FE Saint-Malo 3

Une messe dans la forme extraordinaire à Saint-Malo

Download PDF

Nos amis malouins viennent de nous transmettre l’information suivante :

FE Saint-MaloEn réponse aux demandes formulées par quelques familles et après plusieurs mois de contacts et réflexions, l’abbé Etienne Lorta, curé de la paroisse Cathédrale Saint-Vincent de Saint-Malo, va célébrer une messe dominicale régulière forme extraordinaire à 9h à partir du 12 juillet 2015 en la chapelle Saint Joseph, 23,Boulevard Gouazon, 35400 Saint Malo (Saint Servan sur Mer).


Attention, stationnement difficile dans ce secteur => possibilités de se garer Boulevard Douville et Grand Parking gratuit 20 rue Bougainville.

Plan ci dessous

FE Saint-Malo 2

11 comments

  1. Valer

    Je constate avec amusement que les messes « summorum pontificum » s’étendent de manière quasi systématique au plus près des messes de la Fraternité St Pie X. Les autorités diocésaines agissent probablement par charité pour les brebis risquant de s’égarer dans des lieux de dévotions et de ferveurs assez insupportables pour « notre église qui est en France ». Pourquoi les parents soucieux de transmettre la foi à leurs enfants ne s’enthousiasment-ils pas -des magnifiques autels caisses mettant en valeur des coloriages bien supérieurs aux vitraux désuets et préparés pendant les heures si précieuses de pastorale des jeunes? -ou encore des aubes sac en nylon? -ou encore des cantiques/guitares pour lesquels l’indémodable Jo Akepsimas et ses disciples donnent le La? -ou encore pour la communion facile pour tous? -ou encore pour l’idée communément admise de nos jours d’un enfer vide? Certains préféreront l’original, d’autres non, souvent par crainte (mais pas de Dieu!). Finalement peu importe, l’Eglise ne subsistera que là où le Christ règne parmi les familles.

  2. Le curé de la cathédrale a pris une décision qui va à l’encontre de l’opinion commune de ses confrères et de ses proches « militants laïcs associés » à la pastorale de la cité d’Aleth. La Bretagne est tenue par les progressistes à tous les niveaux de l’Eglise.
    Par ailleurs et en cohérence, j’espère qu’il aura à coeur, dans sa cathédrale, de renouveler l’autel du Saint-Sacrement qui était devenu méconnaissable (quand je l’ai visité les vacances d’été 2014) une véritable insulte à la Présence Réelle.
    Il faut soutenir et encourager ce brave curé que, dans sa cathédrale j’avais apostrophé concernant son autel du Saint-Sacrement et dont j’avais assuré de sa compréhension…
    L’Abbé Lorta, qui porte les signes vestimentaires de sa fonction, « rame » à contre-courant et semble naviguer entre les écueils tout en s’imposant par autorité. Il se met dans une situation personnelle immédiatement inconfortable.
    De plus, il répond présent à « des clients tradis » qui osent un premier pas de cohérence pastorale et doctrinale, sans aller à la chapelle Sainte Anne de la FSSPX bien implantée à proximité. J’espère que les amis de la FSSPX, de leur côté et dont je suis, sauront être aussi charitables que le brave et zélé Curé de la cathédrale l’aura été avec ses fidèles attachés à la liturgie tridentine…
    Qu’à Dieu ne plaise !

  3. Cartier

    L’abbé Lorta est un remarquable recteur, qui a su dynamiser de manière remarquable la cathédrale de Saint-Malo. En moins de deux ans, il s’est imposé comme une figure incontournable et très sympathique intra-muros, et cette décision illustre à nouveau son dynamisme et son énergie ! Bravo, M. l’abbé !
    A noter : la chapelle St Joseph est tout près de la rue Jean XXIII où se situe la chapelle Ste Anne desservie par la FSSPX.

