Comme chaque année, la Catholic League installe sa crèche à Central Park (New York)

Download PDF

Communiqué très intéressant aujourd’hui de Bill Donohue, président de la Catholic League, annonçant l’installation de la crèche de cette association, comme chaque année, à Central Park. À lire très attentivement car on y trouve une subtilité juridique qui nous échappe en France, mais qui pourrait se révéler très utile à l’avenir…

Aujourd’hui, nous avons érigé une crèche, avec des personnages grandeur nature, à Central Park à l’angle des 59ème et 5ème rues. Elle y sera jusqu’au 3 janvier. En outre, nous ne l’avons pas entourée de symboles laïcs.

Tous les ans, nous obtenons une autorisation du département des parcs et jardins de la Ville de New York pour exposer notre scène de la Nativité. Nous avons choisi Central Park parce que c’est un espace public, un endroit où se déroulent des concerts, des marathons et toutes sortes de festivités. Nous n’avons pas cherché à exposer notre crèche sur l’espace public jouxtant l’Hôtel de Ville parce que c’est le siège du gouvernement de la cité.

Ceci doit être dit, parce que l’ignorance est énorme sur ce sujet. Par exemple, la fédération des communes de l’État du New Jersey vient de publier une déclaration d’orientation pour les autorités locales sur les projets d’installations pour les fêtes. « Une installation purement religieuse, et en particulier quand elle est relative à une seule religion, est probablement inconstitutionnelle ».

Le « probablement » est étranger à ma position : ils ne savent pas ce dont ils parlent. S’ils avaient raison, alors nous n’aurions pas pu installer notre crèche à Central Park. L’espace public est une chose, un bâtiment gouvernemental une autre, etc.

Clarence Thomas [catholique, juge à la Cour suprême] a eu raison quand il a fustigé des collègues [de la Cour suprême] pour avoir refusé d’entendre des cas qui auraient pu éclairer ce problème. Le 31 octobre, il a déclaré : « On nous a dit qu’une crèche installée sur un domaine de l’État violait la Clause d’établissement, sauf quand elle ne la violait pas. De même, on nous a dit qu’une menora exposée sur un domaine de l’État violait la Clause d’établissement, sauf quand elle ne la violait pas ». C’est pourquoi il en a appelé à un « critère clairement applicable ».

Nous espérons que les Newyorkais, de même que les touristes, auront l’occasion de voir notre crèche. Nous détracteurs devraient aussi la voir – ce pourrait se révéler être pour eux une véritable épiphanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *