Bill Donohue : en matière d’abus sexuels, il vaut mieux être député Démocrate que prêtre catholique…

Download PDF

Bill Donohue a l'air sévère, mais il a quelques raisons de l'être

Dans un communiqué d’hier, ironique et fort bien documenté, Bill Donohue, le président de la Catholic League, a commenté hier la pitoyable affaire du député Démocrate de New York, Anthony Weiner diffusant sur Twitter des photos de sa personne en petite tenue ou suggestives, et échangeant des propos salaces avec les jeunettes qui eurent l’inconscience de converser avec lui sur ce « réseau social ». Après avoir commencé par nier ces faits, les imputant à des actes de piratage informatique malveillants, le Démocrate s’est ravisé et à présenter des excuses, en lisant, des sanglots étudiés dans la voix, un texte préparé à la virgule près…

  • « Des prêtres qui ont des conversations obscènes avec des adolescents sont immédiatement suspendu de tout ministère pour avoir “dépassé les limites” et sont inculpés d’abus sexuels. Mais le député Anthony Weiner peut envoyer des images pornographiques de lui à des jeunes filles et demeurer libre comme l’air. Et, de fait, une majorité de New Yorkais déclare qu’il n’a pas à démissionner.
  • Joe Garofoli du San Francisco Chronicle écrit que “le plus gros péché [de Weiner] n’est peut-être pas d’avoir été sexuel, mais d’avoir menti”. L’ancien président du Comité National Démocrate, Tim Kaine, déclare que “mentir est impardonnable” mais ne pipe mot sur son délit sexuel. Joan Walsh de Salon confesse : “C’est le mensonge qui m’a choquée”. L’article de S.E. Cupp dans le Daily News de New York, souligne : “Le député déshonoré devrait démissionner, mais l’immoralité n’a rien à voir là-dedans”. De même, Leslie Savan de Nation s’étonne : “Comment avez-vous pu être aussi bête ?”.
  • Ilene Angel du Huffington Post opine : “Franchement, je me fiche pas mal” de ce Weiner a fait. Glenn Greenwald du Salon remporte la coupe en réduisant la chose à “un amusement voyeuriste”. Conor Friedersdorf dans l’Atlantic soutient que le vrai problème c’est nous, le peuple : nous passons trop de temps à nous “obnubiler sur le comportement sexuel de mâles dominants égocentriques qui passent trop de temps à voyager loin de chez eux”. Dans un entretien au Time, Erica Jong ne se contente pas de donner un blanc-seing à Weiner, elle exonère Dominique Strauss-Kahn, Arnold Schwarzenegger, le député Chris Lee, John Edwards et Eliot Spitzer : ils souffrent tous d’une “forme de maladie mentale”.
  • Pour couronner le tout, Joy Behar estime que “certains lui en voulaient, apparemment en raison de divergences politiques”. Weiner est tout à fait d’accord : il a déclaré à un donateur la semaine dernière que tout cela était du à “un vaste complot de la droite”.
  • Pour le dire en d’autres mots, si le coupable s’appelait Abbé Weiner, il aura été sanctionné en vertu du principe “zéro tolérance” de l’Église catholique. Mais parce qu’il s’agit du député Weiner, aucune sanction. Comme d’habitude, de n’est pas le crime qui importe, mais le statut du criminel. »

Si vous avez du temps à y consacrer, replongez-vous dans les médias français de cette dernière semaine : sur Strauss-Kahn, Tron et alii, vous trouverez les mêmes commentaires que ceux que Donohue a débusqué dans la presse américaine… Bizarre ? Vous avez dit bizarre ?

1 comment

  1. FRIDBERG

    Rien d’étonnant à tout celà ! Les hommes veulent se priver de leur Créateur, Celui qui a ordonné toutes choses ! Les “choses” sont donc désordonnées, ça va de soi ! Et leur haine de Celui dont ils veulent prendre la place n’en est que plus forte ! D’où leur combat à mort contre les catholiques en particulier . Mais nous avons l’espérance “que les puissances de l’Enfer…” Eux non ! Ils mourront tous, et ils le savent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *