Messe

L’application du Motu Proprio toujours difficile

Download PDF

Dans sa lettre 536 (65 avril 2016), notre confrère Paix Liturgique reprend un bilan dressé en 2013 sur la quinzaine de diocèses sans application Motu Proprio pour étudier les évolutions. Le constat n’est pas brillant, mais plusieurs de ces diocèses ont changé d’évêque depuis… ce qui peut (pourrait !!) permettre de faire évoluer la situation.

I – 2013 : 15 diocèses sans messe traditionnelle dominicale et hebdomadaire

Voici ce que nous écrivions dans notre lettre 381 : « Au cours de l’année 2011, nous avons publié une série de lettres sur les diocèses privés de toute messe extraordinaire, non seulement dominicale mais aussi en semaine. Nous en avions dénombrés 6 : Mende, Langres, Angoulême, Châlons-en-Champagne, Viviers et Cambrai. À la date du 28 février 2013, si nous considérons non pas seulement ces diocèses mais bien tous ceux qui n’offrent aucune messe dominicale ET hebdomadaire, nous en trouvons non pas 6 mais… 15 ! Il faut en effet ajouter à la liste précédente les diocèses d’Amiens, d’Autun, de Digne, de La Rochelle, de Reims, de Saint-Claude, de Saint-Denis, de Soissons et de Verdun : soit quinze diocèses où l’on peut dire que ni le Motu Proprio Ecclesia Dei de Jean-Paul II ni le Motu Proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI ne sont en fait appliqués. »

