Clergé pédéraste : les quatre erreurs du Boston Globe

Download PDF

Certes, il faut admettre, et avec une tristesse mêlée de honte, que le scandale du clergé pédéraste a été révélé au public en décembre 2002 par le quotidien du Massachussetts, The Boston Globe. Il ne s’agissait, au départ de cette misérable affaire, que de la révélation des turpitudes de prêtres morts ou vivants de l’archidiocèse de Boston et de la pitoyable gestion de ces cas répétés d’abus sexuels sur des mineurs par l’autorité ecclésiale locale qui avait notamment abouti à la démission du cardinal-archevêque Bernard Law, démission immédiatement acceptée par Rome. Mais le feu allumé à Boston a, de proche en proche, embrasé tous les États-Unis avec les conséquences financières et morales que l’on sait pour l’Église aux États-Unis. S’il était admissible de considérer que The Boston Globe avait fait son travail d’information journalistique, mêlé quand même d’une forte volonté dissimulée de nuire à l’Église catholique en général, il faut aussi admettre que l’anticatholicisme viscéral du quotidien s’alimente aux sources impures d’une désinformation désormais systématique et aussi scandaleuse que les turpitudes qu’il prétend dénoncer la main sur le cœur. Une désinformation dont une dernière et quadruple manifestation vient d’être dénoncé par Bill Donohue de la Catholic League dans un communiqué du 2 mai. En voici la traduction.

  • « Hier [1er mai, jour de la béatification de Jean-Paul II !], Kevin Cullen, journaliste au Boston Globe, a écrit que le pape Jean-Paul-Paul IIavait présidé une église qui fut coupable d’une des plus grandes dissimulations d’une activité criminelle de toute l’histoire”. Il donne aussi crédit à l’accusation que “des prêtres violaient des enfants en toute impunité dans le monde entier”. Il y a quatre erreurs dans ces deux phrases.
  • . Le John Jay College of Criminal Justice, signalé dans cet article, montre en toute clarté que la période où le plus grand nombre d’incidents s’est manifesté est celle qui va de 1960 à 1985. Puisque Jean-Paul II n’a été élu qu’en 1978, il est factuellement erroné de suggérer que le scandale s’est essentiellement déroulé sous sa surveillance.
  • . Charol Shakeshaft, qui est la plus haute autorité de la nation en matière d’abus sexuels sur des mineurs dans l’enseignement estime que le taux de ces abus dans l’enseignement public est 100 fois supérieur à celui qu’on trouve dans l’Église catholique. Du fait que la plupart de cas n’ont jamais été dénoncés à la police et dès lors que la plupart des enseignants incriminés ont été déplacé d’une école publique à une autre, il est factuellement erroné de suggérer que l’Église catholique a un plus gros problème avec cette question que les écoles publiques. En fait, il n’y a aucune preuve que le taux soit supérieur dans l’Église catholique à ceux qui existent dans l’autres institutions, religieuses ou laïcs.
  • . Il est factuellement erroné de dire que la plupart des abusés par des prêtres furent violés : l’infraction la plus fréquente relevait du qualificatif “d’attouchement déplacé”.
  • . La plupart de ceux qui ont été abusés par des prêtres, n’étaient pas des enfants mais des garçons post pubères. Le rapport du John Jay [College of Criminal Justice] a découvert que “81 % [des victimes] étaient de sexe masculin”, et que “plus des trois quarts des victimes étaient post pubères, ce qui signifie que les abus ne correspondent pas à la définition clinique de la pédophilie”. Il est curieux de constater que Cullen a écrit la même chose en 2004 et donc qu’il savait fort bien que le problème est un problème d’homosexualité !
  • Il est difficile de faire le départ chez Cullen entre ses erreurs qui ne seraient que factuelles et son engagement supposé dans une entreprise de dissimulation. Peut-être un peu des deux. »

Pour aussi pénible que soit pour moi la rédaction de tels articles, je crois que c’est un devoir d’information qui m’est imparti pour les lecteurs d’americatho, et, au fond, un devoir de vérité. Mais il est une formule assez célèbre dans nos prétoires : dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. Je ne suis pas sûr que cette formule soit bien assimilée par nombre d’adversaires de l’Église, et en tout cas visiblement pas par les journalistes du Boston Globe.

4 comments

  1. Marie

    On a rapporté le jour de sa béatification que Jean-Paul II avait soutenu le fondateur des Légionnaires du Christ, alors qu’il était au courant de ses turpitudes.

    Etait-il au courant ou pas du tout ?

    A noter que depuis un an, ils m’écrivent régulièrement pour demander des financements.

    • Americatho
      Author

      Il faut se replacer dans le contexte historique du pontificat de Jean-Paul II. Pour contrer la tendance marxisante de la « théologie de la libération » en Amérique du Sud, il n’y avait pas autre chose à lui opposer sur place que les Légionnaires du Christ. D’où le soutien du pape à cette congrégation qui, je le rappelle, malgré les turpitudes de son fondateur, a fait beaucoup de bon travail et n’a pas été dissoute par l’autorité. Que Jean-Paul II ait été abusé par Maciel, sur la foi des louanges qu’une grande partie de l’entourage immédiat du pape lui faisait sur le fondateur des LC, il n’y a aucun doute là-dessus. Mais dire qu’il était au courant de la vraie nature de Maciel, je ne le crois pas. Qu’il ait entendu parler de rumeurs sur Maciel, sans doute, mais autour de lui on était là pour le rassurer… Les noms sont plus que connus à Rome.

  2. Michèle

    Il est plus que nécessaire de rétablir TOUTE la vérité, face à ceux qui en brandissent un pan , tronqué et taillé en forme de masse d’arme contre l’Eglise…Répugnant , mais efficace ,ce mélange nauséabond et putride de vérité et de mensonge , tellement efficace que Dieu lui-même n’y reconnaitrait pas les siens si c’était possible! Mais l’Esprit Saint n’a jamais dit son dernier mot..

    Quant à Jean -Paul II dans l’affaire Maciel: souvenons-nous que son entourage, en effet, ne se composait pas uniquement de prélats de la qualité de Joseph Ratzinger!

  3. soha

    cela fait des siècles que l’Eglise est ainsi attaquée ( très récemment,ce fut par les protestants, les libertins,les encyclopédistes, les révolutionnaires la FM , les laicards, les rationalistes,les ,libéraux, ( bref tous ceux qui nous ont formés dans les écoles de la République)
    Ce qui me surprend c’est 1. qu’il n’y ait jamais eu( du moins au cours de mon demi siècle d ‘existence) de contre offensive d’envegure de la part de l”église pour défendre l’honneur..de Dieu 2. que l’église récente, notamment sous JEan Paul 2 a ratifié tous les mensonges, demi vérités et autres au cours de suicidaires repentances… réitérées !!!

    Je signale par ailleurs qu’une “très bonne personne” ( évêque en l’occurrence a déplacé en France un prêtre vivant avec un homosexuel d’une paroisse à une autre……
    La “gestion” des pbs personnels et au quotidien est sans doute très complexE..ce qui me choque,c ‘est la “gestion” ambigue de problèmes historiques très clairs si on les étudie a fond (voir le bouquin de Poupard sur Galilée, entre autres…. et celui de Rouet sur l’art contemporien !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *