Élection d’Obama : le point de vue du P. Shenan Boquet (4)

Download PDF

 

Il y a vraiment beaucoup de commentaires d’intérêt de grandes figures catholiques aux États-Unis. La difficulté c’est de choisir et, accessoirement, de traduire. J’ai choisi aujourd’hui un texte assez long du Père Shenan Boquet – d’origine française… – qui est à la tête de la plus grande association pro-vie américaine opérant à l’international : Human Life International. Son commentaire est fondamentalement centré sur la vertu d’Espérance. Comme chez nous, les choses vont sans doute mal tourner pour la vie et la famille aux États-Unis. Tout le monde en est d’accord. Mais l’espérance ne doit pas être fondé sur des hommes, mais sur le Christ. Une belle leçon de ce prêtre. Elle a paru aujourd’hui sur le site de Catholic Online.

Avec un recul de quelques jours depuis l’élection, nous voyons les choses un peu plus clairement. Nous devrions être honnête sur la situation de la communauté pro-vie, comme nous pouvons la comprendre au mieux.

Le résultat de l’élection de mardi [6 novembre] n’augure rien de bon pour la vie et la famille, c’est-à-dire pour les plus vulnérables de nos frères et sœurs au tout début ou à la toute fin de leur vie, et pour l’institution naturelle et fondamentale de toute société.

Que ce gouvernement se soit donné comme priorité de combattre les uns et l’autre est chose bien connue, comme l’est son attaque soutenue contre la liberté religieuse. Tout comme il est triste, à en juger par les sondages au sortir des bureaux de vote, que beaucoup de catholiques n’aient pas semblé être concernés par ces faits mais qu’ils ont pris pour argent comptant au nom d’une certaine compréhension de la “justice” qui permet la destruction d’être humains non nés, l’érosion de libertés fondamentales et mis au rang de droit humain une conduite destructive et peccamineuse.

À considérer la surface des choses, il n’y a guère à espérer. Mais nous ne vivons pas qu’à la surface des choses, n’est-ce pas ? Notre espoir était-il fondé sur un candidat à la Présidence, ou l’est-il en Jésus-Christ, la Voie, la Vérité et la Vie ? La gloire de Dieu n’est aucunement diminuée par les ténèbres qu’une courte majorité de notre nation a inconsciemment choisies. Tout va s’obscurcir assurément, mais c’est là où nous entrons.

Comme il en a toujours été, nous devons porter le Christ au monde. Elle est morte l’idée que nous pouvons vivre dans une espèce de foi qui opterait  pour une voie médiane de facilité, et beaucoup de nos frères et sœurs qui n’avaient pas les idées très claires là-dessus commencent à se réveiller à l’épreuve des faits. Nous devons être là pour eux et nous devons aussi devenir un peu plus sérieux.

C’est très bien d’espérer une situation politique et financière améliorée – et nous le devons. Mais nous devons aussi comme chrétiens agir pour provoquer cela par nos votes et le défendre dans nos familles, parmi nos amis et dans le public. Mais notre espérance, sauf à être déplacée, n’a jamais été dans ces simples choses qui passent.

Chers frères et sœurs, ce n’est pas le moment de détaler de peur la queue entre les jambes. Les chrétiens ne sont pas des couards. Nous n’espérons pas pour des perspectives politiques et économiques tout en rose, mais parce que Celui qui est l’Espérance nous a promis d’être avec nous, et nous a invité à être avec Lui à tout jamais.

Si nous comprenons cette vérité de base de notre foi, si nous plaçons vraiment notre espérance en Lui, notre vie prendra un aspect totalement différent. Comme le pape Benoît XVI l’a si bien écrit dans Spe Salvi cela devient performatif, c’est-à-dire que cela change tout et nous mène vers une plus grande vertu et une plus grande confiance en Lui.

Nous avons constaté cela chez les saints, n’est-ce pas ? Nous ne pouvons pas lire la vie des saints puis considérant la situation vraiment précaire dans laquelle nous nous trouvons perdre l’espoir ! C’est déjà arrivé, cela arrivera encore. Mais nous continuons le combat.

Pour Human Life International et pour nos soutiens cela veut dire que nous continuerons à nous opposer au mastodonte anti-vie qui dépense des milliards chaque année à tuer les enfants à naître et tente de convaincre le monde que les enfants sont des obstacles au progrès.

Nous travaillons en solidarité avec nos frères et nos sœurs en Afrique qui continuent à aimer la vie et la famille suffisamment pour résister à la séduction des démarcheurs de la « santé reproductive » qui nous disent que la « santé » c’est de ne pas nous reproduire.

Nous sommes joyeusement aux côtés de l’Amérique latine où la foi est toujours reconnue par le plus grand nombre comme essentielle à l’identité des nations, des familles et des communautés.

Nous prions pour que l’Europe puisse de nouveau retrouver son âme et revenir à la culture de vie, tout comme nous prions pour que l’Asie se détourne de la culture de mort qu’elle a embrassée et que ces économies les plus dynamiques puissent aussi devenir des sociétés authentiquement pro-vie.

Et ici même, aux États-Unis, nous devons devenir des rayons d’espoir et de lumière et montrer au monde que nous n’avons pas tous abandonné Dieu et la liberté.

C’est-à-dire que nous devons faire ce que nous avons toujours fait mais avec une ferveur, une espérance et une joie plus grands ! Nous devons être meilleurs en expliquant la cause de la vie et de la famille, mais en laissant la fidélité de notre vie être le vrai argument. Que ceux qui pense pouvoir acheter l’infertilité et la loyauté du monde, voient en nous une force aimante et courageuse qui n’a pas l’intention de se retirer.

Laissez-les demander : « Mais ces gens n’abandonnent-ils donc jamais ? » et que notre : « Certainement pas ! » viennent de voix joyeuses et d’une résolution sans frein à proclamer l’Évangile de la Vie.

Nous sommes loin d’être défaits, même si le résultat politique désiré n’est pas obtenu. Si vous vous êtes en prise au désespoir causé par cette élection, recentrez votre espérance là où elle devrait toujours se situer. C’est une occasion pour nous tous de redevenir sérieux et de nous remettre au travail. Nous devrions même être reconnaissant que le choix soit désormais bien plus clair, et redoubler d’efforts pour grandir en sainteté et dans notre combat pour l vie et la famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *