Béatification du premier prêtre martyr né aux États-Unis

Download PDF

Mgr Paul S. Coakley, archevêque d’Oklahoma City (Oklahoma) vient d’annoncer le 13 mars, que le Père Stanley Rother, né le 27 mars 1935 à Okarche (sur le territoire de l’archidiocèse), sera béatifié comme martyr le 23 septembre prochain à Oklahoma City. Ce sera le premier prêtre né aux États-Unis béatifié comme martyr.

Ordonné à 28 ans pour le diocèse de Tulsa (Oklahoma), le jeune prêtre partit en mission en 1968 au Guatemala où il exerça son ministère auprès des Indiens Tzutuhils. Il les servira jusqu’en 1981, mais son combat contre les injustices commises contre ces Indiens lui vaudra d’être assassiné par un “escadron de la mort” le 28 juillet 1981. Son corps sera rapatrié aux États-Unis et inhumé dans sa ville natale mais, à la demande des Indiens, son cœur sera conservé sous l’autel de l’église où il exerçait son ministère.

Sa cause en canonisation fut introduite le 5 octobre 2007. À la fin de l’enquête diocésaine, e dossier est adressé le 20 juillet 2010 à la Congrégation pour la cause des saints. Le 1er décembre dernier, le pape François a signé le décret reconnaissant que le Père Rother avait été tué in odium fidei, en haine de la foi, et était donc martyr.

2 comments

  1. Françoise

    Une première ! Ce prêtre mérite à 100 % d’être béatifié, voire canonisé. Et le rôle lugubre des escadrons de la mort ennemis du christianisme est ainsi à bon droit souligné..

  2. karr

    Ne serait-il pas temps de lever le pied concernant les béatifications et canonisations?
    Ce prêtre mort martyr a sans aucun doute trouvé place près de Dieu,mais à quoi servent réellement pour l’Eglise militante cette surenchère de béatifications?
    Combien de bienheureux(ses) de saints et de saintes font l’objet d’une réelle dévotion de la part des fidèles?
    La première chose serait déjà de faire connaître la vie et l’oeuvre d’éventuels saints ou bienheureux,combien de fondateurs et fondatrices de communautés religieuses , aujourd’hui agonisantes, sont béatifiés ou canonisés alors que leurs familles spirituelles s’éteignent et que plus personne n’invoquera une fois le dernier religieux ou la dernière religieuse retourné au Père?
    Personnellement j’ai une dévotion envers les saints,ce qui doit être le cas de tout catholique,mais ,surtout avec le pape Jean-Paul II, nous assistons à une véritable inflation dans ce domaine.
    Dans une chapelle sombre d’une église romaine il m’est arrivé de lever un pan d’un tissu poussiéreux recouvrant un autel,à l’intérieur de la châsse se trouvait un saint martyr,la vitre était brisée,visiblement personne ne célébrait plus la messe sur cet autel et l’état d’abandon laissait à penser que plus personne ne venait prier ce saint.Combien sont-ils dans ce cas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *