L’archevêque Burke : le droit canonique n’est pas fait pour les « âmes sensibles » !

Download PDF

 

burkepetersmas

 

Edward Peters et l’archevêque Burke en conversation

 

 

Et revoilà notre bon archevêque dans ses bonnes œuvres ! Le préfet de la Signatura est en vacances chez lui. Chez lui d’une
manière générale puisqu’il est aux États-Unis. Chez lui, en quelque sorte et d’une manière particulière, puisqu’il était lundi dernier à La Crosse (Wisconsin) qui fut son premier évêché. Et je
l’espère, personnellement, bientôt partout chez lui. Je m’explique. Il y avait autrefois, dans l’Église, un usage dont je ne sais pas s’il s’est maintenu : on disait qu’un cardinal de la Sainte
Église était chez lui partout… Or, ce n’est pas un grand mystère que l’archevêque Burke sera élevé à la dignité cardinalice dès le prochain consistoire. Il sera donc bientôt
partout chez lui !

L’ami et grand canoniste américain Edward Peters a fait paraître hier sur son blog un très bon papier (presque un reportage…) sur une “première” pour les canonistes américains : une
conférence organisée par la  Canon Law Society of America qui s’est tenue à La Crosse
les 3 et 4 août, en présence de l’archevêque Burke. En voici la traduction.

  • « La Canon Law Conference for Canonists and Civils Attorneys, qui s’est déroulée au Shrine of Our Lady of
    Guadalupe
    [sanctuaire créé par l’archevêque Burke], vient de se terminer, mais la rumeur née de cette rencontre continuera à rôder dans l’air pour un bout de temps. Ce
    fut un formidable succès et je crois qu’il faut qu’elle devienne un événement annuel dans ce magnifique lieu chaque première semaine d’août.
  • La petite phrase de la conférence revient à l’archevêque Raymond Burke. Ce fut son trait d’esprit, au
    cours du dîner de lundi, en répondant à la question de savoir comment les avocats canonistes devraient se préparer pour affronter les défis de l’avenir. « Eh bien, répondit le plus
    influent des canonistes au monde, la première chose que je pourrais dire c’est que le droit canonique n’est pas pour les cœurs sensibles ! »
  • L’honnêteté, la clarté et la charité de cette remarque, donnée avec une confiance enjouée dans le Seigneur et son Église, résument
    cette formidable réunion.
  • Il eut été, il est vrai, à peu près impossible de réunir de meilleurs orateurs pour cette première conférence : l’archevêque
    Raymond Burke, préfet de la Signature apostolique, le P. James Conn, SJ, directeur de Periodica, le P. John
    Couhglin
    , OFM, professeur [à la faculté de] Droit de Notre Dame, et M. Ben Nguyen, chancelier du diocèse de La Crosse. Chacun de leurs exposés nous charma et fut
    profond. Tout cela mérite une large diffusion.
  • Mais, si je puis me le permettre, cette impressionnante constellation d’orateurs fut elle qu’elle attira un auditoire dynamique de
    canonistes, d’avocats, de curés, de religieux et de nombreuses autres personnes intéressées (et intéressantes !), rendant les pauses presque aussi productives que les sessions formelles. Je ne
    peux pas dresser ici la liste de tous les gens présents à cette réunion, et que je lis depuis des années, avec lesquels je corresponds et/ou que je suis généralement dans le service qu’ils
    rendent à l’Église. C’était édifiant et excitant d’être là autour d’eux.
  • J’attends avec impatience la prochaine conférence sitôt qu’elle pourra être organisée ! »