II – 2016 : 14 diocèses sans messe traditionnelle dominicale et hebdomadaire
> Mende : Dans ce diocèse très peu peuplé (80 000 habitants), aucune des cinq paroisses n’offre la forme extraordinaire du rite romain. Mgr Jacolin gère la crise depuis son arrivée en 2007. Un de nos lecteurs nous dit : « il est déjà souvent difficile de voir la forme ordinaire célébrée dans son propre village » mais, dans la pratique, rien n’empêcherait de faire appel à un prêtre Ecclesia Dei pour célébrer une messe tridentine, qui contribuerait à redonner de la vie à ce diocèse qui se meurt.
> Langres : Mgr Joseph de Metz-Noblat, prélat très classique venu du diocèse de Verdun, a succédé à Mgr Guéneley en 2014. Peu à peu, la situation diocésaine se détend même si, pour l’heure, la célébration de la forme extraordinaire n’est pas encore à l’ordre du jour.
> Angoulême : Succéder à Mgr Claude Dagens est un lourd défi pour Mgr Hervé Gosselin, ordonné évêque d’Angoulême le 10 janvier 2016. Il convient de laisser à ce Breton issu des Foyers de Charité le temps de prendre connaissance de la situation liturgique locale pour savoir s’il saura l’apaiser et la résoudre avec charité et miséricorde.
> Châlons-en-Champagne : Mgr François Touvet a officiellement succédé à Mgr Gilbert Louis en décembre 2015. Dans un diocèse où les groupes de demandeurs sont nombreux, laissons donc un peu de temps à ce prélat, beau-frère du général de Villiers, chef d’état-major général des armées, pour juger de sa largeur de vues et de son intelligence de ce que sera l’avenir de l’Église en France.
> Viviers : Encore un diocèse rural, où l’évêque est de nomination récente et issu du moule des vicaires généraux. Venu de Nice, Mgr Jean-Louis Balsa a en effet succédé à Mgr François Blondel à l’automne 2015. Wait and see, donc, comme aurait dit le regretté abbé Houghton, qui repose dans le cimetière de Viviers (voir notre lettre 292).
> Cambrai : Plus que trois ans ! Plus que trois ans avant que Mgr Garnier, qui sévit dans le diocèse depuis l’an 2000, n’atteigne l’âge canonique de la retraite. D’ici là, 1 000 000 d’habitants resteront encore privés de messe traditionnelle.
> Saint-Denis : Toujours pas de messe dominicale hebdomadaire dans le diocèse dirigé par Mgr Delannoy depuis 2009. La messe mensuelle de Montfermeil continue toutefois d’être célébrée le premier dimanche du mois, à 9h45.
> La Rochelle et Saintes : Le pape François vient d’appeler le supérieur général des Missions Étrangères de Paris, le Père Georges Colomb, à succéder à Mgr Bernard Housset. Cette nomination, qui rompt la routine des vicaires généraux, est très encourageante pour un diocèse où, comme nous l’avons rappelé dans notre lettre 513 : « l’application du Motu ProprioSummorum Pontificum est limitée à une célébration mensuelle alternée entre les deux sièges épiscopaux… distants de 70 km ».
> Autun : Enfin un diocèse où l’effet Summorum Pontificum commence à se faire sentir ! Depuis que Mgr Rivière a donné la possibilité à la Fraternité Saint-Pierre d’y ouvrir une maison, début 2013, la situation s’est grandement améliorée. À la messe hebdomadaire de Chalon-sur-Saône, il faut ajouter les messes bimensuelles de Varennes-les-Mâcon et Paray-le-Monial. À ces trois messes célébrées par la FSSP, il convient d’ajouter les deux messes mensuelles paroissiales, célébrées à Ligny-en-Brionnais et, depuis la rentrée 2015, à Digoin. Bref, un diocèse où s’installe, lentement mais sûrement, la paix liturgique et où d’autres avancées sont possibles.
> Digne : Mgr Jean-Philippe Nault, venu du sanctuaire d’Ars et qui appartient à la famille de ces nouveaux évêques dépourvus d’œillères idéologiques, passés par le scoutisme et les mouvements de jeunes, en lien étroit avec Solesmes, a succédé à Mgr François-Xavier Loizeau en 2014. Aucun changement : une seule messe toujours, le 3ème dimanche du mois à Digne. Pour l’instant.
> Amiens : Mgr Olivier Leborgne, qui a souvent été cité dans nos colonnes lorsqu’il était vicaire général de Versailles, a succédé à Mgr Jean-Luc Bouilleret en 2014. Mgr Bouilleret s’était rendu tristement célèbre en refusant l’hospitalité à la communauté traditionnelle locale qui avait perdu, en 2007, l’usage de la chapelle dont elle bénéficiait jusque-là. Pour l’évêque, le « tort » de cette communauté était de faire appel aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X. Sauf que le diocèse n’offrait strictement aucune alternative à ces fidèles, contraints d’organiser la messe sur le trottoir en plein hiver ! Aujourd’hui, la FSSPX s’est installée à Amiens, dans l’ancien séminaire des lazaristes (qui deviendra maison ecclésiastique officielle quand la FSSPX sera reconnue…), mais le diocèse, comme tel, demeure terra incognita pour la forme extraordinaire.
> Reims : Installé dans la cité des sacres depuis 1999, Mgr Jordan entendra d’ici deux ans sonner l’heure de la retraite. Faut-il attendre quelque chose de cet homme élevé dans une famille versaillaise des plus classiques et qui a choisi, devenant un persécuteur des séminaristes français traditionnels lorsqu’il était en poste à Rome, d’embrasser le camp du mépris et du déni face aux fidèles désireux de vivre selon la liturgie millénaire de l’Église ? Vaille que vaille, la communauté locale s’agrippe à la messe mensuelle que célèbrent les chanoines de l’ICRSP.
> Saint-Claude : Ce diocèse rural, dont une partie montagneuse, n’a droit qu’à une messe mensuelle, à Dole. L’arrivée en 2011 de Mgr Jordy, évêque classique issu de la Communauté de l’Emmanuel, n’y a, pour l’instant, rien changé (1).
> Soissons : Mgr Renauld de Dinechin a succédé à Mgr Hervé Giraud en 2015. Une rude tâche attend ce Parisien, ancien auxiliaire de la capitale, dans ce diocèse qui est comme le fils aîné de l’Église de France mais n’a pas résisté mieux que les autres à la crise des vocations : le nombre des prêtres y a baissé de 60% en 25 ans…
> Verdun : Mgr Jean-Paul Gusching, très conciliaire, et dont la carrière a été faite par Mgr Bouilleret, qui l’avait choisi comme vicaire général à Amiens, a succédé à Mgr François Maupu en 2014. On voit difficilement la situation évoluer dans ce diocèse où la forme extraordinaire n’est pas célébrée même s’il existe une messe mensuelle en latin utilisant le lectionnaire moderne. Pourtant, nos amis du Baptistère indiquent qu’une messe dominicale hebdomadaire est désormais célébrée, selon la forme extraordinaire du rite romain, à Thierville-sur-Meuse. Mais, de fait, c’est une messe du diocèse aux armées, célébrée dans la chapelle du 1er Régiment de Chasseurs.