  4. zézé

    Deo Gratias ! si toutes les Eglises pouvaient ouvrir leurs portes aux différentes fraternités pour de telles Messes ! ou même si les Prêtres si conciliaires revenaient à ces belles Messes, les fidèles de ces paroisses seraient émerveillés de la beauté de tels moments !
    Que la Ste Vierge Marie, aidée par les Saints Prêtres tels que le Curé d’Ars, Louis Marie Grignon de Montfort, Padre Pio nous envoient sur cette pauvre terre de tels saints prêtres !
    Que le feu qui dévorait les Apôtres lorsqu’ils ont refait les gestes de N.S.Jésus Christ, vienne dévorer aussi les prêtres ici-bas.

  5. mme

    Merci… mais à 9 h un dimanche matin avec la route à faire avant ? Ce ne serait pas pour décourager plutôt ?
    Que la messe soit le dimanche soir dans ce cas………..
    C’était le cas à Redon lorsque la FSSPX desservait la petite chapelle.

    • zézé

      Il faut aussi savoir faire des sacrifices non ?

      Savez-vous quand même que d’autres aimeraient avoir une Messe à … 9h du matin ! pour ma part je suis déjà allée à des Messes tridentines à 8H 30 ! et je partais à …. 7H15. ; et lorsque je suis dans certains autres endroits j’arrive à faire 1h30 de route, la Messe étant à 17h00, sur des routes de montagnes ; le retour est aux environ de 19h00 et en automne sur ces mêmes routes c’est on ne peut plus risquées… mais quel bonheur.

      De plus, si le prêtre commence à écouter les horaires qui arrangent telles ou telles familles, il ne s’en sortira plus.

      Le Bon DIEU ne mérite-t-IL pas de la part de SON peuple quelques sacrifices ?

      • pm

        Messe le dimanche matin avec 45 kms à faire pour arriver à 9 h et lever tous les jours à 6 heures en semaine (enfants et parents) on n’est pas loin du « burn out » non ?

  6. remond

    c’est « traditionnel » pour l’église conciliaire de concéder une masse « extraordinaire » là ou il y a déjà une Messe Catholique de rit tridentin à proximité , mais pas ailleurs

  7. Théofrède

    en Bretagne, il n’y a pas de curés, il y a des recteurs
    on peut d’ailleurs se demander pourquoi ce recteur va célébrer cette messe à l’extérieur plutôt que dans sa cathédrale

  8. Buffalo

    Qu’est-ce qu’un prêtre  » conciliaire »??? Je connais les prêtres catholiques ou orthodoxes, mais je ne connaissais pas encore les prêtres « conciliaires »! De quel concile s’agit-il: Nicée, Chalcédoine, Latran, Florence, Trente, Vatican I ou II? Quelqu’un pourrait-il m’éclairer?

  9. allegrovivace

    @Buffalo

    le « prêtre conciliaire » découle de l’expression de feu le cardinal Benelli 1921-1982 (Substitut du Secrétaire d’Etat au Vatican et Card. Archevêque de Florence ) qui a inventé l’expression d’Eglise conciliaire concernant l’Eglise post-Vatican II par opposition à l’avant-Concile. Il était « papabile » aux conclaves de 1978.
    C’était un « libéral », apparemment ambitieux, décédé d’une crise cardiaque à 61 ans.

    Cet aveu d’une « Eglise post-conciliaire » signifie bien qu’il y a eu un avant et un après Concile, donc une rupture à peine avouée mais bien réelle même si « l’herméneutique de continuité » de Benoit XVI, tardive puisque liée au « motu proprio » de 2007 autorisant la messe tridentine, réduit ou veut ignorer la fracture du concile pastoral de Vatican II ; un concile, peu pastoral en réalité, puisque dans l’actualité brûlante du début des années 1960 (mûr de Berlin, développement mondial du communisme, avènement de la société de consommation, rien n’a été dit du communisme et du consumérisme dont les « fidèles » étaient des cibles privilégiées. Au contraire, le concile a amplifié le progressisme et le modernisme tous azimuts.

    Les textes du Concile Vatican II sont présentés aujourd’hui sur des critères dogmatiques inattaquables…

    Rome est-il dans Rome ? la question mérite d’être posée pour qui n’es pas ou pas encore schizophrène à l’intérieur de l’unique Eglise du seul vrai Dieu.

    le Bon Dieu connaît la suite de l’Histoire dont Il est l’alpha et l’oméga.

    allgrovivace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *