leurs commentaires.

    Un prêtre attaché à la messe de toujours mais qui célèbre aussi la messe ordinaire tout en essayant d’en corriger les défauts innés

  7. FRATERNITE SEVE

    Allons à l’essentiel! Quel est le symbolisme du lavement des pieds? Voilà ce qui doit servir de point de départ à nos analyses.

  8. Bruno ANEL

    Visiblement , on s’inquiète fort du côté des tradis. Il est curieux que vous n’ayez pas remarqué une autre « infraction » du pape François: il a mis son étole en sautoir sur l’épaule gauche, comme les diacres. Horreur ! Pie XII, reviens, ils sont devenus fous !

  9. senex

    Appelez moi Jorge…dit « François à ses collègues » C’est un saint.,un mystique, un héros,,un don du ciel, etc etc etc [modéré]

  10. Edmond Romano

    Ne tombons pas dans les pièges tendus par les médias qui grossissent certains traits de caractère du Pape François. Concentrons-nous sur son enseignement doctrinal qui, pour le moment, est dans la droite ligne de ses prédécesseurs.
    Après tout qu’est-ce qui est le plus important: la forme ou le fond?
    Pour moi c’est le fond qui prime.

  11. Non, le Pape ne peut pas faire n’importe quoi, et hélas
    il nos laisse augurer de ce qui nous pend au nez :
    le grand Schisme qui se profile, mais les « portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre Elle », en attendant que ceux qui hésitent encore choisissent bien leur camp , ce sera
    de plus en plus clair vu ce qui se prépare ; je suis d’accord avec vous, chers keller, MerrydelVal, et autres très très
    nombreux serrons les rangs, avertissons nos frères aveuglés par la morale décidément trop humaine de cet
    « anti-pape » si je vous choqaue, demandez à Marie qu’elle
    vous éclaire, et voyez , au prochain doute qui viendra dans votre coeur, les prophéties des messages de Garab

  12. Professeur Tournesol

    Les efforts de Benoît XVI pour donner le bon exemple risquent d’être vains si son successeur donne l’exemple inverse. Je suis comme le pape émérite partisan d’une «réforme de la reforme», mais celle-ci est-elle possible ?
    Je plains le pauvre mgr Marini.

  13. Bruno ANEL

    Sans doute faut-il apprendre à se détacher de toutes ces choses somme toute secondaires: le latin, l’apparat romain, la présence ou non de femmes dans le chœur… Tout cela vient de l’histoire et non des Évangiles. Le pape nous appelle à la seule chose qui compte: la conversion.

    • Bon il y en a marre. Quand je vois des filles porter la soutane noire je me demande pourquoi on ne met as de cornettes aux garçons. Il y a quelques années, je fus témoin dans une chapelle, quelqu’un est venu voir deux jeunes garçons les invitant à venir comme servants de la messe. Que répondirent-ils? Non, c’est la place des filles maintenant. Comme en médecine, à des étudiants de CÉGEP on demanda qui irait en médecine et aucun des gars n’accepta, car répondirent-ils c’est la place des filles. Bon, ne nous contons pas des sornettes.
      J’ajoute ceci pour Bruno, le curé d’Ars apportait une attention particulière à la beauté de la messe et il choisissait les plus beaux vêtements et décorait l’autel de fleurs, car il aimait que Dieu soit honoré dans la splendeur. Comme l’homme qui n’ira pas offrir à sa femme des fleurs en plastique ni un bracelet en aluminium. Avoir l’air pauvre ce n’est pas une preuve d’amour. Oui, ses homélies sont en continuité de celles de ses prédécesseurs. Mais de là à toujours porter la même mitre, il y a une marge. Même Jésus porta une tunique sans couture et se laissa laver les pieds (ou les cheveux, selon l’évangéliste) avec un parfum de grands prix, au grand dam de Judas. Benoît XVI s’effaçait devant le Christ, mais il le vénérait et l’honorait en utilisant des vêtements liturgiques convenables et souvent portés par de lointains prédécesseurs. Au cas où vous l’ignoriez, les coûts des cérémonies pontificales sous le pontificat de Benoît XVI chutèrent comparativement au temps de jean-Paul II où à chaque messe il changeait de mitre et de chasuble et tous les cardinaux et évêques de la curie concélébraient. Benoît XVI a réduit ces concélébrations car elles coûtaient de l’argent, tous devant porter la même chasuble et on en changeait tout le temps et les cérémonies qui commençaient par le baiser de l’autel ne finissaient plus. Le pape François suit son exemple. Tout les prélats en habit de chœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>