Bilan : Si l’on retire Autun de notre liste de départ, il demeure 14 diocèses privés de toute célébration dominicale hebdomadaire de la messe dans un cadre paroissial ou Ecclesia Dei.

4 comments

  1. Pour les Landes, il y a la paroisse ‘historique’ de Clermont où la messe de Saint-Pie V (forme extraordinaire) est célébrée sans discontinuer grâce au valeureux Abbé Tibur et à ses successeurs ! Il est vrai qu’une ou deux paroisses pourraient appliquer les dispositions du Motu Proprio pour faciliter un peu les choses pour les fidèles !!

  2. un prêtre de campagne

    Gloire à toi « Paix Liturgique » qui sais semer la zizanie et encourager la guerre. Gloire à toi qui ne tient aucun compte des réalités locales. Gloire à toi qui attise une certaine forme de haine entre les catholiques de diverses « tendances ».
    Dans notre petit diocèse (Digne, Riez, Sisteron), heureusement que nous avons pris les choses en main et que nous vous avons prié fermement de ne plus intervenir. Il y a six ans, grâce à vous, tout était au bord de l’explosion et tous les patients efforts pour aboutir à des solutions étaient réduits à néant. Grâce à vos interventions maladroites et à vos pétitions, la communion ecclésiale était rompue.
    Surtout restez chez vous. Dans notre diocèse, les familles et les personnes qui souhaitent la forme extraordinaire du rite sont aimées, soutenues, aidées et accompagnées. Tout avance et progresse calmement dans la paix et la sérénité, et j’ose le dire, au rythme que Dieu permet pour sa gloire et pour le progrès spirituel des fidèles.
    Laissez-nous donc en paix. Au lieu de nous agiter, prions les uns pour les autres et offrons tout au Seigneur qui nous sauve et nous fait participer comme Il le veut à Sa vie.

  3. Joel

    Le diocése des Landes est dans un état catastrophique.
    Avec un clergé vieilissant, ultra progressiste, qui se fait de plus en plus petit, l’évêque Gashignard a bien à faire, malgré toute sa bonne volonté.
    Ainsi il voit les jeunes en questionnement sur la vocation sacerdotale se tourner vers le séminaire de … Bayonne!
    Je viens toutefois d’apprendre qu’un jeune venait d’entré au séminaire inter diocésain de Bordeaux pour le compte du diocèse de Dax. Les prières mensuelles des pèlerins qui vont du berceau de st Vincent de Paul au sanctuaire marial de Buglose semblent porter leur fruit! (même si c’est mince)

    Pour ce qui est de l’application du motu proprio j’avais lut que des demandes étaient prévus sur Mont De marsan et Dax, qu’en est-il?
    Nul doute qu’avec le clergé en poste la chose n’a put se faire… avec ces gens là il vaut mieux être dans les manifs syndicales que dans les groupes de prières!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *