Ordinations18

La Prélature Saint-Pie-X : ce que Mgr Fellay a signé

Download PDF

Malgré le secret très bien gardé des négociations entre Rome et la FSSPX, et quoi qu’il en soit des rebondissements épisodiques classiques « de dernière minute » dans ce genre d’affaires et qui usent (qui sont destinés à user ?) les nerfs, on connaît désormais l’essentiel de la Déclaration doctrinale signée par Mgr Fellay le 15 avril 2012, laquelle doit former le socle de la reconnaissance canonique de l’œuvre de Mgr Lefebvre sous la forme d’une Prélature personnelle.

En effet, dans sa conférence du mardi 5 juin 2012, à l’école St-Joseph-des-Carmes, l’abbé Pfluger, premier assistant du Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie-X, a donné en substance les principaux éléments de cette Déclaration que, ce n’est plus un secret pour personne, la Commission Ecclesia Dei a estimée sur-le-champ tout à fait satisfaisante. Les termes souples de Mgr Fellay étant destinés à être reçus par ses interlocuteurs, tout en conservant la ligne ferme de Mgr Lefebvre. Une reprise fort intelligente, en somme, de la de la Formule d’adhésion de 1988.

Sur l’essentiel, au témoignage du premier assistant, Mgr Fellay a donc déclaré et a donc signé à propos des points qui font difficultés dans le Concile et la nouvelle liturgie que :

 « l’entière Tradition de la foi catholique doit être le critère et le guide de compréhension des enseignements du Concile Vatican II, lequel à son tour éclaire certains aspects de la vie et de la doctrine de l’Église, implicitement présents en elle, non encore formulés. Les affirmations du Concile Vatican II et du Magistère Pontifical postérieur relatifs à la relation entre l’Église catholique et les confessions chrétiennes non-catholiques doivent être comprises à la lumière de la Tradition entière ».

De quoi satisfaire tant la Commission Ecclesia Dei que ceux qui avaient des craintes à l’intérieur de la FSSPX.

 

 

 

 

2 comments

  1. Pétronille

    Des termes ambigus.

    « Tradition » n’a pas le même sens dans la bouche d’un « St-Pie Xste » que dans celle d’un catholique moderne comme Benoît XVI : dans un cas il s’agit de la Révélation non écrite définitivement close à la mort de St Jean ; dans l’autre, d’une compréhension évolutive de la Révélation par le « Peuple de Dieu ».

    « La Tradition entière » s’arrête en 1962 pour les catholiques qui ne reconnaissent pas Vatican II comme un acte magistériel, en 2012 pour tous les catholiques modernes.

    La formule « éclaire certains aspects… (etc.) non encore formulés » dit sans le dire que les décrets du concile Vatican II feraient partie du magistère de l’Eglise, sans l’affirmer franchement.

    Un accord sur les termes, avec un désaccord sur le fond. Ou bien un accord sur le fond, mais exprimé de façon ambiguë pour ne pas choquer les fidèles de la FSSPX qui n’ont pas changé de religion depuis le mois de mai.

    Accord de dupes, comme en 1988 et en 2005… Où est l’évêque promis à la Fraternité St-Pierre ? Où sont les oppositions doctrinales de l’Institut du Bon Pasteur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *